IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

L'Angleterre vient de faire de l'internet gigabit une obligation légale pour les nouveaux logements
La France vise à atteindre une couverture à 100 % et de fibre pour tous d'ici 2025

Le , par Bruno

3PARTAGES

9  0 
Le gouvernement britannique a adopté de nouvelles lois visant à garantir que les nouveaux logements soient équipés de connexions à large bande gigabit et à permettre aux entreprises de télécommunications d'offrir un accès Internet plus rapide aux habitants des immeubles collectifs. Les ministres ont modifié les règlements de construction de 2010 afin de garantir que les nouveaux logements construits en Angleterre soient équipés d'une infrastructure et de connexions capables de fournir un haut débit gigabit (offrant une vitesse de téléchargement d'au moins 1 gigabit par seconde).

Le 6 janvier, le ministère du numérique, de la culture, des médias et des sports (DCMS) a annoncé des modifications aux règlements de construction de 2010, qui obligent les nouvelles maisons construites en Angleterre à être équipées de l'infrastructure et des connexions nécessaires pour obtenir une connectivité internet gigabit.


Le haut débit gigabit est désormais disponible dans plus de 72 % du Royaume-Uni, selon Think Broadband. La réglementation actualisée vise à aider les résidents à accéder aux services internet les plus rapides dès leur emménagement et à éviter les travaux d'installation « coûteux et perturbateurs » après la construction de la maison.

Les coûts de connexion seront plafonnés à 2 000 £ par logement, et les promoteurs devront toujours installer une infrastructure prête pour le gigabit (y compris les gaines, les chambres et les points de terminaison) et la connexion la plus rapide disponible s'ils ne parviennent pas à obtenir une connexion gigabit dans les limites du plafond des coûts. Le gouvernement britannique estime que 98 % des installations se situeront confortablement sous ce plafond, qui a donc probablement été mis en place pour éviter la spirale des frais dans les zones rurales éloignées qui ont besoin d'une modernisation à grande échelle des lignes. Les propriétés construites en Écosse, au Pays de Galles et en Irlande du Nord peuvent être exemptées de cette nouvelle législation, car chaque pays fixe ses propres règles de construction indépendamment de l'Angleterre.

La nouvelle législation a été introduite le 26 décembre 2022, à la suite d'une consultation technique de 12 mois qui a révélé qu'environ 12 % des 171 190 nouveaux logements construits en Angleterre ne disposaient pas d'un accès haut débit gigabit à la fin de leur construction. Le DCMS affirme que le haut débit gigabit est actuellement disponible dans plus de 72 % des foyers britanniques et vise une couverture nationale complète en haut débit gigabit dans tout le Royaume-Uni d'ici 2030.

Afin d'atteindre cet objectif, une autre loi a également été introduite pour faciliter l'installation de connexions internet plus rapides dans les appartements et les maisons existants. Auparavant, des millions de locataires vivant dans les 480 000 logements multiples (MDU) du Royaume-Uni devaient obtenir l'autorisation du propriétaire pour permettre à un opérateur haut débit d'installer des mises à niveau de connexion. Les entreprises de haut débit estiment qu'environ 40 % de ces demandes sont ignorées par les propriétaires, laissant les locataires dans l'impossibilité de mettre à niveau leurs services même s'ils sont impropres à l'utilisation.

Les données mentionnées dans la consultation technique du gouvernement suggèrent qu'environ 12 % des nouveaux logements - soit environ 25 300 - n'avaient toujours pas accès à une connexion en fibre optique complète lors de leur construction au cours d'une année type.

Des données plus récentes de Think Broadband ont montré que 99 % des nouveaux logements en 2022 disposaient d'un haut débit gigabit, mais un message du fournisseur de données sur le haut débit a déclaré que la mise à jour de la réglementation était toujours utile car elle « permettra de s'assurer qu'un grand promoteur n'est pas paresseux et ne livre pas un grand domaine où le coût par logement serait clairement faible avec un simple réseau en cuivre ».

Lorsqu'un promoteur n'est pas en mesure d'obtenir une connexion compatible avec le gigabit dans les limites du plafond de coût (2 000 £/2 428 $ US par logement), il doit installer la prochaine connexion la plus rapide disponible, et les nouvelles propriétés doivent toujours inclure une infrastructure « prête pour le gigabit », telle que des conduits, des chambres et des points de terminaison.

La loi sur les infrastructures de télécommunications (propriété louée) (TILPA) est également entrée en vigueur pour faciliter l'accès des fournisseurs de large bande à l'installation d'équipements dans les immeubles d'habitation lorsqu'un locataire demande une connexion plus rapide. On prévoit que 2 100 immeubles résidentiels supplémentaires seront ainsi connectés chaque année.

Jusqu'à présent, les locataires vivant dans les quelque 480 000 immeubles et appartements du Royaume-Uni devaient généralement attendre l'autorisation du propriétaire pour qu'un opérateur de haut débit puisse entrer dans leur immeuble et installer une connexion plus rapide. Selon le gouvernement, les entreprises de haut débit affirment qu'environ 40 % de leurs demandes d'accès pour installer des connexions ne reçoivent aucune réponse.

La loi crée une nouvelle voie judiciaire que les opérateurs peuvent utiliser pour accéder aux appartements et aux maisons. À partir du moment où une entreprise fait la première demande au propriétaire, il faudra 35 jours pour que cette nouvelle règle entre en vigueur. La ministre des infrastructures numériques, Julia Lopez, a déclaré : « Rien ne devrait empêcher les gens de profiter des avantages d'un meilleur haut débit, qu'il s'agisse d'un propriétaire peu réceptif ou de l'inaction d'un promoteur immobilier. »

« Grâce à nos nouvelles lois, des millions de locataires ne seront plus empêchés d'obtenir une mise à niveau du haut débit à cause du silence de leur propriétaire, et ceux qui emménagent dans des maisons nouvellement construites peuvent être sûrs qu'ils auront accès aux vitesses les plus rapides disponibles dès le jour de leur emménagement. »

Haut débit en France

Le programme national France Très Haut Débit fixe un objectif d’accès rapide à large bande pour tous les ménages et de fibre pour tous d’ici 2025. La France s’engage à couvrir l’ensemble de son territoire avec une large bande à haut débit (30 Mbps) d’ici 2022. En outre, le Plan national à large bande, France Très Haut Débit, prévoit d’étendre la fibre optique aux abonnés dans tout le pays d’ici 2025.

L’objectif français du haut débit défini par la France vise à atteindre une couverture à 100 % avec 30 Mbps et à étendre la fibre optique aux abonnés dans tout le pays d’ici 2025. La France opte principalement pour la mise en place et l’élargissement de son infrastructure de réseau à large bande grâce à la technologie FTTH. L’ARCEP dirige le développement du réseau 5G en France.

Cartographie à large bande: Créé en novembre 2011, l’ Observatoire numérique collecte et interprète des données afin d’évaluer l’impact des technologies numériques sur l’économie et de comparer la France avec d’autres pays de l’Union européenne.

Instruments financiers nationaux et régionaux à haut débit

Les responsables français s’attendent à ce que la stratégie nationale nécessite la mobilisation d’investissements privés et publics allant jusqu’à 20 milliards d’euros. Le Fonds pour la société numerique (Fonds pour la société numerique) fournit une combinaison de prêts publics et de financements pour soutenir le déploiement du haut débit ultrarapide par le gouvernement français. Les projets d’infrastructure éligibles comprennent les travaux sur les réseaux de backhaul (FTTN), les réseaux de fibre optique passive (FTTH), l’accès aux clients (FTTH), l’accès aux établissements publics (éducation, santé, administration publique), le soutien aux récepteurs Wi-Max et/ou satellites ainsi que les études de faisabilité pour les projets de déploiement prévus.

La France a affecté 3,3 milliards d’euros à la mise en œuvre du plan Très Haut Débit. 240 millions d’euros supplémentaires ont été alloués au renforcement de la connectivité dans les zones rurales, avec une dotation de 240 millions d’euros (composante 9), dans le cadre du plan français pour la reprise et la résilience.

Le haut débit pour tous en Afrique: un enjeu à 100 milliards de dollars

Alors que moins d’un tiers des Africains sont actuellement connectés à l’internet haut débit, le montant des investissements nécessaires pour garantir un accès universel, abordable et de qualité sur l’ensemble du continent d’ici 2030 s’élève à 100 milliards de dollars. Tel est le constat d’un nouveau rapport présenté à l’occasion des Assemblées annuelles du Groupe de la Banque mondiale, qui plaide pour des mesures urgentes afin de combler le retard en matière de connectivité et définit une série d’étapes à suivre pour réaliser cet objectif ambitieux.

Fruit des travaux du Broadband for All Working Group*, le rapport propose un éclairage concret et des pistes pour parvenir à cet objectif, dont un plan d’action détaillé. Garantir un accès universel au haut débit signifie, pour les pays africains, connecter plus de 1,1 milliard d’individus supplémentaires. Une ambition qui exigera des efforts inédits et concertés des gouvernements, du secteur privé, des partenaires du développement et de la société civile. Mais, selon le rapport, l’investissement en vaut la peine.

« Cette stratégie numérique est avant tout une stratégie de soutien à la croissance et à l’emploi, explique Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale pour les infrastructures. Environ 450 millions de personnes devraient rejoindre les rangs de la population active en Afrique entre 2015 et 2035. Si les tendances actuelles perdurent, moins d’un quart d’entre elles décrocheront un emploi stable. L’extension de l’accès à l’internet va permettre de créer des millions de débouchés. »

Alors que le nombre de raccordements au haut débit en Afrique a franchi la barre des 400 millions en 2018 (soit pratiquement 20 fois plus qu’en 2010), le taux de pénétration de la 3G et de la 4G n’atteint que 25 % en moyenne. Et la couverture haut débit mobile ne dépasse pas les 70 % de la population africaine. Même en Afrique du Nord, les marges de croissance sont considérables, les réseaux 4G ne desservant que 60 % environ de la population. L’accélération indispensable de la transformation numérique de l’Afrique est confrontée à d’autres obstacles, notamment le manque de fiabilité et le coût des raccordements à l’électricité.

Selon le rapport, près de 80 % du total des investissements nécessaires sont directement liés au déploiement et à l’entretien des réseaux large bande. Mais connecter les populations actuellement privées d’accès à l’internet haut débit ne se limite pas aux seules infrastructures : environ 20 % des investissements concernent le développement des compétences numériques des usagers et la création de contenu local, sachant qu’entre 2 et 4 % des investissements devront par ailleurs viser la mise en place d’un cadre réglementaire adapté. Alors que le secteur privé a été à l’origine des initiatives les plus réussies en matière de haut débit, les organismes publics ont un rôle crucial à jouer, qu’il s’agisse de réglementer le secteur, pallier les éventuelles défaillances du marché ou installer les conditions propices à un accès ouvert et concurrentiel.

« Le développement de l’accès internet et de la couverture réseau ne progresse pas dans une grande partie de l’Afrique. Parallèlement, dans un grand nombre de pays, le prix du service est de plus en plus onéreux. L’amélioration de l’inclusion numérique passe par une collaboration plus efficace et capable de sortir des sentiers battus, plaide Doreen Bogdan-Martin, membre de la « commission sur le haut débit pour le développement durable » et directrice du Bureau de développement des télécommunications de l’UIT. Nous devons mobiliser toutes nos forces et toute notre expertise. Les gouvernements peuvent pour leur part adopter des politiques de soutien aux nouvelles technologies, aux nouveaux modèles économiques et aux investissements. Des politiques adaptées inciteront alors le secteur privé à déployer les infrastructures nécessaires et à explorer de nouvelles technologies et applications qui alimenteront la demande. »

Pour connecter les 100 millions d’individus vivant en milieu rural et dans des zones isolées, hors de portée des réseaux mobiles traditionnels, il va falloir mobiliser le secteur privé, recourir à des modèles commerciaux innovants et déployer des technologies alternatives, à l’image des solutions fondées sur le satellite ou le wifi, poursuit le rapport.

« Soyons réalistes : aucun acteur ne pourra, seul, atteindre l’objectif de 2030 et supporter les 100 milliards de dollars d’investissements nécessaires. Toutes les parties prenantes doivent s’entendre et collaborer pour parvenir à garantir à tous les Africains l’accès à une connexion internet abordable », souligne Hafez Ghanem, vice-président de la Banque mondiale pour la Région Afrique. Sont concernés : l’Union africaine et les communautés économiques régionales ; les États africains et leurs organismes publics d’investissement ; les organismes sectoriels de réglementation ; les banques multilatérales et régionales de développement ; les Nations Unies et les autres organismes de développement ; le secteur privé ; les groupes issus de la société civile ; et les organisations non gouvernementales.

L’Union internationale des télécommunications (UIT) et l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) ont créé en 2010 une « Commission sur le haut débit pour le développement numérique », dans l’objectif d’inscrire cet enjeu à l’ordre du jour de la communauté internationale et de développer l’accès au haut débit dans chaque pays pour pouvoir accélérer la réalisation des objectifs nationaux et internationaux de développement.

Source : Gouvernement britannique

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Que pensez-vous de la stratégie et politique en France en matière de haut débit ?

Croyez-vous que la Banque mondiale pourra atteindre son objectif de « garantir un accès universel et de qualité sur l’ensemble du continent africain d’ici 2030 » ?

Quel est votre FAI ? Êtes-vous satisfait par ses prestations ?

Quel aspect devrait-il améliorer ? Service technique ou après vente ?

Envisagez-vous de migrer chez un autre opérateur ? Lequel par exemple ? Pourquoi ?

Voir aussi :

La 5G pourrait ne pas être à la hauteur du battage médiatique, à cause des fluctuations énormes des vitesses et d'une couverture peu étendue et irrégulière

Intel annonce le Wi-Fi 7 sur les ordinateurs à partir de 2025 avec une vitesse au-delà de 5,8 Gbps, soit un débit physique théorique presque 5 fois plus élevé que le Wi-Fi 6

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jeff_67
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 11/01/2023 à 7:06
100% fibre en 2025 ? Aucune chance ! On pourra s'estimer heureux si on dépasse les 75%.
3  1 
Avatar de smarties
Membre émérite https://www.developpez.com
Le 10/01/2023 à 16:11
S'il y a le haut débit partout (donc en campagne), cela permet à des entreprises avec des forts besoin d'internet (informatique, ingénierie, ...) de s'installer et donc de réduire un peu la saturation des grosses villes.
Ca augmente aussi un peu l'attractivité pour les particuliers.
Sur le long terme, je pense que ça contribuera au développement des campagnes.

En France, il faut forcer les opérateurs à mutualiser en campagne. C'est une absurdité de proposer de l'ADSL alors que la fibre est disponible pour un opérateur. Par exemple, je ne veux plus jamais souscrire chez SFR & co mais avec l'exclusivité il n'y a pas le choix pour la fibre. Le système de location du réseau par un opérateur tiers, devrait, sur ce point être revu, afin de reverser plus à l'opérateur qui a installé sans que l'abonnement de l'utilisateur final soit impacté (prix normal mais pas de promotion par exemple).
1  0 
Avatar de marsupial
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 11/01/2023 à 17:17
Nous sommes à 99% en 10 ans d'efforts et 36 milliards d'investissements public-privé. Les premières retombées économiques sont déjà là. Pour l'emploi, l'effet se fait sentir dans les villes. Mais on trouve +2% d'entreprises en campagne fibrée.
0  1