Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les États-Unis accordent à Huawei 90 jours supplémentaires pour acheter auprès de fournisseurs américains,
Afin de permettre aux consommateurs américains d'être prêts à s'éloigner du matériel Huawei

Le , par Stan Adkens

19PARTAGES

6  0 
Reuters avait appris des sources la semaine dernière que le gouvernement américain allait renouveler la licence spéciale de Huawei pour que la firme chinoise continue de faire des affaires avec les entreprises américaines après la fin de la première période d’exemption d’interdiction qui expire ce lundi. Eh bien ! 90 autres jours sont accordés, même si le président Donald Trump a suggéré dimanche qu'une telle prolongation ne serait pas accordée, a rapporté Reuters dans un rapport publié ce lundi.

En effet, une interdiction faite, en mai dernier, par Washington au géant chinois des télécommunications d'exporter ses produits et d'acheter des marchandises américaines, empêchant ainsi les entreprises américaines (et les entreprises utilisant des technologies d'origine américaine) de faire des affaires avec Huawei, a été perçue comme une escalade majeure dans la guerre commerciale entre les deux principales économies du monde.


Mais le Département américain du Commerce a ensuite accordé que Huawei continue d'acheter des produits de fabrication américaine, peu de temps après l'inscription sur la liste noire de l'entreprise. Cette décision avait pour but de réduire au minimum les perturbations pour ses clients, dont beaucoup exploitent des réseaux dans les régions rurales d'Amérique. L’exemption de 90 jours, qui expire ce lundi 19 août, a permis au plus grand fabricant d’équipement de télécommunication au monde de soutenir des clients existants dans le secteur des téléphones intelligents et de l'infrastructure cellulaire.

« La licence générale temporaire donne aux exploitants le temps de prendre d'autres dispositions et au ministère l'espace nécessaire pour déterminer les mesures à long terme appropriées pour les Américains et les fournisseurs de télécommunications étrangers qui dépendent actuellement du matériel Huawei pour leurs services essentiels. Bref, cette licence permettra aux utilisateurs de téléphones mobiles et aux réseaux à large bande ruraux de Huawei de poursuivre leurs activités ». C’est ainsi que le ministère du Commerce a décrit l'exemption en mai dernier.

Les États-Unis accordent à Huawei 90 jours supplémentaires de « licence générale temporaire » pour acheter auprès de fournisseurs américains, selon Reuters. La décision qui était attendue pour le week-end, après un entretien téléphonique attendu entre le président américain Donald Trump et le président chinois Xi Jinping, a été annoncée lundi par le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross. M. Ross a indiqué que la dernière extension visait également à éviter les perturbations dans les activités de ces mêmes clients de Huawei.

Le Ministère du Commerce a déclaré dans un communiqué que cette prolongation de 90 jours « a pour but d'accorder aux consommateurs de toute l'Amérique le temps nécessaire pour s'éloigner de l'équipement Huawei, compte tenu de la menace persistante pour la sécurité nationale et la politique étrangère ». « Alors que nous continuons d'inciter les consommateurs à abandonner les produits de Huawei, nous reconnaissons qu'il faut plus de temps pour éviter toute perturbation », a ajouté M. Ross.


Il faut noter aussi que cette prolongation s’accompagne de l’extension de la liste des sociétés affiliées à Huawei (46 sociétés de plus) ajoutées la « liste des entités » du ministère américain du Commerce, portant le nombre total à plus de 100 entités Huawei couvertes par ces restrictions.

Dans une déclaration à propos de la prolongation temporaire, Huawei a déclaré que la décision du gouvernement américain « ne change pas le fait que Huawei a été traité injustement. La décision d'aujourd'hui n'aura pas d'impact substantiel sur les affaires de Huawei ». Huawei s'est aussi opposé à la décision d'ajout de 46 autres affiliés à la liste des entités. « Il est clair que cette décision, prise à ce moment précis, est motivée par des considérations politiques et n'a rien à voir avec la sécurité nationale », a déclaré la société.

Le président Trump aussi ne serait pas pour la décision de prolongation. Il avait indiqué au cours du week-end qu'il n'y aurait pas de prolongation, disant que ce qui se passerait serait le « contraire » de ce qui a été rapporté le vendredi. « En fait, nous sommes ouverts à ne pas faire affaire avec eux », a déclaré M. Trump dimanche.

Le blocage de Huawei exacerbé par la guerre commerciale entre Washington et Pékin

Huawei est pris dans la plus grande guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Bien que les deux pays se soient mutuellement taxés, les responsables américains de la sécurité ont mis en garde sur la possibilité que la compagnie de télécommunications maintienne des liens avec le gouvernement chinois et que cela puisse représenter une menace pour la sécurité des États-Unis. Après la signature d’un décret en mai par le président Trump, écartant Huawei du milieu des affaires aux Etats-Unis et dans ces pays alliés, plusieurs entreprises, comme Google, Microsoft, ARM et Infineon ont commencé à suspendre toute activité avec l’entreprise.

Les Etats-Unis accusent Huawei de collaborer avec le gouvernement communiste chinois. Ils affirment que les téléphones intelligents et l'équipement réseau de Huawei pourraient être utilisés par la Chine pour espionner les Américains. Mais l’entreprise a toujours nié ces allégations. Dans un rapport publié cette semaine par le Wall Street Journal, le quotidien américain a affirmé que la société aidait aussi les gouvernements africains à espionner leurs citoyens, ce que Huawei a également nié.

Les négociations commerciales entre Washington et Pékin étaient interrompues en mai, mais une rencontre en marge du sommet du G20 en fin juin a relancé les échanges. Le Washington Post a rapporté, après la rencontre, qu’en échange d'une flexibilité sur Huawei, Trump a déclaré que la Chine avait accepté de gros achats de produits agricoles américains « presque immédiatement ». Mais il n'a révélé aucune précision et les responsables chinois n'ont pas confirmé l'offre. « Nous avons discuté de beaucoup de choses et nous sommes de retour sur la bonne voie », a déclaré Trump. « Nous allons voir ce qui se passe ».

En apportant des clarifications sur la déclaration de Trump, Larry Kudlow, président du Conseil économique national, a déclaré à Fox News que le département du Commerce « accordera quelques licences supplémentaires là où il y a une disponibilité générale » des pièces nécessaires, et que « les préoccupations en matière de sécurité nationale resteront primordiales ».

La prolongation vue comme un dernier préavis à l'ensemble des consommateurs américains

La prolongation, jusqu'au 18 novembre, renouvelle un accord qui maintient la capacité de la société chinoise à maintenir les réseaux de télécommunications existants et à fournir des mises à jour logicielles aux combinés Huawei. Par ailleurs, le secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, a déclaré aux journalistes à la fin du mois dernier qu'il avait reçu plus de 50 demandes et qu'il s'attendait à en recevoir davantage, a rapporté Reuters. Selon Reuters, l'industrie des semi-conducteurs a fait pression pour vendre des articles non sensibles que Huawei pourrait facilement acheter à l'étranger, faisant valoir qu'une interdiction générale nuit aux entreprises américaines.

Pourvu que la prolongation permette aux derniers consommateurs américains de juguler leur dépendance du géant chinois. Selon le rapport de Reuters, sur les 70 milliards de dollars dépensés par Huawei pour l'achat de composants en 2018, quelque 11 milliards de dollars sont allés à des entreprises américaines comme Qualcomm, Intel et Micron Technology.

Reuters rapporte également que Doug Jacobson, avocat spécialisé en droit commercial à Washington, a déclaré qu'il n'est pas surprenant que la prolongation ait été accordée : « Il faut du temps aux fournisseurs de télécommunications pour trouver d'autres fournisseurs d'équipement ».

Lorsque M. Ross a été interrogé sur ce qui se passera en novembre, à la fin de cette dernière période de sursis, pour les clients américains de Huawei, il a répondu : « Tout le monde en a été averti, il y a eu beaucoup de discussions avec le président ».

Source : Reuters

Et vous ?

Que pensez-vous de cette prolongation de la licence spéciale de Huawei ?
Est-ce pour que Huawei continue d’assurer le service minimum aux clients existants ou pour permettre aux entreprises américaines de vendre à l’entreprise chinoise ?
Pensez-vous que la prolongation permettra aux entreprises américaines d’être en mesure de ne plus faire des affaires avec le chinois Huawei ?
La 5G tiendrait-elle ses promesses si un acteur majeur, Huawei, venait à être écarté définitivement de son processus de déploiement ?

Lire aussi

G20 : l'administration Trump autorise les ventes américaines à Huawei, tandis que la Chine et les États-Unis reprennent les négociations commerciales
L'armée chinoise va remplacer le système d'exploitation Windows dans la crainte d'un epiratage américain, Elle ne fait pas non plus confiance à Linux
Très critiquée, la loi « anti-Huawei » pour sécuriser la 5G est désormais une réalité, mais elle ne discrimine pas un équipementier en particulier
La Chine s'apprête à publier sa liste d'entreprises étrangères jugées à risque et à bannir de son marché, comme l'ont fait les USA avec Huawei

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 31/08/2019 à 8:48
Je suis très curieux de voir comment le Mate 30 va se vendre sans accès au Play Store.

On pourrait se dire que même si les parts de marché de Huawei vont continuer à dégringoler en Europe, la marque peut se maintenir en Asie et notamment en Chine, patriotisme économique oblige.
Ce qui pourrait lui donner du temps pour développer un écosystème alternatif à celui de Google.

Néanmoins, je doute que d'autres constructeurs de smartphones, comme Samsung par exemple, soient enclins à adopter l'OS et le store d'un de leur concurrent...
Pour que la sauce prenne, il faudrait que Huawei puisse rallier d'autres constructeurs.

Maintenant, quand on regarde l'état du marché, à part Apple (US) et Samsung (Corée), on peut constater que les autres principaux constructeurs sont chinois : Xiaomi, vivo et Oppo.
La partie pourrait ne pas être perdue donc, avec un effet boomerang qui serait de contribuer à l'émergence d'une réelle alternative aux Etats-Unis dans le domaine de la tech.
4  0 
Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 20/09/2019 à 14:06
Huawei lance ses smartphones Mate 30 et Mate 30 Pro sans les applications Google
mais pilotés par EMUI 10 basé sur Android 10

Huawei a officiellement lancé hier ses nouveaux smartphones de la série Mate 30. Le constructeur chinois a lancé ses derniers smartphones sans la plupart des applications habituellement préinstallées sur les téléphones Android à cause de sa présence sur la liste noire des États-Unis. Les Mate 30 et Mate 30 Pro sont des téléphones sans Google Apps, c’est-à-dire sans aucune application Google, mais qui sont pilotés par EMUI 10 qui est basé sur Android 10. Toutefois, Huawei a précisé que les utilisateurs pourront installer par eux-mêmes les applications Google s’ils le désirent.

Le lancement des Mate 30 et Mate 30 Pro hier constitue le premier grand lancement de la société chinoise depuis qu’elle a été mise sur liste noire par les États-Unis, lui interdisant de faire affaire avec les entreprises américaines et de commercialiser ses produits dans le pays. Huawei est donc interdit d’utiliser la version d’Android fournit par Google et les services qu’il fournit par défaut. Par conséquent, les nouveaux téléphones de Huawei ont été lancés sans la plupart des applications généralement préinstallées sur les smartphones Android.

Le Mate 30 et le Mate 30 Pro de Huawei n’utiliseront pas les services et les applications Google (Services Google Play), mais une alternative que la société a nommée « Huawei Mobile Services (HMS) ». En effet, ce service n’est pas totalement nouveau, car il s’agit de son écosystème d’applications qu’il utilise en Chine, Google Play n'étant pas disponible sur son territoire. Désormais, cet écosystème devra s'établir en Europe et ailleurs dans le monde. Toutefois, les utilisateurs non chinois de Huawei pourraient se montrer réticents face à ce changement brusque.


Les nouveaux téléphones de la série Mate 30 ne disposent pas de YouTube, de Google Maps et de Gmail, entre autres. Ils ne disposent pas non plus du Play Store de Google, qui est la méthode habituelle utilisée par les utilisateurs situés en dehors de la Chine pour installer des logiciels tiers sur les téléphones Android. Le HMS a permis à Huawei de précharger de nouvelles applications alternatives à la place. Les utilisateurs pourront télécharger les applications telles que Whatsapp, Facebook ou Instagram à partir de « Huawei App Gallery », qui représente le magasin d’applications de Huawei.

« Vous savez, aujourd'hui, en raison de l'interdiction américaine, ce téléphone ne peut pas préinstaller le noyau GMS (Google Mobile Services). Cela nous a forcés à utiliser le noyau HMS », a expliqué Richard Yu, responsable des appareils grand public de l'entreprise. Il a ajouté que la société avait mis de côté 1 milliard de dollars US (801 millions de livres sterling) pour encourager les développeurs à rendre leurs applications compatibles, et que plus de 45 000 applications avaient déjà intégré la technologie de la société. Mais il n'en a nommé aucun.

Le Mate 30 Pro a un design standard avec une large encoche et un écran incurvé sur les côtés comme certains téléphones récents. C’est un nouveau type d’écran baptisé « waterfall », signifiant "chute d'eau" en français. C'est un écran encore plus incurvé que ce qui est proposé actuellement, avec une courbure qui va jusqu'au dos du boîtier pour un effet de finesse renforcé. L'encoche du téléphone est large et contient des capteurs pour la reconnaissance faciale avec un réseau infrarouge et une caméra 3D « depth-sensing », en plus de la caméra selfie de 32 Mo.

Il y a une troisième caméra « capteur de geste » dans l'encoche, qui vous permet de faire défiler ou de fermer votre main pour prendre une capture d'écran. Google s'apprêterait également à apporter une telle fonctionnalité pour le Pixel 4, en utilisant un radar au lieu d'une caméra. Le mode « AI Auto Rotate » du Mate 30 Pro utilise la caméra avant pour suivre votre visage, en s'assurant que l'écran tourne correctement par rapport à votre visage, plutôt que par rapport au sol. À l’arrière, le téléphone possède quatre caméras.

Le dos du Mate 30 Pro est équipé de quatre appareils photo :

  • un appareil photo « super-sensing » ou « super détection » de 40 mégapixels (MP) avec un capteur plus grand que la normale pour un combiné. Cela lui permet de capturer plus de lumière et donc de photographier en basse lumière ;
  • un appareil photo 8 MP avec un zoom optique 3x, ce qui signifie que l'utilisateur peut se rapprocher d'un sujet sans compromettre la résolution ;
  • une caméra cinéma de 40 MP, dédiée à la vidéo. Huawei a précisé qu’il a un capteur de rapport plus large que les autres. Le capteur offre également une meilleure sensibilité vidéo en basse lumière et un effet de ralenti plus lent, fournissant jusqu'à 7 680 images par seconde ;
  • une caméra 3D « depth-sensing », qui fournit des données pouvant être utilisées pour appliquer un effet de flou plus réaliste aux photos et aux arrière-plans vidéo.

Alors que l'approche de Google en matière de photographie mobile est principalement basée sur des logiciels, Huawei adopte l'approche complètement opposée et utilise des capteurs d'appareils photo de très grande taille. Toutes les caméras arrières des appareils sont fixées dans un cercle noir. La société chinoise espère bien que les caractéristiques citées pour les téléphones vont encourager ses utilisateurs à ne pas tenir compte des inconvénients auxquels ils pourraient être confrontés à cause de la sanction américaine. Le Mate 30 Pro est disponible en six couleurs au total, y compris deux options de cuir végétalien : vert et orange.

Les autres couleurs comprennent l'argent, le vert, le violet et le noir. Le modèle standard de la série, le Mate 30, est équipé de la même caméra « super-sensing », ainsi que d'une version grand-angle de 16 mégapixels et d'un téléobjectif de 8 mégapixels pour les portraits. Les écrans des deux appareils sont légèrement différents. Le Mate 30 Pro possède un écran de 6,53 pouces qui contourne les bords de l'appareil, tandis que le Mate 30 standard dispose d'un écran plat plus traditionnel et qui est légèrement plus grand (6,62 pouces).

La puissance de la batterie varie également d’un téléphone à l’autre. Le Mate 30 Pro dispose d’une batterie plus grande de 4 500 mAh contre 4 200 mAh pour le Mate 30. Les deux téléphones peuvent prendre une charge rapide jusqu’à 40W avec un câble ou à 27W en mode sans fil. Les Mate 30 et Mate 30 Pro sont disponibles en version 4G et 5G, et la 5G est fournie par le puce Kirin de Huawei. La puce est la première de Huawei à inclure un modem 5G intégré. Huawei a expliqué que pour le modem 5G, le téléphone comprend 14 antennes pour la 5G, et 21 antennes au total.

Les nouveaux téléphones de Huawei fonctionnent sous EMUI 10 qui est une fork d’Android 10. Le Huawei Mate 30 sera disponible avec 8 Go de RAM et 128 Go de stockage. Il démarrera à 799 €, tandis que le Mate 30 Pro augmente la capacité de stockage interne à 256 Go et démarre à 1 099 € pour le modèle 4G ou à 1 199 € pour le modèle 5G. Il existe également une nouvelle édition nommée Porsche Design du Mate 30, qui utilise une finition en cuir à l'arrière de l'appareil.

La Porsche Design Huawei Mate 30 RS est disponible en rouge et en noir, et évite la bosse de caméra circulaire à l'arrière au profit d’un réseau de quatre capteurs plus intégré. Enfin, l'édition Porsche Design débutera à 2 095 € et viendra avec 12 Go de RAM et 512 Go de stockage interne. Selon certains, le matériel est très impressionnant, mais ils craignent que les ventes du chinois Huawei ne s’effondrent en dehors de la Chine. « Le matériel est très impressionnant et montre les points forts de Huawei », a déclaré Bryan Ma du cabinet d’études de marché IDC.

« Mais ce n'est pas suffisant pour compenser le manque de services Google sauf pour quelques clients très durs qui auront la patience d'écarter et de tolérer d'éventuels problèmes. Peut-être qu'ils essaient juste de s'en sortir dans l'espoir d'avoir accès à ces services Google plus tard », a-t-il ajouté. Huawei a expliqué que les utilisateurs peuvent installer plus tard les applications Google s’ils le désiraient. Un porte-parole de l’entreprise a déclaré qu’ il y a un moyen de charger latéralement les applications de Google et que le personnel de Huawei conseillera les clients sur la façon de le faire.

Cependant, il a également mentionné qu'elles pourraient ne pas fonctionner aussi bien que d'habitude. D’ailleurs, à ce sujet, un invité au lancement a tweeté des vidéos montrant deux des services de Google refusant de travailler sur le Mate 30. Malgré les efforts de Huawei et les fonctionnalités impressionnantes intégrées aux Mate 30 et Mate 30 Pro, certains pensent que le marché de Huawei en dehors de la Chine, en Europe et ailleurs, risque de chuter considérablement, en raison de la réticence que pourraient avoir certains consommateurs sur le produit.


Richard Yu a déclaré que l'entreprise a connu une croissance de 26 % de la demande pour ses smartphones au cours de la période de janvier à août, par rapport aux mêmes huit mois en 2018. Il n'a pas précisé si le chiffre faisait référence aux ventes ou aux expéditions. Cependant, les analystes suggèrent que les ventes ont commencé à souffrir en Europe après que les États-Unis aient ajouté Huawei à une liste noire qui empêche de nombreuses entreprises de fournir leur dernière technologie à la société chinoise.

La question que tout le monde se pose, c’est de savoir si les gens seront prêts à acheter un téléphone sans Google Play, Gmail, Google Maps et YouTube. Combien d’applications ne fonctionneront plus sans Google Play Services ? L’on estime que cela peut constituer une proposition effrayante pour les consommateurs. La société penserait également que l’offre ne passera pas du premier coup et s'attend donc à une baisse de 10 milliards de dollars de ses ventes d'appareils grand public cette année, à cause de l'interdiction des exportations.

Source : BBC

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Trump signe un décret pavant le chemin vers le blocage d'Huawei aux USA. La France assure qu'elle n'a pas l'intention de faire la même chose

Les motifs avancés par Trump pour justifier l'embargo contre Huawei sont inacceptables. Les USA auraient-ils bluffé depuis le début ?

Le système d'exploitation de Huawei sera plus rapide qu'Android et MacOS, d'après Ren Zhengfei, le PDG de Huawei

Le blocage de Huawei pourrait s'étendre au-delà des frontières US. L'Allemand Infineon a déjà suspendu ses livraisons de puces au Chinois
4  0 
Avatar de CoderInTheDark
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 20/08/2019 à 18:04
<world compagny name="Mr Sylvestre" >
Faut pas déconner !*
On fait du buisness
Faut écouler les stocks
veuahhhhh
Pardon aux familles tout ça
</world compagny>

Et les entreprises européennes et le monde entier ils ont droit de vendre aussi ?
2  0 
Avatar de bk417
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 31/08/2019 à 17:03
On a compris ton point de vue, mais tu n'expliques pas pourquoi.
Citer un produit n'est pas interdit à ce que je sache.
2  0 
Avatar de bk417
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 31/08/2019 à 12:33
Huawei peut laisser à l'utilisateur le soin d'installer le Play Store lui-même.
En indiquant la procédure dans la notice par exemple.
1  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 02/09/2019 à 15:47
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
C'est pas les marques qui manquent en Chine . Remplacer de la merde par de la merde en somme ...
En Chine on produit aussi du haut de gamme. (Les iPhones peuvent être fabriqué en Chine et certains modèles dépassent les 1200€)

Avant on pensait que les chinois n'étaient bon qu'à copier, alors que maintenant on voit qu'ils peuvent innover.
Des chinois vont peut-être développer un OS mobile qui remplacera Android, peut-être qu'ils vont réussir à faire mieux que Google Maps.

En tout cas aujourd'hui, dans le domaine des smartphones, les fabricants chinois dépassent les étasuniens et les coréens. Huawei + Xiaomi + Oppo + Vivo représentent une plus grosse part du marché que Samsung + Apple.
Les USA ont des raisons d'être inquiets...
L'action Apple se porte encore très bien pour le moment, mais ce ne sera pas éternellement le cas.
1  0 
Avatar de DevTroglodyte
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/08/2019 à 8:59
Citation Envoyé par CoderInTheDark Voir le message
Et les entreprises européennes et le monde entier ils ont droit de vendre aussi ?
Ca dépend, en dollars ou en euros, yuans, etc. ?
0  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 31/08/2019 à 13:16
Si le mode opératoire pour installer le store de Google se trouvait dans la notice officielle, il ne devrait pas être compliqué pour les avocats de Google de démontrer qu'il s'agit malgré tout d'une violation de la licence de la version commerciale d'Android.
C'est comme si un vendeur de PC indiquait sur son site comment télécharger et installer une version pirate de Windows.

Sans un Google Play installé par défaut, et sans notice explicative pour l'installer, il est probable que 99% des utilisateurs ne l'installeront pas.
0  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 31/08/2019 à 16:30
Que l'utilisateur l'installe de sa propre initiative, pas de problème. Que Huawei indique sur sa notice comment l'installer, ce n'est plus la même histoire.
0  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 31/08/2019 à 17:54
Citer un produit dans le but de contourner une absence d'autorisation est problématique et certainement assimilable à un contournement de licence.

Tu ne fais pas que citer un produit quand tu indiques comment installer Google Play sur ton futur Mate 30.
On n'est pas sur de la citation "fair use" mais à des fins commerciales pour pallier une interdiction d'utiliser des produits commerciaux made in Google.
0  0 
Responsable bénévole de la rubrique Réseau : chrtophe -

Partenaire : Hébergement Web