IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)
logo

FAQ RéseauxConsultez toutes les FAQ

Nombre d'auteurs : 6, nombre de questions : 57, dernière mise à jour : 20 octobre 2020  Ajouter une question

 

La FAQ réseaux avec toutes vos questions réponses

SommaireProtocoles (5)
précédent sommaire suivant
 

TCP et UDP sont les deux principaux protocoles pour le transport de données sur les réseaux. Il en existe d'autres mais ils sont plutôt orientés vers le contrôle que le transport de données.

TCP est un protocole connecté et synchronisé. Il nécessite la mise en œuvre d'une connexion entre les deux interlocuteurs, puis un protocole d'échange et d’acquittement durant tout l'échange et enfin la fermeture de la connexion. On peut le comparer à une conversation téléphonique, où il faut d'abords appeler son correspondant, dialoguer, puis mettre fin à la conversation.

UDP est tout le contraire. C'est un protocole non connecté. Il n'y a pas de synchronisation des échanges. Un paquet envoyé sur le réseau par UDP est envoyé à l'aveugle, peu importe si le destinataire existe ou pas, peu importe s'il est prêt à recevoir ou pas, peu importe s'il sera capable de répondre ou pas. On pourrait comparer UDP à un orateur devant une foule.

TCP garanti l'échange des données. Il garantit que les deux interlocuteurs sont prêts à s'échanger des données, il garantit que les données échangées sont correctement reçues de part et d'autre. Par contre, il ne peut garantir ni le délai de réception des données, ni l'ordre de réception (un paquet mal reçu sera de nouveau demandé et réémis et ce, même si des paquets postérieurs ont déjà été reçus correctement).
TCP est relativement lourd.

UDP est par contre beaucoup plus léger, mais il ne garantit absolument rien. Ne s'assurant ni de la disponibilité du destinataire ni de la réception réelle des données, envoyant celles-ci en aveugle, UDP est utile par exemple lorsque le destinataire n'est pas connu (requête DHCP par exemple), n'est pas directement identifiable (broadcast). Il peut aussi être utilisé lorsqu'il est nécessaire d'envoyer un flux important de données, où la perte d'un paquet n'est pas problématique, mais où, par contre, l'ordre de réception devient important, ou un débit élevé est à assurer et ou une synchronisation deviendra trop lourde. C'est le cas notamment en streaming audio/vidéo, pour la voip, diffusion pseudo temps-réel comme la vision-conférence, etc.
A noter que UDP ne garantit pas ni l'ordre, ni les délais de réception, mais étant nettement plus léger, il est moins pénalisant pour le respect de ces points

Pour résumer :

  • TCP : lorsque l'arrivée réelle et correcte des données est importante et doit être contrôlée.
  • UDP : lorsque la perte d'un ou plusieurs paquets n'est pas problématique au regard des autres aspects.

Mis à jour le 21 janvier 2014 ram-0000 sevyc64

Les Jumbo Frame sont des paquets dont la taille en octets n'est pas ordinaire. En effet, sur le réseau Ethernet (spécification IEEE 802.3), les paquets ont une taille maximale de 1500 octets (limite appelée MTU : Maximum Transmission Unit). Toutefois, si vous souhaitez transmettre de grandes quantités de données, cela oblige les systèmes à découper les paquets et à traiter les entêtes (les remplir lors d'une émission et les lire lors d'une réception). Cela ajoute un surcoût, que ce soit en termes d'utilisation de la bande passante, mais aussi en ressources CPU. Par conséquent, il est devenu intéressant d'augmenter la quantité de données utiles transportées.
Ainsi, certains équipements réseau supportent les Jumbo Frame (c'est-à-dire, des paquets dont la taille dépasse 1500 octets, le plus souvent 9000 octets), permettant à l'administrateur de reconfigurer la MTU dans le but de transporter plus de données dans chaque paquet. Évidemment, le support des Jumbo Frame doit être disponible sur les deux équipements reliés et la MTU définie doit être identique.

En réalité, le gain n'est pas tant dans la bande passante libérée (environ 200 Mo pour 10 Go, pour un transfert TCP), mais plus dans la libération des ressources CPU en charge de traiter les paquets.

Mis à jour le 7 octobre 2020 LittleWhite

L'Audio Video Briding (AVB) est un ensemble de spécifications définies par l'IEEE dont le but est de réduire la latence et d'assurer la synchronisation des équipements réseau. L'objectif est d'améliorer la fiabilité du réseau afin que ce dernier puisse être utilisé dans le secteur de l'automobile ou parmi les professionnels de l'audio et de la vidéo. En effet, dans ce contexte, la latence a un impact non négligeable, de même que pour la synchronisation du réseau, notamment dans le cadre d'un travail de synchronisation de la bande-son avec l'image.
AVB regroupe les spécifications suivantes :

IEEE 802.1AS-2011 : synchronisation pour les applications sensibles au temps ;
IEEE 802.1Qav-2009 : transfert et mise en queue de flux sensibles au temps ;
IEEE 802.1Qat-2010 : protocole de réservation de flux ;
IEEE 802.1BA-20011 : systèmes AVB ;
IEEE-1722-2011 : protocole de transport pour les applications sensibles au temps ;
IEEE 1722.1-2013 : protocole de contrôle, de gestion de connexion, d'énumération et de découverte (AVDECC).

Mis à jour le 7 octobre 2020 LittleWhite

La spécification 802.1Q ajoute des données à un paquet Ethernet afin d'identifier les réseaux virtuels. Plus précisément, quatre octets sont ajoutés entre l'adresse MAC de la source et le champ identifiant le protocole encapsulé (EtherType). Ces octets contiennent :

un tag sur 16 bits, permettant d'identifier que le paquet contient les informations définies par la norme 802.1Q. Ce champ vaut 0x8100 ;
trois bits permettant d'identifier la classe de service en vue d'une priorisation ;
un bit indiquant si le paquet peut être ignoré en cas de congestion ;
12 bits identifiant à quel réseau virtuel le paquet appartient.

Il est à noter que comme ces informations sont traitées par les équipements réseau eux-mêmes, ces données ne sont pas visibles en cas de capture à la sortie d'un switch.

Mis à jour le 7 octobre 2020 LittleWhite

Certains switchs proposent une fonctionnalité nommée « clonage de port » (port mirroring). Cette fonctionnalité permet de configurer le switch afin que celui-ci copie tous les paquets transitant par un port (ou par un VLAN) vers un autre port. Cela peut être utile dans des cas de diagnostic ou d'analyse du trafic réseau.

Mis à jour le 20 octobre 2020 LittleWhite

Proposer une nouvelle réponse sur la FAQ

Ce n'est pas l'endroit pour poser des questions, allez plutôt sur le forum de la rubrique pour ça


Réponse à la question

Liens sous la question
précédent sommaire suivant
 

Les sources présentées sur cette page sont libres de droits et vous pouvez les utiliser à votre convenance. Par contre, la page de présentation constitue une œuvre intellectuelle protégée par les droits d'auteur. Copyright © 2021 Developpez Developpez LLC. Tous droits réservés Developpez LLC. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents et images sans l'autorisation expresse de Developpez LLC. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.