IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Starlink pourrait être utilisé comme système de secours pour le système de positionnement global des États-Unis,
Selon une recherche parrainée par le bureau de recherche de l'armée

Le , par Bruno

7PARTAGES

5  0 
Des chercheurs de l’Université du Texas à Austin prétendent avoir réussi à faire de la rétro-ingénierie sur les signaux des satellites de Starlink. Au cours des deux dernières années, Todd Humphreys et son équipe du laboratoire de radionavigation de l'université du Texas à Austin ont procédé à la rétroconception des signaux émis par les satellites Internet Starlink en orbite terrestre basse (LEO) vers des récepteurs au sol. les chercheurs montrent que le service Internet par satellite Starlink de SpaceX pourrait constituer une alternative viable, que cela plaise ou non à l'entreprise. Mais tout leur travail a porté ses fruits lorsque Humphreys a révélé qu'ils avaient résolu le problème et noté que les signaux réguliers des balises de la constellation, qui sont destinés à aider les récepteurs à se connecter aux satellites, pourraient constituer la base d'un système de navigation utile.

La recherche est menée par une équipe du laboratoire de radionavigation de l'université du Texas à Austin. Ils ont procédé à une rétro-ingénierie des signaux envoyés par les milliers de satellites Starlink en orbite pour montrer comment ils peuvent être utilisés à des fins de positionnement. Cette recherche « pourrait constituer la base d'un système de navigation utile » pour rivaliser avec le GPS américain et d'autres systèmes de positionnement équivalents de la Chine, de la Russie et de l'Inde.


Le professeur Todd Humphrey, du laboratoire de radionavigation de l'université du Texas, a demandé à SpaceX d'utiliser Starlink comme système mondial de navigation par satellite, à l'instar du GPS. L'armée américaine a financé les recherches de Humphrey et était à la recherche d'une solution de secours pour le système GPS américain, qui exploite actuellement 31 satellites actifs à environ 12 500 miles au-dessus de la planète, indique le MIT Technology Review.

L'offre de Todd Humphreys à SpaceX était simple. Avec quelques modifications logicielles, sa constellation Starlink, qui se développe rapidement, pourrait également offrir une position, une navigation et une synchronisation précises. L'armée américaine, qui finance les travaux de Humphreys souhaitait disposer d'une solution de rechange à son vénérable et vulnérable système GPS.

Lorsque l'idée a été proposée pour la première fois en 2020, les dirigeants de SpaceX étaient ouverts à l'idée, explique Humphreys. Puis le mot est venu d'en haut. « Elon a dit aux dirigeants à qui nous avons parlé : tous les autres réseaux de communication LEO [orbite terrestre basse] ont fait faillite », a déclaré Humphreys au MIT Technology Review. « Et donc nous [SpaceX] devons nous concentrer entièrement sur le fait d'éviter la faillite. Nous ne pouvons nous permettre aucune distraction ».

Capture de signal

On pourrait raisonnablement se demander si un terminal utilisateur (UT) Starlink standard pourrait être modifié pour capturer des échantillons de signaux bruts à large bande (centaines de MHz) pour l'identification des signaux Starlink. Pas facilement : l'exploitation de l'UT en tant que matériel de développement qui permettrait de capturer des échantillons de signaux bruts, nécessite de déjouer les contrôles de sécurité conçus spécifiquement pour empêcher cela. De plus, l'horloge qui pilote les opérations de mélange et d'échantillonnage de l'UT est de qualité inconnue et fausserait donc toute analyse de synchronisation des signaux reçus.

Les chercheurs ont opté pour le développement de leur propre système pour la capture des signaux Starlink. Composé d'un matériel disponible sur le marché et d'un logiciel personnalisé, le système permet de capturer les signaux d'un seul satellite Starlink à la fois, avec un mélange descendant et un échantillonnage référencé à un oscillateur GPS très stable.

Alors que l'UT Starlink grand public fonctionne comme un réseau phasé composé de nombreux éléments d'antenne séparés, celui des chercheurs est une parabole orientable de 90 cm. Les éphémérides orbitales de Starlink fournies publiquement par SpaceX guident la sélection et le suivi des satellites aériens. Seulement un ou deux satellites Starlink éclairent une cellule de couverture à tout moment avec un faisceau porteur de données. Pour garantir l'activité de la liaison descendante, les chercheurs téléchargent un flux vidéo haute définition par l'intermédiaire d'une UT Starlink situé au même endroit que leur système de capture de signaux.

La figure ci-dessous présente le matériel de capture de signaux et les voies de transmission des signaux. Une antenne parabolique concentre les signaux sur un cornet d'alimentation connecté à un bloc à faible bruit (LNB) avec un gain de conversion.

Schéma de principe du processus de capture du signal Starlink


« Le signal du système Starlink est un secret très bien gardé, déclare Humphreys. Même lors de nos premières discussions, lorsque SpaceX se montrait plus coopératif, ils ne nous ont rien révélé de la structure du signal. Nous avons dû partir de zéro, en construisant essentiellement un petit radiotélescope pour écouter leurs signaux. » Pour lancer le projet, l'UT Austin a acquis un terminal Starlink et l'a utilisé pour diffuser des vidéos de tennis haute définition de Rafael Nadal depuis YouTube. Cela a fourni une source constante de signaux Starlink qu'une antenne séparée située à proximité pouvait écouter.

Humphreys a rapidement compris que Starlink repose sur une technologie appelée multiplexage par répartition en fréquence orthogonale (OFDM). L'OFDM est une méthode efficace de codage des transmissions numériques, développée à l'origine aux Bell Labs dans les années 1960 et désormais utilisée dans le Wi-Fi et la 5G. « L'OFDM fait fureur », explique Mark Psiaki, expert en GPS et professeur d'aérospatiale à Virginia Tech. « C'est un moyen d'emballer le plus de bits par seconde dans une bande passante donnée ».

Les chercheurs de l'UT Austin n'ont pas essayé de casser le chiffrement de Starlink ni d'accéder aux données utilisateur transmises par les satellites. Ils ont plutôt cherché des séquences de synchronisation - des signaux prévisibles et répétitifs émis par les satellites en orbite pour aider les récepteurs à se coordonner avec eux.
Si le récepteur terrestre a une bonne idée des mouvements des satellites - que SpaceX partage en ligne pour réduire le risque de collisions orbitales - il peut utiliser la régularité des séquences pour déterminer de quel satellite elles proviennent, puis calculer la distance qui le sépare de ce satellite.

Disposition de la trame pour la liaison descendante selon les dimensions temps-fréquence


Si SpaceX décide par la suite de coopérer en incluant des données supplémentaires sur la position exacte de chaque satellite dans ses liaisons descendantes, cette précision pourrait théoriquement passer à moins d'un mètre, ce qui permettrait de concurrencer le GPS.

D'autres chercheurs ont suivi une voie similaire. Zak Kassas est professeur au département de génie électrique et informatique de l'université d'État de l'Ohio et directeur d'un centre du ministère américain des transports consacré à la résilience de la navigation. L'année dernière, son équipe a été la première à démontrer que les signaux Starlink pouvaient être utilisés pour le positionnement, en partie grâce à l'apprentissage automatique.

L'approche de Kassas, qu'il appelle la navigation opportuniste cognitive, analyse la période et les fréquences changeantes des signaux d'un satellite lorsqu'il passe au-dessus de nos têtes. Le récepteur utilise également les séquences de synchronisation, apprend l'orbite du satellite et le suit. Après plusieurs passages du satellite, le récepteur finit par calculer sa propre position. Lors d'une conférence, Kassas a affirmé que son système avait désormais atteint une précision de moins de 10 mètres avec Starlink. « C'est un cadre si général que nous pouvons l'appliquer à n'importe quel signal terrestre ou extraterrestre, explique-t-il. Il apprendra à la volée, vous dira ce qui est transmis, et vous dira où vous êtes ».

Les conclusions de l'UT Austin mettent également en évidence la possibilité d'une interférence délibérée avec Starlink lui-même. Humphreys note que si les séquences de synchronisation sont prometteuses pour la navigation, le fait qu'elles soient totalement prévisibles et utilisées dans toute la constellation constitue une faille de sécurité. « Humphreys a rendu un grand service à la communauté de la navigation en identifiant ces séquences, déclare Psiaki. Mais tout système de navigation travaillant sur des séquences open source pourrait certainement être usurpé, car tout le monde saura comment repérer ces signaux et en créer de faux. »

Starlink aurait subi une panne de communications fin septembre en Ukraine, où il est largement utilisé pour les communications vocales et électroniques, pour aider à faire voler des drones, et même pour corriger les tirs d'artillerie. Bien qu'il ne soit pas clair si les pannes étaient dues à un brouillage par les forces russes, Musk a tweeté la semaine dernière : « La Russie essaie activement de bloquer Starlink. Pour se protéger, SpaceX a détourné des ressources massives vers la défense. »

Starlink a incontestablement été une source de salut pour l'Ukraine. Cependant, les rapports sur les pannes et la confusion persistante sur qui paiera pour les services Starlink là-bas soulèvent des inquiétudes quant à son avenir. « Au fur et à mesure que le temps passe et que leur dépendance à l'égard de Starlink s'accentue, l'Ukraine et ses alliés occidentaux se rendent compte qu'ils n'ont que peu de contrôle sur Starlink et qu'ils ne savent pas grand-chose à son sujet », déclare Humphreys. « Mais maintenant, plusieurs millions de personnes ont un intérêt direct dans la sécurité de Starlink, y compris sa résistance au brouillage. L'évaluation de cette sécurité commence par une compréhension claire de la structure du signal. »

Source : L'Université du Texas à Austin

Et vous ?

Trouvez-vous pertinents les travaux de chercheurs sur le réseau Starlink ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi :

Les signaux des satellites starlink de SpaceX pourraient constituer une alternative plus solide et plus sûre au GPS, avec une précision d'environ 7,7 mètres

Que s'est-il passé après l'arrivée du service Internet par satellite de Starlink en Ukraine ? Les drones ukrainiens utiliseraient Starlink pour pilonner les chars russes

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Jules34
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 24/10/2022 à 18:21
Starlink a incontestablement été une source de salut pour l'Ukraine.
Donc, dans le contexte, pris dans son utilisation, ça a bien le potentiel d'une arme ?!
3  0 
Avatar de _toma_
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 24/10/2022 à 19:05
Cette recherche « pourrait constituer la base d'un système de navigation utile » pour rivaliser avec le GPS américain et d'autres systèmes de positionnement équivalents de la Chine, de la Russie et de l'Inde.
Ok.
L'armée américaine, qui finance les travaux de Humphreys souhaitait disposer d'une solution de rechange à son vénérable et vulnérable système GPS.
Ok.
Composé d'un matériel disponible sur le marché et d'un logiciel personnalisé, le système permet de capturer les signaux d'un seul satellite Starlink à la fois, avec un mélange descendant et un échantillonnage référencé à un oscillateur GPS très stable.
Heu...
A GPS disciplined oscillator (GPSDO) is a GPS clock—it uses a GPS receiver and a stable, effective, high-quality oscillator to stay accurate with real-time reporting available within a few nanoseconds. This kind of speed is an incredible asset when it comes to navigation and tracking.
https://www.orolia.com/solution/gps-...llators-gpsdo/
Si le récepteur terrestre a une bonne idée des mouvements des satellites - que SpaceX partage en ligne pour réduire le risque de collisions orbitales - il peut utiliser la régularité des séquences pour déterminer de quel satellite elles proviennent, puis calculer la distance qui le sépare de ce satellite.
J'espère que la position des satellites de spacex n'est pas déterminée par GPS (je sais même pas si c'est possible).
1  0 
Avatar de HaryRoseAndMac
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/10/2022 à 6:28
On se doute bien que les américains ne vont pas laisser un mec pourrir la stratosphère de satellite sans avoir une idée derrière la tête.
1  0