IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

OneWeb, le spécialiste britannique de services Internet par satellite, va reprendre les lancements de satellites via un accord avec SpaceX
Avant que l'UE ne lance sa constellation souveraine

Le , par Patrick Ruiz

30PARTAGES

4  0 
OneWeb a signé un accord avec SpaceX qui permettra au spécialiste britannique de services Internet de reprendre ses lancements. L’américain SpaceX vient à la rescousse du désormais « européen » avant que l’Union européenne ne procède au lancement de sa propre constellation de satellites de connectivité souveraine.

OneWeb s’est placé sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites au premier trimestre de l’année 2020. L’entreprise a ensuite été rachetée par le Royaume-Uni et le géant indien Bharti Global. L’opération marquait la sortie de faillite qui devait être marquée sur le terrain par le lancement de satellites au quatrième trimestre de l’année 2020. OneWeb s’appuyait entre autres sur le cosmodrome de Baikonour exploité par la Russie pour le lancement de satellites. En raison de l’opération militaire en Russie, le partenariat est arrivé à son terme comme suite à une demande de l’agence spatiale russe à OneWeb de garantir que les satellites ne seraient pas utilisés à des fins militaires.

La nouvelle entente avec SpaceX devrait permettre à OneWeb de procéder à des lancements au cours de cette année. Le lancement de ces satellites viendra s'ajouter à la constellation totale en orbite de OneWeb, actuellement composée de 428 satellites, soit 66 % de la flotte.


L’annonce fait suite au feu vert des 27 États membres de l’UE au projet défendu par le commissaire Thierry Breton pour le lancement d'une constellation de satellites de connectivité européenne et souveraine. La manœuvre vise à mettre à mal l’offre américaine au travers de Starlink d’Elon Musk et celle dont la Chine a fait la récente annonce.

L’Europe aura sa propre constellation de satellites. La Commission européenne a fini par approuver un projet à six milliards d'euros après de vives discussions en interne. L’initiative est destinée à muscler les capacités en apport de connexion Internet et téléphonique en Europe. En sus, il est question de proposer des services à l’Afrique, dont la connectivité repose davantage sur des réseaux mobiles que sur des liaisons filaires terrestres. Les premiers services offerts au travers de la constellation européenne de satellites devraient être disponibles en 2024.

Les Américains pour leur part ont déjà de l’avance en Europe avec le projet Starlink d’Elon Musk. Starlink est le programme de SpaceX projetant de fournir une connexion Internet à haut débit depuis l’espace. Avec Starlink, Musk a pour objectif de déployer une couverture Internet très rapide à l'échelle mondiale afin de connecter les utilisateurs au-delà de la portée des réseaux à large bande existants en envoyant des milliers de satellites en orbite terrestre basse. Starlink a déjà lancé des centaines de satellites (plus de 800) et a commencé à tester un service bêta en Amérique du Nord. Les tests du réseau Starlink ont commencé depuis l’année dernière, en commençant par les employés de l'entreprise. Le service Internet par satellite américain a été approuvé au Royaume-Uni depuis le début de l’année précédente et les utilisateurs reçoivent déjà leurs kits. En France, c’est depuis la mi-parcours de l’année 2021 que le service est disponible pour un coût de 99 dollars par mois, et ce, malgré les oppositions de la France Insoumise. Kuiper d’Amazon est un autre projet d’Internet satellitaire en cours de gestation et dont les objectifs sont les mêmes que ceux de Starlink en matière d’expansion à l’échelle mondiale.

La Chine ne veut pas être en reste. Elle va commencer à fabriquer des satellites Internet pour faire front au projet Starlink d'Elon Musk. Elle prévoit de construire et de lancer en orbite terrestre basse environ mille satellites dans les trois prochains mois afin de fournir une couverture 5G qui pourrait offrir des vitesses allant jusqu'à 500 Mb/s dans tout le pays. Le projet, dirigé par la startup GalaxySpace basée à Pékin, vise à desservir en premier lieu les zones les plus reculées du pays. Ces efforts suggèrent que Starlink pourrait ne pas être autorisé à offrir des services de connectivité par satellites dans l'Empire du Milieu.

Source : OneWeb

Et vous ?

Quelle est votre préférence entre l'Internet terrestre et l'Internet fourni par des satellites ?
Le bénéfice tiré de ces constellations vaut-il le revers de la médaille (avoir des satellites en masse dans le ciel) ?

Voir aussi :

Le bêta test public de Starlink commence à la réception des invitations et à l'apparition de l'application dans l'App Store et Google Play, respectivement pour iOS et Android

Les utilisateurs de la version bêta de Starlink obtiennent des vitesses de téléchargements allant de 11 à 60 Mb/s, selon des tests effectués par Speedtest by Ookla

Une tribu amérindienne obtient un accès anticipé à Starlink de SpaceX et dit que c'est rapide, « nous avons été catapultés au XXIe siècle », a déclaré la tribu Hoh

SpaceX Starlink a maintenant son propre système autonome avec un numéro ASN (Autonomous System Number) et est présent au Seattle Internet Exchange

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !