Les États-Unis accordent à Huawei 90 jours supplémentaires pour acheter auprès de fournisseurs américains,
Afin de permettre aux consommateurs américains d'être prêts à s'éloigner du matériel Huawei

Le , par Stan Adkens

19PARTAGES

6  0 
Reuters avait appris des sources la semaine dernière que le gouvernement américain allait renouveler la licence spéciale de Huawei pour que la firme chinoise continue de faire des affaires avec les entreprises américaines après la fin de la première période d’exemption d’interdiction qui expire ce lundi. Eh bien ! 90 autres jours sont accordés, même si le président Donald Trump a suggéré dimanche qu'une telle prolongation ne serait pas accordée, a rapporté Reuters dans un rapport publié ce lundi.

En effet, une interdiction faite, en mai dernier, par Washington au géant chinois des télécommunications d'exporter ses produits et d'acheter des marchandises américaines, empêchant ainsi les entreprises américaines (et les entreprises utilisant des technologies d'origine américaine) de faire des affaires avec Huawei, a été perçue comme une escalade majeure dans la guerre commerciale entre les deux principales économies du monde.


Mais le Département américain du Commerce a ensuite accordé que Huawei continue d'acheter des produits de fabrication américaine, peu de temps après l'inscription sur la liste noire de l'entreprise. Cette décision avait pour but de réduire au minimum les perturbations pour ses clients, dont beaucoup exploitent des réseaux dans les régions rurales d'Amérique. L’exemption de 90 jours, qui expire ce lundi 19 août, a permis au plus grand fabricant d’équipement de télécommunication au monde de soutenir des clients existants dans le secteur des téléphones intelligents et de l'infrastructure cellulaire.

« La licence générale temporaire donne aux exploitants le temps de prendre d'autres dispositions et au ministère l'espace nécessaire pour déterminer les mesures à long terme appropriées pour les Américains et les fournisseurs de télécommunications étrangers qui dépendent actuellement du matériel Huawei pour leurs services essentiels. Bref, cette licence permettra aux utilisateurs de téléphones mobiles et aux réseaux à large bande ruraux de Huawei de poursuivre leurs activités ». C’est ainsi que le ministère du Commerce a décrit l'exemption en mai dernier.

Les États-Unis accordent à Huawei 90 jours supplémentaires de « licence générale temporaire » pour acheter auprès de fournisseurs américains, selon Reuters. La décision qui était attendue pour le week-end, après un entretien téléphonique attendu entre le président américain Donald Trump et le président chinois Xi Jinping, a été annoncée lundi par le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross. M. Ross a indiqué que la dernière extension visait également à éviter les perturbations dans les activités de ces mêmes clients de Huawei.

Le Ministère du Commerce a déclaré dans un communiqué que cette prolongation de 90 jours « a pour but d'accorder aux consommateurs de toute l'Amérique le temps nécessaire pour s'éloigner de l'équipement Huawei, compte tenu de la menace persistante pour la sécurité nationale et la politique étrangère ». « Alors que nous continuons d'inciter les consommateurs à abandonner les produits de Huawei, nous reconnaissons qu'il faut plus de temps pour éviter toute perturbation », a ajouté M. Ross.


Il faut noter aussi que cette prolongation s’accompagne de l’extension de la liste des sociétés affiliées à Huawei (46 sociétés de plus) ajoutées la « liste des entités » du ministère américain du Commerce, portant le nombre total à plus de 100 entités Huawei couvertes par ces restrictions.

Dans une déclaration à propos de la prolongation temporaire, Huawei a déclaré que la décision du gouvernement américain « ne change pas le fait que Huawei a été traité injustement. La décision d'aujourd'hui n'aura pas d'impact substantiel sur les affaires de Huawei ». Huawei s'est aussi opposé à la décision d'ajout de 46 autres affiliés à la liste des entités. « Il est clair que cette décision, prise à ce moment précis, est motivée par des considérations politiques et n'a rien à voir avec la sécurité nationale », a déclaré la société.

Le président Trump aussi ne serait pas pour la décision de prolongation. Il avait indiqué au cours du week-end qu'il n'y aurait pas de prolongation, disant que ce qui se passerait serait le « contraire » de ce qui a été rapporté le vendredi. « En fait, nous sommes ouverts à ne pas faire affaire avec eux », a déclaré M. Trump dimanche.

Le blocage de Huawei exacerbé par la guerre commerciale entre Washington et Pékin

Huawei est pris dans la plus grande guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Bien que les deux pays se soient mutuellement taxés, les responsables américains de la sécurité ont mis en garde sur la possibilité que la compagnie de télécommunications maintienne des liens avec le gouvernement chinois et que cela puisse représenter une menace pour la sécurité des États-Unis. Après la signature d’un décret en mai par le président Trump, écartant Huawei du milieu des affaires aux Etats-Unis et dans ces pays alliés, plusieurs entreprises, comme Google, Microsoft, ARM et Infineon ont commencé à suspendre toute activité avec l’entreprise.

Les Etats-Unis accusent Huawei de collaborer avec le gouvernement communiste chinois. Ils affirment que les téléphones intelligents et l'équipement réseau de Huawei pourraient être utilisés par la Chine pour espionner les Américains. Mais l’entreprise a toujours nié ces allégations. Dans un rapport publié cette semaine par le Wall Street Journal, le quotidien américain a affirmé que la société aidait aussi les gouvernements africains à espionner leurs citoyens, ce que Huawei a également nié.

Les négociations commerciales entre Washington et Pékin étaient interrompues en mai, mais une rencontre en marge du sommet du G20 en fin juin a relancé les échanges. Le Washington Post a rapporté, après la rencontre, qu’en échange d'une flexibilité sur Huawei, Trump a déclaré que la Chine avait accepté de gros achats de produits agricoles américains « presque immédiatement ». Mais il n'a révélé aucune précision et les responsables chinois n'ont pas confirmé l'offre. « Nous avons discuté de beaucoup de choses et nous sommes de retour sur la bonne voie », a déclaré Trump. « Nous allons voir ce qui se passe ».

En apportant des clarifications sur la déclaration de Trump, Larry Kudlow, président du Conseil économique national, a déclaré à Fox News que le département du Commerce « accordera quelques licences supplémentaires là où il y a une disponibilité générale » des pièces nécessaires, et que « les préoccupations en matière de sécurité nationale resteront primordiales ».

La prolongation vue comme un dernier préavis à l'ensemble des consommateurs américains

La prolongation, jusqu'au 18 novembre, renouvelle un accord qui maintient la capacité de la société chinoise à maintenir les réseaux de télécommunications existants et à fournir des mises à jour logicielles aux combinés Huawei. Par ailleurs, le secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, a déclaré aux journalistes à la fin du mois dernier qu'il avait reçu plus de 50 demandes et qu'il s'attendait à en recevoir davantage, a rapporté Reuters. Selon Reuters, l'industrie des semi-conducteurs a fait pression pour vendre des articles non sensibles que Huawei pourrait facilement acheter à l'étranger, faisant valoir qu'une interdiction générale nuit aux entreprises américaines.

Pourvu que la prolongation permette aux derniers consommateurs américains de juguler leur dépendance du géant chinois. Selon le rapport de Reuters, sur les 70 milliards de dollars dépensés par Huawei pour l'achat de composants en 2018, quelque 11 milliards de dollars sont allés à des entreprises américaines comme Qualcomm, Intel et Micron Technology.

Reuters rapporte également que Doug Jacobson, avocat spécialisé en droit commercial à Washington, a déclaré qu'il n'est pas surprenant que la prolongation ait été accordée : « Il faut du temps aux fournisseurs de télécommunications pour trouver d'autres fournisseurs d'équipement ».

Lorsque M. Ross a été interrogé sur ce qui se passera en novembre, à la fin de cette dernière période de sursis, pour les clients américains de Huawei, il a répondu : « Tout le monde en a été averti, il y a eu beaucoup de discussions avec le président ».

Source : Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous de cette prolongation de la licence spéciale de Huawei ?
Est-ce pour que Huawei continue d’assurer le service minimum aux clients existants ou pour permettre aux entreprises américaines de vendre à l’entreprise chinoise ?
Pensez-vous que la prolongation permettra aux entreprises américaines d’être en mesure de ne plus faire des affaires avec le chinois Huawei ?
La 5G tiendrait-elle ses promesses si un acteur majeur, Huawei, venait à être écarté définitivement de son processus de déploiement ?

Lire aussi

G20 : l'administration Trump autorise les ventes américaines à Huawei, tandis que la Chine et les États-Unis reprennent les négociations commerciales
L'armée chinoise va remplacer le système d'exploitation Windows dans la crainte d'un epiratage américain, Elle ne fait pas non plus confiance à Linux
Très critiquée, la loi « anti-Huawei » pour sécuriser la 5G est désormais une réalité, mais elle ne discrimine pas un équipementier en particulier
La Chine s'apprête à publier sa liste d'entreprises étrangères jugées à risque et à bannir de son marché, comme l'ont fait les USA avec Huawei

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 31/08/2019 à 8:48
Je suis très curieux de voir comment le Mate 30 va se vendre sans accès au Play Store.

On pourrait se dire que même si les parts de marché de Huawei vont continuer à dégringoler en Europe, la marque peut se maintenir en Asie et notamment en Chine, patriotisme économique oblige.
Ce qui pourrait lui donner du temps pour développer un écosystème alternatif à celui de Google.

Néanmoins, je doute que d'autres constructeurs de smartphones, comme Samsung par exemple, soient enclins à adopter l'OS et le store d'un de leur concurrent...
Pour que la sauce prenne, il faudrait que Huawei puisse rallier d'autres constructeurs.

Maintenant, quand on regarde l'état du marché, à part Apple (US) et Samsung (Corée), on peut constater que les autres principaux constructeurs sont chinois : Xiaomi, vivo et Oppo.
La partie pourrait ne pas être perdue donc, avec un effet boomerang qui serait de contribuer à l'émergence d'une réelle alternative aux Etats-Unis dans le domaine de la tech.
4  0 
Avatar de CoderInTheDark
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 20/08/2019 à 18:04
<world compagny name="Mr Sylvestre" >
Faut pas déconner !*
On fait du buisness
Faut écouler les stocks
veuahhhhh
Pardon aux familles tout ça
</world compagny>

Et les entreprises européennes et le monde entier ils ont droit de vendre aussi ?
2  0 
Avatar de bk417
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 31/08/2019 à 17:03
On a compris ton point de vue, mais tu n'expliques pas pourquoi.
Citer un produit n'est pas interdit à ce que je sache.
2  0 
Avatar de bk417
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 31/08/2019 à 12:33
Huawei peut laisser à l'utilisateur le soin d'installer le Play Store lui-même.
En indiquant la procédure dans la notice par exemple.
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 02/09/2019 à 15:47
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
C'est pas les marques qui manquent en Chine . Remplacer de la merde par de la merde en somme ...
En Chine on produit aussi du haut de gamme. (Les iPhones peuvent être fabriqué en Chine et certains modèles dépassent les 1200€)

Avant on pensait que les chinois n'étaient bon qu'à copier, alors que maintenant on voit qu'ils peuvent innover.
Des chinois vont peut-être développer un OS mobile qui remplacera Android, peut-être qu'ils vont réussir à faire mieux que Google Maps.

En tout cas aujourd'hui, dans le domaine des smartphones, les fabricants chinois dépassent les étasuniens et les coréens. Huawei + Xiaomi + Oppo + Vivo représentent une plus grosse part du marché que Samsung + Apple.
Les USA ont des raisons d'être inquiets...
L'action Apple se porte encore très bien pour le moment, mais ce ne sera pas éternellement le cas.
1  0 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/08/2019 à 8:59
Citation Envoyé par CoderInTheDark Voir le message
Et les entreprises européennes et le monde entier ils ont droit de vendre aussi ?
Ca dépend, en dollars ou en euros, yuans, etc. ?
0  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 31/08/2019 à 13:16
Si le mode opératoire pour installer le store de Google se trouvait dans la notice officielle, il ne devrait pas être compliqué pour les avocats de Google de démontrer qu'il s'agit malgré tout d'une violation de la licence de la version commerciale d'Android.
C'est comme si un vendeur de PC indiquait sur son site comment télécharger et installer une version pirate de Windows.

Sans un Google Play installé par défaut, et sans notice explicative pour l'installer, il est probable que 99% des utilisateurs ne l'installeront pas.
0  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 31/08/2019 à 16:30
Que l'utilisateur l'installe de sa propre initiative, pas de problème. Que Huawei indique sur sa notice comment l'installer, ce n'est plus la même histoire.
0  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 31/08/2019 à 17:54
Citer un produit dans le but de contourner une absence d'autorisation est problématique et certainement assimilable à un contournement de licence.

Tu ne fais pas que citer un produit quand tu indiques comment installer Google Play sur ton futur Mate 30.
On n'est pas sur de la citation "fair use" mais à des fins commerciales pour pallier une interdiction d'utiliser des produits commerciaux made in Google.
0  0 
Avatar de bk417
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 01/09/2019 à 10:42
Citation Envoyé par yahiko Voir le message
Citer un produit dans le but de contourner une absence d'autorisation est problématique et certainement assimilable à un contournement de licence.

Tu ne fais pas que citer un produit quand tu indiques comment installer Google Play sur ton futur Mate 30.
On n'est pas sur de la citation "fair use" mais à des fins commerciales pour pallier une interdiction d'utiliser des produits commerciaux made in Google.
C'est un fait, les utilisateurs ont le droit d'installer Play Store sur un téléphone Huawei.
Huawei a seulement interdiction de relation commerciale avec Google.
Evidemment que c'est pour pallier à cette interdiction, de là à affirmer que c'est un contournement de licence je suis pas convaincu.
Aucun de nous deux n'est avocat donc on ne peut pas statuer ici, mais le droit est un domaine très précis où le sens des mots est très important et des failles sont souvent trouvées dans des lois ou décisions judiciaires.
0  0 
Responsable bénévole de la rubrique Réseau : chrtophe -

Partenaire : Hébergement Web