IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Russie est « prête » à se déconnecter de l'Internet mondial, selon l'ex-président Medvedev,
Même s'il n'y a pour l'instant aucune raison de le faire

Le , par Stan Adkens

416PARTAGES

7  0 
L'ancien président russe Dmitri Medvedev a déclaré lundi que la Russie est « prête » à se déconnecter de l'Internet mondial si nécessaire. Mais bien que le pays ait cette capacité, Medvedev, qui est actuellement vice-président du Conseil de sécurité russe, dit qu'il ne voit aucune raison à cela, et que ce serait une « épée à double tranchant ». La déclaration a été faite à Interfax, une agence de presse privée russe située à Moscou.

Le pays expérimente depuis des années ce qu'il appelle "RuNet", une sorte d'intranet national destiné à garantir le fonctionnement de l'infrastructure technologique (en particulier les télécommunications et le système financier) au cas où quelque chose d'« extraordinaire » se produirait. La Russie est « légalement et technologiquement » prête à se déconnecter de l'Internet mondial si nécessaire, a déclaré l'ancien président. Le pays aurait également développé la capacité de se déconnecter du système mondial de paiements SWIFT.


« Nous avons même dû créer notre propre système de transmission d'informations afin de pouvoir échanger des messages électroniques au cas où cela se produirait soudainement », a-t-il déclaré. Mais alors que Medvedev a déclaré que la Russie est capable d'isoler son Internet du Web mondial, il a souligné qu'il ne voyait aucune raison de le faire, disant qu’une telle décision pourrait à tout moment se retourner contre la Russie.

L’ancien président a déclaré que les États-Unis conservent « des droits de contrôle clé » sur l'Internet, ce qui pourrait entraîner la déconnexion de la Russie de l'Internet mondial « si quelque chose d'extraordinaire se produit ». En citant un autre exemple, il a également déclaré que la Russie pourrait également être déconnectée du système de paiement international SWIFT.

La loi "Internet souverain"

Les autorités russes ont longtemps flirté avec l'idée d'un renforcement des restrictions et du contrôle de l'Internet sur le territoire russe. En février 2019, les médias ont évoqué le test russe de déconnexion planifié qui consisterait à vérifier que la transmission des données entre les citoyens russes et les organisations russes reste à l'intérieur du pays plutôt que d'être acheminée à l'étranger. Le test a été prévu par les autorités russes et les principaux fournisseurs d'accès à Internet. L’agence de presse russe RosBiznesKonsalting (RBK) avait rapporté que les différents acteurs seraient d’accord pour déconnecter brièvement le pays d'Internet afin de recueillir des informations et de fournir des commentaires et des modifications à un projet de loi présenté au Parlement russe en décembre 2018.

En octobre 2019, le président du Comité russe de la politique de l'information, Leonid Levin, a déclaré lors du Forum numérique russe que la Douma d'État russe était en train d'adopter plus de 50 lois pour réglementer les nouvelles technologies dans le secteur des technologies et de l’information. La plus controversée d'entre elles – la loi RuNet qui permettra à la Russie de se couper du reste du World Wide Web - est entrée en vigueur le 1er novembre 2019. Des milliers de Russes sont descendus dans la rue après l'adoption de la loi en première lecture en février 2019, et le président Vladimir Poutine l'a promulguée en mai.

La loi comporte deux parties. Elle permet la création d'un système alternatif de noms de domaine (DNS) afin que, en cas d'urgence, la Russie puisse se déconnecter du reste de l'Internet mondial. Elle exige également davantage de filtrage en obligeant les fournisseurs d'accès Internet russes à acheter et à installer des outils d'inspection approfondie des paquets (DPI). Après l’entrée en vigueur, les autorités russes ont eu jusqu'à janvier 2021 pour mettre en place la technologie nécessaire à la nouvelle législation, alors que les tests se sont poursuivis dans certaines régions du pays jusqu'à la fin de 2019.

Vladislav Zdolnikov, un blogueur informatique basé à Moscou, a considéré la technologie mise en place par la Russie comme étant de « haute qualité ». Il a déclaré à l’époque craindre qu'avec cet équipement, Roskomnadzor puisse non seulement bloquer plus efficacement le contenu, mais aussi ralentir certains services Internet spécifiques à l'insu de l'utilisateur - notamment YouTube et Facebook.

Toutefois, Artem Kozlyuk, fondateur de l'ONG de droits numériques Roskomsvoboda, a déclaré à l’époque ne pas partager les craintes de certains critiques qui craignent que l'Internet russe puisse être soudainement coupé du reste du monde. Selon lui, l'infrastructure Internet de la Russie s'est rapidement développée dans les années 1990 grâce à des milliers d'opérateurs Internet et à un nombre considérable de connexions transfrontalières, contrairement à la Chine où l'Internet a été centralisé dès le début.

« La Russie qui se sépare du World Wide Web serait comme si elle fermait son espace aérien », a déclaré à l’époque Kozlyuk, ajoutant qu'un scénario plus probable serait que des régions spécifiques du pays connaissent une fermeture d'Internet pendant de courtes périodes.

Malgré ce pouvoir extraordinaire que confère cette loi aux autorités russes, le président Vladimir Poutine a déclaré en décembre 2019 que le pays ne se déconnectera pas, et la loi est une précaution, a rapporté Reuters à l’époque. « Nous n'allons pas fermer l'Internet et nous n'avons aucune intention de le faire », a déclaré le président. « Cette loi vise uniquement à éviter les conséquences négatives d'une éventuelle déconnexion du réseau mondial, qui est largement contrôlé de l'extérieur ».


La déclaration de Medvedev vient après la menace d’imposer une amende à certaines sociétés de médias sociaux

La création de cette loi a été critiquée par les militants des droits de l'homme en Russie depuis le début de l'année. Ils ont fait valoir que son éventuelle efficacité constituait une menace pour la liberté d'expression et les médias.

La déclaration de Medvedev a été faite après les manifestations massives qui ont eu lieu dans plus de 100 villes russes au cours des deux dernières semaines. Les manifestants protestaient contre l'arrestation d'Alexeï Navalny, un critique du président russe Vladimir Poutine et auteur d'un documentaire intitulé "Le palais de Poutine", qui a déjà atteint la barre des 100 millions de vues sur YouTube.

Cette déclaration arrive également alors que l'agence de régulation des télécommunications du pays a déclaré, la semaine dernière, qu'elle infligerait une amende à sept sociétés de médias sociaux étrangers pour ne pas avoir retiré les vidéos promouvant les manifestations.

« Facebook, Instagram, Twitter, TikTok, VKontakte, Odnoklassniki et YouTube seront condamnés à des amendes pour non-respect des exigences visant à empêcher la diffusion d'appels à des mineurs pour participer à des rassemblements non autorisés », a déclaré Roskomnadzor dans un communiqué publié sur son site Web mercredi dernier.

Les vidéos de soutien au leader de l'opposition emprisonné Alexeï Anatolievitch Navalny avaient suscité des centaines de millions de vues sur les médias sociaux suite à son arrestation et à la publication d'une enquête largement diffusée sur un palais d'une valeur de 1,4 milliard de dollars qui aurait été construit pour le président Vladimir Poutine. Un grand nombre de vidéos montraient de jeunes Russes parlant de leurs projets de protestation et donnant des conseils aux nouveaux manifestants sur la manière de se comporter lors d'un rassemblement, a rapporté le Moscow Times.

Roskomnadzor avait précédemment indiqué que les entreprises avaient répondu à 89 % de ses demandes. Mais mercredi dernier, le régulateur a déclaré que les sites de médias sociaux n'avaient pas réussi à retirer un total de 170 vidéos « en temps voulu » avant les manifestations du 23 janvier. Selon la loi russe, le non-respect des demandes de retrait de contenu est puni par des amendes allant de 800 000 roubles (10 500 $) à 4 millions de roubles (52 000 $).

« Nous rappelons aux administrateurs des réseaux sociaux qu'en cas de récidive, l'amende peut être portée à un dixième du revenu annuel », a ajouté Roskomnadzor.

Cette annonce intervient le jour même où Poutine a critiqué le pouvoir croissant des sociétés de médias sociaux. Dans un discours prononcé au Forum économique mondial de Davos par liaison vidéo, Poutine a averti que les plateformes de médias sociaux n'étaient « plus seulement des géants économiques - dans certains domaines, elles sont déjà en concurrence de facto avec les États ».

« Où est la limite entre une entreprise mondiale prospère et des services populaires qui [...] essaient de contrôler grossièrement et à leur propre discrétion la société, de remplacer les institutions démocratiques légitimes [et] de restreindre le droit naturel de la personne à décider comment vivre, quoi choisir et quels points de vue exprimer librement », a-t-il ajouté.

Rappelons que les plateformes de médias sociaux ont fait la une des médias en janvier lorsqu’elles ont suspendu, voire supprimer pour certains réseaux, les comptes de l’ancien président américain Donald Trump et certains de ces soutiens alors qu’il était encore à la Maison-Blanche. Les suspensions ont fait suite à l’émeute des partisans de Trump sur le Capitole américain lors de la confirmation du président élu Joe Biden.

Sources : Interfax, Roskomnadzor

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Pensez-vous que la Russie va mettre un jour sa loi en application et couper le pays du reste de l’Internet ?
Pensez-vous que la technologie mise en place par la Russie pourrait tenir en cas de déconnexion prolongée du pays de l’Internet mondial ?

Voir aussi :

La Russie va se déconnecter d'Internet dans le cadre d'un test planifié, en vue des préparatifs contre une éventuelle guerre cybernétique
Poutine signe la loi Runet qui permet de couper l'internet russe du reste du monde, elle entrera en vigueur en novembre
La Russie teste avec succès son Internet souverain, une alternative nationale à l'Internet mondial, d'après une annonce de son gouvernement
Vladimir Poutine signe des projets de loi controversés sur la censure d'Internet, pénalisant le mépris de l'État et la diffusion de fake news

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Ecasla
Membre actif https://www.developpez.com
Le 07/03/2022 à 10:58
Citation Envoyé par Jules34 Voir le message
Alors j'ai un avis un peu spécial. Comme je sens qu'il intéresse tout le monde je le laisse ici:

Les Russes et les Chinois c'est sûrement pas des cools, faut pas broncher trop fort dans ces pays la c'est clair. C'est pas la panacée des droits de l'homme.

Mais est ce que chez nous c'est si mieux que ça ? On est très clairement libre d'être con chez nous. Mais quand on aime le service public, la justice qui fonctionne, la démocratie efficace et le sentiment d'être dans un pays souverains... On s'y retrouve plus. La moindre réflexion censée est balayée par le flot de connerie qu'on nous balance à la gueule tout les jours dans un contexte de destruction du service public, de privatisation grossière et inefficace avec des élus que je considère plus comme des corsaires à la solde des américains pour désosser ce qui reste des belles démocraties sociales européennes.

Que les Russes et les Chinois veulent se déconnecter de l'internet américains je le comprends parfaitement. On coupe le mal à la racine, ces gros **** de méricains auront pas leurs données, les adolescents chinois et russes ne deviendront pas des gros abrutis occidentaux au cheveux violet ouin ouin (ils trouveront bien une autre connerie à faire cela dit).

L'internet mondial c'est celui des GAFAM en majeure partie, donc américains. A bien y réfléchir de toute façon plus on sanctionne et exclut ces pays la plus ils vont vivre sans nous regarder et par conséquent... s'émanciperont de la manière de voir atlantéiste et capitaliste et même si ces pays sont autoritaire je ne peux pas m'empêcher de penser que c'est pour le mieux. Car il faut sortir de cette manière de vivre mortifère des réseaux sociaux, du tout tout de suite, des jeunes youtubeurs millionnaires parcequ'ils vendent des merdes à des gens sans futur dans un pays qui les considèrent comme des produits eux même. Et de couper court à l'espionnage industriel et politique massif auxquels se livre les américains sur tout ce qui possède une ip dans le monde. Alors la Russie et la Chine envisage aussi les gens commes des moyens certainement, mais je suis incapable de l'expliquer clairement mais moi si je pouvais plus me couper de "l'european way of life" je le ferais sans hésiter.

Un vrai pays souverain devrait faire ce que fait la Russie pour tout les domaines publics et sensibles. On devrait bien se garder de donner des leçons sur la relocalisation de leurs serveurs quand l'intégralité des mails des fonctionnaires de France et des OS installés sur leurs ordinateurs sont estampillés oncle Sam et qu'on pense naïvement qu'ils ne le mettent pas à profit.
Je pense que vous ne voyez pas l'impact d'une telle mesure.
Toute ma belle famille habite en Russie et depuis une semaine, l'ensemble des chaines de télé non contrôlées par le gouvernement ont été fermées. On parle des chaînes de diffusion de l'information étrangères mais aussi des chaines d'information indépendantes russes, des chaines de diffusions de sport (eurosport par ex.), des chaines de musique.

Je suis d'accord pour dire que nos démocraties ne sont pas des modèles idéals et qu'il y a des égarements (corruption, perte du partage des décisions, perte du débat, etc...) mais on est loin des dérives du modèle russe ou chinois.

Le pays se referme juste sur lui-même et je dois dire que je ne sais pas comment on va pouvoir communiquer avec ma belle-famille d'ici quelques semaines si cette information est vraie. Mais vu les dernières prises de décision, on part dans cette voie...
13  1 
Avatar de Jeff_67
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 06/04/2021 à 10:52
Twitter est une fabrique à imbéciles. On devrait nous aussi en bloquer l'accès pour le bien de notre pays.
10  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 02/02/2021 à 20:42
On peut vouloir une souveraineté que l'on soit une dictature ou non. Là n'est pas le sujet.
9  0 
Avatar de Jeff_67
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 06/04/2021 à 11:09
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Si tu ignores les tendances et que tu suis des comptes intéressants, tu peux éviter ce problème.
Mais c'est vrai que parfois Twitter a posé problème, surtout chez des pré-adolescents.
Oui enfin, l'intelligence émerge quand-même rarement de la pensée en 250 signes.
9  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 08/03/2022 à 8:50
Juste un truc.

A tout ceux qui défendent Poutine dans sa lutte contre l'information en disant que chez nous aussi, la liberté d'expression est bafouée, je ne dirais qu'une seule chose.

Si, effectivement, il faut se battre pour garder notre liberté d'expression qui sera toujours combattue par les pouvoirs en place, avant de comparer nos restrictions à celles des russes, pensez que si on était en Russie, le simple fait d'évoquer la liberté d'expression vous vaudrait le droit à la prison, sommairement, sans jugement équitable. Alors, merci de relativiser vos propos.

JS

PS : vous pouvez moinser.
9  2 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 06/02/2021 à 12:40
Et quel est le rapport avec le sujet : la russie est prête à se déconnecter de l'internet mondial ?
6  0 
Avatar de el_slapper
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 08/03/2022 à 10:02
j'ai vu pendant des années des gens défiler contre le président en France, sans jamais que l'oppression sanguinaire se mette en place. Il y a eu des bavures policières, évitables (avec des doctrines policièes un peu plus adaptées), mais qui restaient des bavures. Pas des carnages systématiques.

La liste de journalistes, généraux, et autres opposants à Poutine, morts dans des circonstances troubles, est longue comme le bras.
8  2 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 08/03/2022 à 11:05
Ce sont les mêmes que ceux qui prétendent que la France (comme plein de pays du reste) est une dictature sous prétexte que le passe sanitaire est obligatoire.
Ceux là sont des imbéciles ou des menteurs.
Un séjour comparatif en Corée du nord leur ferait le plus grand bien. Un billet aller simple de préférence
10  4 
Avatar de marc.collin
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 17/06/2022 à 14:37
en fait ça me fait sourire

le gouvernement avec ses agences et les fives eyes font à peu près pour tout controller et cacher à la population... snowden va probablement mourir en prison... d'ailleurs il y a pas trop de soit disant démocratie qui ose défier les usa...
6  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 08/03/2022 à 20:10
La dictature c'est quand les gens veulent voter mais ne peuvent pas.
La démocratie c'est quand les gens peuvent voter mais ne veulent pas.
5  0