IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

SpaceX veut lancer près de 30 000 satellites en bande W en s'appuyant sur le Royaume des Tonga comme siège réglementaire
Certains y voient une forme de contournement des règles internationales

Le , par Stéphane le calme

24PARTAGES

15  0 
SpaceX, la société spatiale fondée par Elon Musk, a déposé une demande auprès de l’Union internationale des télécommunications (UIT) pour placer 29 988 nouveaux satellites en orbite. Ces satellites feraient partie du réseau ESIAFI II, qui utiliserait les fréquences W-band dans les bandes de service fixe et mobile par satellite. Le W-band est la partie micro-ondes du spectre électromagnétique, et opère entre 75 et 110 GHz, juste au-dessus du V-band. Le W-band est de plus en plus apprécié pour son utilisation par les satellites à haut débit.

SpaceX a utilisé le royaume de Tonga comme source réglementaire pour sa demande, en passant par TongaSat, une société qui cherche à profiter de l’industrie satellitaire.

Les Tonga, en forme longue le royaume des Tonga, sont un État de Polynésie, situé dans l'Ouest de l'océan Pacifique sud, à 744 km à l'est-sud-est des îles Fidji et à 875 km au sud de Wallis-et-Futuna. Le pays est réparti en trois archipels principaux comportant plus de 170 îles et îlots.

Tongasat est l'agent agréé du Royaume des Tonga chargé d'effectuer et de coordonner les déclarations de satellite des Tonga auprès de l'Union internationale des télécommunications, puis d'autoriser ces déclarations de satellite aux opérateurs de satellite internationaux pour leur utilisation commerciale, en fait un pavillon de complaisance pour l'espace.

Matt Nilson, le fondateur de Tongasat, avait auparavant créé une société de satellites, Advanced Business Communications Inc, et avait obtenu l'autorisation de lancer deux satellites ; le projet, cependant, échoua bientôt. Il a lancé Tongasat après avoir déménagé de San Diego aux Tonga pour prendre sa retraite en 1987.

Grâce à des relations personnelles, Nilson a communiqué son idée à la princesse Salote Pilolevu Tuita, qui en a ensuite informé son père, le roi Taufa'ahau Tupou IV. Tāufa'āhau Tupou, intrigué en partie par les mauvais systèmes de communication des Tonga, a organisé une réunion formelle avec Nilson en novembre 1987. Nilson a convaincu le roi d'obtenir des créneaux orbitaux auprès de l'Union internationale des télécommunications ainsi que d'autres pays océaniens. En avril 1988, le gouvernement tongan a autorisé la société, officiellement créée sous le nom de Friendly Islands Satellite Communications Inc et enregistrée le 13 février 1989.

L'objectif de Tongasat était à la fois de tirer un profit commercial des créneaux horaires et de créer un réseau régional dans le Pacifique pour promouvoir l'exploitation des satellites. Même si le gouvernement n'aurait pas à financer les opérations, il recevrait la moitié des bénéfices.

TongaSat est donc une filiale de Friendly Islands Satellite Communications (FISCL), qui détient les droits d’exploitation des fréquences spatiales attribuées à Tonga par l’UIT. TongaSat a déjà collaboré avec SpaceX pour le déploiement de la constellation Starlink, qui compte actuellement environ 4200 satellites actifs sur 5100 lancés.

La demande de SpaceX prévoit que les 29 988 satellites opèrent dans 288 plans orbitaux à des altitudes multiples entre 350 et 614 kilomètres. Elle indique également que les nouveaux satellites seraient capables d’opérer dans toutes les bandes de fréquences populaires pour les communications par satellite, c’est-à-dire les bandes Ka, Ku et W. SpaceX a proposé d’abandonner ses plans pour 7518 satellites déjà approuvés utilisant le spectre V-band, à condition que la FCC autorise la nouvelle demande à incorporer les fréquences V-band dans ses conceptions de deuxième génération.

SpaceX n’a pas encore révélé les détails techniques et commerciaux de son projet ESIAFI II, ni le calendrier prévu pour son déploiement. La société a toutefois affirmé que son objectif était de fournir un accès Internet haut débit à faible latence à des milliards de personnes dans le monde, notamment dans les zones rurales et isolées. SpaceX fait face à la concurrence d’autres acteurs du marché des constellations en orbite terrestre basse (LEO), tels qu’Amazon, OneWeb et Telesat.

Déjà des polémiques

Le choix de Tonga comme source réglementaire peut être considéré comme une stratégie astucieuse ou controversée, selon les points de vue. D’une part, il permet à SpaceX de bénéficier des droits d’exploitation des fréquences spatiales attribués à un petit pays insulaire qui n’a pas de programme spatial propre. D’autre part, il peut être perçu comme une forme d’exploitation ou de contournement des règles internationales, qui vise à éviter les contraintes ou les obligations imposées par les pays plus développés ou plus peuplés. Il peut également susciter des inquiétudes quant à la souveraineté et à la sécurité nationales des pays concernés par le réseau ESIAFI II.

En conclusion, le projet ESIAFI II de SpaceX est ambitieux et innovant, mais il comporte également des risques et des incertitudes. Il faudra attendre de voir comment SpaceX parviendra à concrétiser sa vision et à répondre aux attentes du marché et de la société. Il faudra également surveiller l’évolution du cadre réglementaire et les réactions des parties prenantes, qui pourraient influencer le succès ou l’échec du projet.

La réaction du public

Certains trouvent cela dommage. Comme cet internaute qui déclare :

Oui, technologiquement, c’est incroyable. Mais honnêtement, je trouve écœurant qu’une entreprise contrôlée par un seul homme soit autorisée à envoyer 30 000 déchets dans l’espace.

Le fait que le seul homme qui le contrôle soit un démagogue milliardaire (oui, Musk est désormais un leader politique) avec sa propre société de médias ne fait qu’empirer les choses.

Les revenus de Tesla en 2 jours sont à peu près les mêmes que le PIB annuel des Tonga. Les revenus de Space X représentent 10 fois le PIB des Tonga. Il n’y aura pas de véritable surveillance de ce milliardaire en liberté.
D'autres préfèrent voir les retombées positives pour les zones peu ou mal desservies en termes de connectivité internet :

Vous pouvez le voir de cette façon si vous le souhaitez. Ou bien, vous pouvez considérer que les habitants des zones rurales et des pays sous-développés ne sont plus les esclaves de l’unique entreprise de télécommunications qui leur fait payer des sommes astronomiques pour un service épouvantable.
D'autres n'en voient pas la valeur :

Des centaines de millions, voire des milliards de personnes n’en tirent absolument aucun bénéfice, mais ils ont le bien commun (vue nocturne du ciel) pollué par un milliardaire américain pour qu’il puisse gagner plus d’argent. Je le déteste avec passion – même si Starlink est incroyable d'un point de vue technologique et que le nerd en moi l'adore, je ne pense pas que cela devrait être autorisé, point final.
Un argumentaire auquel un autre a répondu :

Il existe de nombreuses infrastructures dont les gens ne profitent pas directement. Cela ressemble à une argumentation anarcho-primitiviste.
Et enfin un autre a essayé d'apporter des éclaircissements :

La fréquence demandée est d'environ 126,5 GHz, 161,25 GHz et 170,75 GHz, elle est en fait au-dessus de la bande W telle que définie par l'IEEE qui est de 75 à 110 GHz, je pense que cela devrait être la bande IEEE G qui est de 110 à 300 GHz. Une recherche rapide n'a trouvé aucun article traitant de l'utilisation d'une fréquence aussi élevée pour les communications satellite-sol, cela semble donc être un territoire inexploré. Il semble que l’atténuation atmosphérique et l’évanouissement par la pluie seront plus graves. Je me demande si SpaceX compte sur des satellites plus gros avec un budget énergétique plus important pour les contrer.

Les orbites de ce dossier ITU sont :


C'est exactement la même chose que les orbites Starlink Gen2 déposées auprès de la FCC, donc je ne pense pas qu'il s'agisse d'une nouvelle constellation, il s'agit simplement de SpaceX qui ajoute une connexion de passerelle en bande G à la constellation Gen2 existante, et pour une raison quelconque, ils ne veulent pas passer par FCC pour ce faire.

Alors pourquoi Tonga ? Une chose qui mérite d’être mentionnée est que SpaceX a fourni un service Starlink gratuit aux Tonga lors de l’éruption volcanique et du tsunami de 2022, alors peut-être que de bonnes relations ont été établies en conséquence.

Enfin, la raison pour laquelle cela s'appelle "ESIAFI II" est qu'il existe en fait un satellite ESIAFI 1, c'est un ancien satellite de communication GEO qui a été acheté par Tongasat, qui est une société avec une histoire plutôt intéressante. Apparemment, ESIAFI signifie « Star Trail » (en tongien ?)


Source : dépôt à l'ITU

Et vous ?

Que pensez-vous de l’initiative de SpaceX de créer un réseau satellitaire W-band à l’échelle mondiale ? Est-ce une opportunité ou une menace pour le développement du secteur spatial et des télécommunications ?
Quels sont les avantages et les inconvénients du choix de Tonga comme source réglementaire pour le projet ESIAFI II ? Est-ce une stratégie légitime ou abusive de la part de SpaceX ? Quelles sont les conséquences pour la souveraineté et la sécurité des pays concernés par le réseau ?
Comment évaluez-vous les risques techniques et réglementaires liés au déploiement et à l’exploitation d’une constellation aussi massive et complexe que celle envisagée par SpaceX ? Quelles sont les mesures à prendre pour assurer la compatibilité, l’interopérabilité, la gestion du spectre et la réduction des débris spatiaux ?
Quel est l’impact potentiel du projet ESIAFI II sur l’accès à Internet haut débit à faible latence dans le monde, notamment dans les zones rurales et isolées ? Quels sont les défis et les opportunités pour les utilisateurs, les fournisseurs de services et les autorités publiques ?
Quelle est votre opinion sur la concurrence entre SpaceX et les autres acteurs du marché des constellations en orbite terrestre basse (LEO), tels qu’Amazon, OneWeb et Telesat ? Quels sont les facteurs clés de succès ou d’échec pour ces entreprises ? Quel est le rôle des organismes internationaux, tels que la FCC et l’UIT, dans la régulation de ce marché ?

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de Galet
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 07/11/2023 à 19:53
Citation Envoyé par commandantFred Voir le message
Je ne le vois pas du tout comme ça. Il a les deux pieds bien arrimés sur terre pour être le capitaine d'industrie qu'il est devenu. Il n'est pas fou du tout. Mon approche assez personnelle est qu'il "aurait voulu être un artiste".
...

Je n'ai pas compris l'histoire comme vous le dites. Selon ce que j'ai entendu, il n'a pas coupé les connexions, il a refusé de les ouvrir dans le but d'anéantir une flotte entière. Il a été appelé par les ukrainiens tard dans la nuit (le matin en Europe) et on lui a demandé d'ouvrir les connexions sur la mer noire pour une attaque massive. A tort ou à raison, c'est ce qu'on lui a dit. Il a conclu que cette décision n'était pas de sa compétence.
Bonsoir et merci pour ces sentiments...
Je n'incrimine pas l'homme mais plutôt le système. Que l'on admette ou non que cet homme est génial (ce point est eminemment discutable), il a, aujourd'hui, un pouvoir beaucoup trop important.
Nous avons confié notre avenir à une poignée d'industriels qui n'ont pas les compétences pour mener une reflexion de fond, mais qui ont pour objectif principal (unique !?!?) de mener leur barque.

Peut-être as-tu raison, et qu'il est dépassé par son succès. Il devrait alors (s'il est vraiment aussi intelligent), se déssaisir d"une partie de son "oeuvre" pour la péréniser, confier la capitainerie à un ensemble de personnes qui pourront obtenir un consensus. Au lieu de cela, aussi bien chez Tesla, Twitter et SpaceX, il a muselé ses collaborateurs pour être le seul à diriger. De nombreux témoignages indiquent une forme d'arrogance (peut-être à l'origine de sa réussite).

Un homme ayant le pouvoir de vie ou de mort sur autant de personnes, c'est le cas de l'Ukraine mais aussi pour toutes les familles de ses employés (notamment ceux qui ont été licenciées aussi rapidement), et plus encore qui doit décider de l'avenir de l'espèce humaine (implants) et de la survie sur terre (conquète spatiale) est soit un fou (et c'est dangereux) ou un dictateur (et cela n'est pas plus rassurant), en tout cas cela ne peut pas (et ne doit pas) être un homme, aussi plein de bonnes intentions (que tu lui pretes peut-être avec justesse).

Il me semble donc urgent de splitter ces entreprises pour nous (et le) protéger d'erreurs qu'un cerveau unique (même celui d'un génie) peut génerer. Evidemment, on pourrait parler d'autres entreprises gigantesques et monopolistiques. M. Musk en est le symbole...

Cordialement,
4  0 
Avatar de commandantFred
Membre averti https://www.developpez.com
Le 06/11/2023 à 14:19
Citation Envoyé par Fagus Voir le message
Vous semblez connaître le sujet bien mieux que moi, mais de mémoire :
- à propos de la comparaison Ariane 5 / soyouz, la certification d'ariane 5 pour le vol habité aurait-elle changé quelque chose par rapport à l'envoi d'astronautes par soyouz ? De mémoire, A. 5 est un lancer lourd, très couteux au tir et n'est pas structurellement concurrentiel avec un soyouz, historiquement la fusée la plus lancée, la plus fiable et économique, dans la catégorie lanceur moyen polyvalent.
Ariane 5 a eu de bons résultats, une belle carrière et un final magnifique en lançant le télescope James webb. Sa technologie typée navette spatiale était dans les standards de l'époque et correctement optimisée. Son business model l'opposait à une navette dont les coûts n'ont jamais pu être maîtrisés. La navette souffrait d'une erreur de conception majeure qui la rendait dangereuse intrinsèquement. Ariane a surfé sur l'infortune des américains et leur "pickup de l'espace".

Mais si on compare les specs de Falcon 9 et Ariane 5, on tombe sur des chiffres à peu près identiques. La version actuelle de Falcon dépasse légèrement Ariane en termes de charge utile.
On peut donc déduire qu'Ariane était parfaitement dimensionnée pour l'envoi d'astronautes sur la station spatiale.
Le module ATV de ravitaillement de la station était pourvu d'un Lidar pour l'approche d'arrimage. Les premières capsules Dragon n'avaient rien de similaire. L'arrimage se faisait avec le bras articulé de la station. SpaceX a corrigé ce point depuis.
De mémoire, les missions habitées Crew Dragon emportent avec elles un peu moins de 200 kg de fret en plus de l'équipage.
De mémoire également, l'agence spatiale russe facturait 80 millions de dollars le siège à bord de Soyouz soit 160 millions pour un équipage de deux (le troisième est forcément russe).
Le coût d'un lancement Ariane avoisinait 100 millions qu'il faut arrondir à 120 (désolé pour cette approximation. L'opacité du système européen tranche radicalement avec les US)
Donc, à part le coût de la mission, Ariane + ATV étaient fins prêts à accueillir un équipage. Il suffisait d'installer des sièges et s'asseoir dedans ! Je doute qu'on soit arrivés à ce degré de compatibilité au vol habité par hasard. Nul ne connait exactement les décisions qui ont mené à interdire aux astronautes de voler dans l'ATV mais un commandant français et deux américains à bord auraient rapporté 160 millions de revenu brut pour un coût de 120 millions, soit un bénéfice de 40 millions. Les ingénieurs ont fait tout le travail, le management a bloqué. Ce même management est toujours à la manœuvre aujourd'hui et je crains qu'Ariane 6 soit le fruit de son travail.

Citation Envoyé par Fagus Voir le message

Sinon, assez d'accord sur les querelles européennes qui ont plombé l'espace européen (comme le tank européen, l'avion européen, le réacteur européen EPR...), et dont l'explosion du lanceur européen Véga italien qui justement aurait dû prendre la place des lanceurs légers (à savoir que d'après ce que j'ai compris, le CNES disait que les Italiens en loucedé avaient remplacé une pièce critique par une ukrainienne, sans tester sa conformité sur banc d'essai à l'échelle (!!!), que la pièce s'est désintégrée en vol, et tout ça pour économiser et prendre de l'indépendance par rapport aux Français trop présents dans le spatial européen... Cette pièce est à nouveau produite en France de mémoire suite à ce dernier incident grave...)

Je crois qu'on peut prédire sans grand risque un changement important à venir dans le management du spatial européen. La fusée espagnole Miuria qui a volé le mois dernier semble préfigurer ce qui va suivre.
Toujours selon moi, la France (qui est de loin le premier contributeur spatial européen) a un impératif militaire pour lancer ses satellites d'observation. C'est donc dans le secret des cabinets ministériels que le business model français va évoluer vers des achats "sur étagère" de services spatiaux ou non. Je ne dis pas que ça va arriver mais les signaux faibles plaident en ce sens.
3  0 
Avatar de Galet
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 05/11/2023 à 18:32
@CommandantFred : Commentaires plus qu'avisés et documentés. A sa lecture on découvre que M. Musk a, au pire quelques echecs, et au mieux de fabuleuses réussites pour l'humanité.

Pour alimenter un peu la discussion, il me semble qu'un aspect essentiel a été omis : La raison pour laquelle M. Musk organise et crée tout cela.
A la lecture de ses nombreuses interventions médiatiques, il ressort que M. Musk ne croit plus en l'Humanité qui l'a vu naitre, mais pense la changer par la technologie. On pourrait espérer qu'il souhaite mettre ces avancées technologiques au profit de l'humanité (comme celle de supprimer le "travail") mais il souhaite simplement remplacer cette Humanité par une autre sur mesure, à son goût.

Vous l'aurez compris, je suis plutôt critique envers cet homme qui, grace à un certain genie qu'il faut bien lui reconnaitre, souhaite créer un nouveau monde : Nouvel homme amélioré par des implants, vehicule autonome pour compenser les erreurs humaines, installation d'une colonie sur Mars en gagant sur la perte de la Terre.

Cet homme ne croit plus en l'Humanité...il rêve de devenir Dieu. Pas de problème pour la seconde partie, nombreux sont ceux qui partagent ce rêve, mais la première me fait froid dans le dos. D'autant plus que ses moyens financiers lui permettent d'influencer la marche du monde et les decisions des politiques. Ses methodes de management (Tesla ou plus récemment Twitter) montrent qu'il se soucit assez peu du bien être de ses congénaires. Ses choix de coupure de couverture StarLink sur la Crimée lui confèrent une puissance (indiscutable car société privée) qui ne devrait pas reposer sur une seule tête...même celle d'un génie.

D'accord, nos politiciens européens frileux ont plombés Ariane Espace, mais peut-être que leur lenteur permettra au monde de digerer les évolutions pour qu'elles profitent au plus grand nombre au lieu de favoriser une caste triée sur le volet par un seul homme. (J'entend mes détracteurs : Ok, moi aussi je suis un rêveur !)

L'avenir lui donnera raison...ou tort. Le problème est que ses choix s'imposeront à bientôt 10 Milliard d'êtres humains...et bien plus encore d'autres êtres vivants.
1  0 
Avatar de commandantFred
Membre averti https://www.developpez.com
Le 06/11/2023 à 12:30
Citation Envoyé par mith06 Voir le message
Je ne vois pas de quoi tu parles. L'Europe de l'Espace va très bien. D'ailleurs Ariane 6 va bientôt voler.

Concernant les fusées d'Elon Musk il faut rester sérieux... elles ont des jambes...
Dans le milieu aéronautique comment peut-on rester sérieux et mettre des jambes à une fusée....
Ariane 6 ne répond pas aux défis de l'industrie spatiale. Ses caractéristiques ont fait l'objet de luttes d'influence entre français, allemands et italiens. Les français ont plus ou moins imposé leurs vues et la fusée ne correspond pas aux attentes ni des autres, ni des clients.
Le résultat est que tout le monde se désengage.

Selon les configurations, SpaceX est entre 2 et 4 fois moins cher pour lancer une charge utile. Ariane 6 va bientôt voler certes, la tête de série va faire son premier décollage. Même Starship est plus avancé. Falcon 9 a exécuté 268 missions réussies, son premier étage a atterri 226 fois et a été réutilisé 201 fois. La fusée est fiabilisée par sa certification au vol habité. Et si vous avez besoin de lancer 52 tonnes en orbite basse, Falcon Heavy est au catalogue pour 40 millions de plus avec une fiabilité identique.

Malgré tout, les européens essayent de rivaliser. Les programmes de recherche sont lancés sous l'appellation "Ariane next" (pour les journalistes) ou "Thémis" (pour les intimes) :

  1. Retour du premier étage avec Callisto
  2. L'utilisation du méthane liquide pour remplacer l'hydrogène avec Prometeus


Tout cela permet de produire des communiqués de presse que peu de gens lisent. Sur le terrain, l'Europe fait appel à SpaceX pour remplacer le défunt Soyouz.
1  0 
Avatar de Roger27000
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 16/10/2023 à 11:51
La guerre spatiale est déja lancée depuis un moment, ce n'est pas l'arrivée d'une nouvelle flotte SpaceX qui changera cela.
0  0 
Avatar de commandantFred
Membre averti https://www.developpez.com
Le 05/11/2023 à 14:46
Allez, je tente une opinion sur ce sujet.

J'ai une vraie admiration pour E. Musk parce qu'il a fait voler en éclats une quantité de dogmes incontournables dans l'ingénierie en général, dans le spatial en particulier. Il a poussé à la faillite ceux qui se sont contentés de lui opposer des théories bancales de monopoles politiques tellement installés dans le paysage qu'on s'était résignés à admettre qu'il faudrait leur consacrer 50% du PIB pour changer quelque chose. L'Europe est évidemment la première concernée. Elle mettra très longtemps à s'en remettre.
En même temps, il était extrêmement dommageable qu'Ariane 5 n'ait jamais été certifiée pour le vol habité à cause d'un ministre de l'éducation français qui jugeait l'envoi d'astronautes "trop coûteux". La conséquence a été qu'Ariane n'a jamais pu prendre la suite de la navette et que l'Amérique s'est tournée vers Soyouz, faute d'alternative. Cela a-t-il contribué à la paix entre puissances spatiales ? A l'évidence, NON.

C'est d'autant plus affligeant que l'Europe avait développé un module habitable de haute qualité qui a ravitaillé la Station Spatiale 5 fois à la grande satisfaction de tous : l'ATV. Ce même module habitable, à peine modifié, sert de module de service à la capsule Orion dans le cadre du programme Artemis. Preuve supplémentaire que la décision de notre ministre était une véritable balle dans le pied tirée dans le programme Ariane.

Mais il y a un "mais".

M Musk est un personnage clivant dont on ne peut pas nier le talent, bien qu'il soit difficile d'adhérer à toutes ses initiatives.
Certains l'adulent comme un sauveur, d'autres le détestent profondément au point de faire la chasse à quiconque montrerait quelque enthousiasme à son égard.
Il est en quelque sorte "classé x"

Et puisqu'on parle de X, son intrusion dans le monde des réseaux sociaux ne restera pas comme la plus grande de ses réussites. Le rachat de Twitter avait si mal commencé qu'on se demandait si l'homme y survivrait. Apparemment, la plateforme ne l'a pas mis en faillite mais je crains que l'inverse soit désormais une issue réaliste.

Starlink est un développement extrêmement prometteur et finira par faire d'excellents chiffres. SpaceX est tellement bien positionné en assurant les milliers de lancements nécessaires dans son propre groupe qu'on est obligé d'admettre que le succès est inéluctable... et mérité.
Je suis moi-même impliqué dans le domaine spatial et dans celui de l'internet. On peut regretter la pollution lumineuse des satellites qui gênent l'astronomie mais le service rendu est tel que je ne vois pas comment on pourrait se passer de ces engins. Mieux vaut Elon Musk que le gouvernement chinois, russe, coréen du nord ou même iranien. Incontestablement, la flotte de satellite est très bien conçue, elle ne polluera pas l'orbite basse. Elle est résiliente aux tempêtes solaires et tout ça n'allait pas de soi.

Les pays totalitaires qui limitent drastiquement l'accès à l'internet, à l'information, programmes vidéo et aux opinions savent depuis des années le potentiel d'un service de cette nature. Ils auraient pu manifester plus tôt leur désapprobation vis à vis d'un accès libre à tout l'internet depuis leur territoire. Nul besoin d'aller chercher des utilisations "militaires" pour mettre en danger les dictatures. L'accès à l'internet mondial est déjà un gros défi opposé à leur contrôle de l'information.

Bref, selon moi, les craintes exprimées par les dictatures sont le meilleur argument pour démontrer la pertinence de Starlink. Jeff Bezos et quelques autres flottes concurrentes ne vont pas tarder à lui emboiter le pas.

Enfin, pour finir sur la déroute du spatial européen, Soyouz ayant quitté durablement toute collaboration avec Ariane, le lancement de nos satellites de géolocalisation Galileo sera confié à Falcon 9.
Ce développement montre le degré de faillite du spatial européen qui n'est mâma plus capable de lancer de petits satellites standards.

Il suffit de visiter le site de SpaceX pour voir de quoi il retourne.
Pour 68 millions de dollars, vous lancez 22 tonnes en orbite basse, 8.3 tonnes en géosynchrone ou 4 tonnes vers Mars. C'est donné !
Par pure charité, je ne comparerai pas ces prix à ceux de l'Europe.
2  2 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 06/11/2023 à 8:41
Citation Envoyé par commandantFred Voir le message
Je ne le vois pas du tout comme ça. Il a les deux pieds bien arrimés sur terre pour être le capitaine d'industrie qu'il est devenu. Il n'est pas fou du tout. Mon approche assez personnelle est qu'il "aurait voulu être un artiste".[...]
Au lieu d'être un véritable artiste, il est un meneur d'hommes auxquels il donne des objectifs.
Quand il cherchait un CEO pour Twitter il avait déclaré qu'il n'est pas un dirigeant mais un ingénieur. Et je penses voir ce qu'il entend par là.

Je considère que c'est un mauvais meneur d'hommes parce qu'il a du mal à gérer ses émotions, autant il arrive à concevoir un plan sur le long terme qui fonctionne, autant il est incapable de prendre une décision rapide éclairée. Dès qu'il en prend une il se transforme en bourreau ou en harceleur.
Il n'aborde les décisions rapides que d'un point de vue technique en ce concentrant sur un aspect, ignorant les autres. Et pour moi son plafond de verre est là. Il sait gérer une entreprise et motiver les hommes mais il est incapable de motiver les hommes de façon humaine.

Et je lui reproche très précisément de n'être qu'un homme, parce qu'il prétend être plus.
Il a créé cette base de fan absolue (comme Steve Jobs avec Apple) qui l'adule comme un dieu, il met les pieds dans des domaines qu'il ne maitrise pas (intervention en Ukraine) et à la fin, quand l'homme Elon se trouve face aux conséquences de ça il n'est plus qu'un homme impuissant face à une décision impossible.

Désolé mais quand on a pas les épaules on ne grimpe pas au sommet de l'Everest pour se rendre compte qu'on a le vertige.
0  0 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 06/11/2023 à 9:07
Citation Envoyé par totozor Voir le message
il met les pieds dans des domaines qu'il ne maitrise pas (intervention en Ukraine) et à la fin, quand l'homme Elon se trouve face aux conséquences de ça il n'est plus qu'un homme impuissant face à une décision impossible.
Pour rappel il n'a jamais fournis le service pour les militaires , mais bien pour les civils.
Les militaires ont ensuite utilisé ce qu'ils avaient sous la main d'efficace.
Demain tu peux imaginer que l'on prête des camion pompier aux Palestiniens, et que le Hamas en profite pour en faire des camions bélier. Y a probablement certains qui se déchaîneraient contre les bienfaiteur.
Au dela de ce qui est dit ici, le dernier point crucial c'est que dans sa volonté de faire un nouveau monde, il est loin d'être le seul (Soros le plus emblématique) mais en revanche il n'est pas du tout dans le consensus des autres. C'est ça qui dérange et qui transpire désormais dans quasi toute actualité (détenu en grande partie par "les autres") le concernant.
0  0 
Avatar de mith06
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 06/11/2023 à 9:20
Il a poussé à la faillite ceux qui se sont contentés de lui opposer des théories bancales de monopoles politiques tellement installés dans le paysage qu'on s'était résignés à admettre qu'il faudrait leur consacrer 50% du PIB pour changer quelque chose
Je ne vois pas de quoi tu parles. L'Europe de l'Espace va très bien. D'ailleurs Ariane 6 va bientôt voler.

Concernant les fusées d'Elon Musk il faut rester sérieux... elles ont des jambes...
Dans le milieu aéronautique comment peut-on rester sérieux et mettre des jambes à une fusée....
0  0 
Avatar de Fagus
Membre expert https://www.developpez.com
Le 06/11/2023 à 13:41
Citation Envoyé par commandantFred Voir le message
...
Vous semblez connaître le sujet bien mieux que moi, mais de mémoire :
- à propos de la comparaison Ariane 5 / soyouz, la certification d'ariane 5 pour le vol habité aurait-elle changé quelque chose par rapport à l'envoi d'astronautes par soyouz ? De mémoire, A. 5 est un lancer lourd, très couteux au tir et n'est pas structurellement concurrentiel avec un soyouz, historiquement la fusée la plus lancée, la plus fiable et économique, dans la catégorie lanceur moyen polyvalent.
- la réussite de starlink + space x n'est-elle pas une redite de l'histoire américaine spatiale, à savoir un financement massif étatique (je crois que c'est quelque chose comme 90% du budget de space x vs 60 pour ariane de mémoire), suivi d'une mise en concurrence - forcément non concurrentielle - sur le marché, les dites subventions à peine voilées ayant permis d'abaisser les coûts. Sans oublier que starlink, j'ai toujours vu ça comme une grosse blague, un programme "civil" sans rentabilité civile crédible ni usage généralisable (j'ai la fibre dans ma petite commune, pour 15€ par mois et avant l'ADSL... ; le % de zones blanches représente une infime part de marché), mais par contre un usage militaire évident qui n'a pas tardé, avec rapidement un budget militaire...

Sinon, assez d'accord sur les querelles européennes qui ont plombé l'espace européen (comme le tank européen, l'avion européen, le réacteur européen EPR...), et dont l'explosion du lanceur européen Véga italien qui justement aurait dû prendre la place des lanceurs légers (à savoir que d'après ce que j'ai compris, le CNES disait que les Italiens en loucedé avaient remplacé une pièce critique par une ukrainienne, sans tester sa conformité sur banc d'essai à l'échelle (!!!), que la pièce s'est désintégrée en vol, et tout ça pour économiser et prendre de l'indépendance par rapport aux Français trop présents dans le spatial européen... Cette pièce est à nouveau produite en France de mémoire suite à ce dernier incident grave...)
0  0