IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Les opérateurs américains de télécommunication vont commencer à retirer physiquement les équipements Huawei,
Que le pays considère comme des menaces à la sécurité nationale

Le , par Bill Fassinou

19PARTAGES

6  0 
L'administration Biden vient de déclencher ce que l'on pourrait appeler "la grande purge de Huawei". Alors qu'il a maintenu les restrictions mises en place par son prédécesseur Donal Trump sur les entreprises chinoises, le nouveau président américain a convaincu les entreprises américaines de télécommunication à procéder à un remplacement physique des équipements Huawei présents dans leurs réseaux. Mais ce n'est pas tout ; les États-Unis ont en effet lancé un programme de remboursement pour aider les entreprises locales à remplacer les équipements des fournisseurs chinois comme Huawei et ZTE.

La Federal Communications Commission (FCC) des États-Unis a annoncé en septembre qu'elle allait mettre en place un programme avec portefeuille de 1,9 milliard de dollars pour rembourser les opérateurs américains de télécommunications, essentiellement ruraux, afin qu'ils qu'ils retirent de leurs infrastructures réseau les équipements fabriqués par des sociétés chinoises considérées comme des menaces pour la sécurité nationale. La mesure concerne principalement des entreprises telles que Huawei et ZTE. C'est désormais chose faite, le programme a été officiellement lancé au début du mois, et les entreprises éligibles peuvent déjà s'inscrire pour recevoir leurs subventions.



En effet, on a beaucoup parlé des connotations géopolitiques de la liste noire technologique des États-Unis, qui comprend Huawei et ZTE, mais la logistique physique de la révision de l'infrastructure de connectivité du pays est tout aussi compliquée, étant donné la quantité d'équipements interdits actuellement dans la nature. Ainsi, le processus qui a débuté la semaine dernière permet aux opérateurs de télécommunication de déposer des demandes de remboursement pour l'élimination du matériel. « Dès que ces fonds sont approuvés et envoyés, l'horloge commence à tourner », a déclaré John Nettles, président de la société Pine Belt Communications basée en Alabama.

« Vous êtes censé le terminer dans l'année qui suit la réception de votre premier remboursement », a-t-il ajouté. Les bénéficiaires cibles du programme sont en grande partie les petites entreprises rurales qui ne comptent pas plus de 10 millions de clients. Sans les subventions de la FCC, ces sociétés ont déclaré qu'elles n'auraient pas pu se permettre de se conformer au mandat du gouvernement, mais maintenant, avec les remboursements fédéraux, elles seront bientôt dans l'obligation de trouver suffisamment de main-d'œuvre et de matériel de remplacement admissible pour respecter la date limite annoncée par la commission.

Nettles estime qu'il faudra probablement une semaine à une équipe de quatre personnes pour remettre en état chacune de ses 67 tours. « Cela représentera un effort assez intense, et j'ai probablement l'un des plus petits réseaux à remplacer », a-t-il déclaré. Pour compliquer les choses, Nettles explique que la loi ordonne également aux opérateurs de télécommunication tenus de mettre à la poubelle les équipements Huawei et ZTE en leur possession ou qui seront retirés de leurs réseaux. « Ce n'est pas aussi simple que de jeter les composants dans une poubelle de recyclage. Des représentants viendront avec des broyeurs à usage industriel. Nous les jetterons dedans et les regarderons se faire broyer », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que cela ne se fera pas avant d'avoir obtenu du nouveau matériel prêt à être installé de la part d'Ericsson ou de Nokia Oyj, de peur de couper l'accès au Web et aux téléphones portables à de nombreux consommateurs américains. « Sinon, il y aura une rupture de service. Nous appelons cela "rip and replace", mais il faut vraiment "retirer et remplacer" », a-t-il déclaré. En outre, avec la pénurie de puces qui perturbe les chaînes d'approvisionnement, Nettles s'inquiète de savoir si lui et ses homologues seront en mesure d'achever le redéploiement de l'équipement nécessaire sans heurts et dans le respect du budget.

La FCC a donné aux opérateurs jusqu'à la mi-janvier pour demander des remboursements, après quoi ils devraient être soumis à un processus d'examen d'allocation financière qui pourrait se terminer au printemps prochain. De plus, si les opérateurs concernés ne reçoivent pas suffisamment de subventions, ils seront confrontés à des choix difficiles. Nettles estime qu'il faudrait environ 25 millions de dollars pour financer son projet de modernisation. Dans le cas où sa société recevrait moins que ce montant, il se demande : « Est-ce que je ferme un cinquième de mon réseau ? Ou est-ce que je vais essayer de trouver des fonds ailleurs ? ».

Après que l'ex-administration Trump a mis fin aux accords commerciaux entre des dizaines d'entreprises chinoises, notamment Huawei, et les entreprises américaines, Joe Biden a non seulement continué sur cette lancée, mais il semble également qu'il cherche à couper tout lien avec ces entreprises. La loi sur les équipements sécurisés, dernier effort du gouvernement américain pour sévir contre les sociétés chinoises de télécommunications et de technologie, a été approuvée à l'unanimité fin octobre par la Chambre des représentants des États-Unis par un vote de 420 voix contre 4.

« Les entreprises dirigées par l'État chinois, comme Huawei et ZTE, sont des menaces avérées pour la sécurité nationale et n'ont pas leur place dans notre réseau de télécommunications », a déclaré le sénateur républicain Marco Rubio. La mesure interdirait à la FCC d'examiner ou de délivrer de nouvelles licences d'équipement aux entreprises figurant sur la "liste des équipements ou services couverts. En mars, la FCC a désigné cinq entreprises chinoises comme constituant une menace pour la sécurité nationale en vertu d'une loi de 2019 visant à protéger les réseaux de communication américains.

Les entreprises concernées comprenaient Huawei et ZTE, précédemment désignées, ainsi que Hytera Communications Corp, Hangzhou Hikvision Digital Technology Co et Zhejiang Dahua Technology Co. En juin, la FCC avait voté à l'unanimité en faveur de l'avancement d'un plan visant à interdire l'approbation des équipements de ces entreprises chinoises pour les réseaux de télécommunications américains, alors même que les législateurs poursuivaient l'élaboration d'une loi à cet effet.

Source : Secure Equipment Act of 2021

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous de la suppression des équipements Huawei et ZTE par les États-Unis ?
Pensez-vous que la France et les autres pays de l'Union européenne doivent suivre cet exemple ?

Voir aussi

Les États-Unis vont lancer un programme de 1,9 milliard de dollars visant à remplacer les équipements Huawei dans les réseaux américains, considérés comme des menaces pour la sécurité nationale

Le gouvernement lituanien recommande aux consommateurs de ne pas acheter de nouveaux téléphones chinois et de se débarrasser des anciens dès que possible, car ils pourraient censurer plus de 400 mots

La Suède interdit à Huawei et ZTE d'accéder à ses futurs réseaux 5G, alors qu'elle s'apprête à lancer la vente aux enchères de fréquences

Le Royaume-Uni annonce le retrait total des équipements de Huawei de son réseau 5G d'ici à 2027, s'alignant ainsi sur la position de Donald Trump sur la Chine

Voici six raisons pour lesquelles Huawei donne aux États-Unis et à ses alliés des cauchemars en matière de sécurité informatique

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 07/11/2021 à 12:24
C'est assez ironique, car on peut tout a fait dire la meme chose pour les etats unis.
Que leur material est un risque de securité nationale pour la france et tout les autres pays qui les integrent.
C'est a ca qu'on reconnait les @$#!, ils osent tout.
8  0 
Avatar de fmartini
Membre actif https://www.developpez.com
Le 08/11/2021 à 11:39
Pensez-vous que la France et les autres pays de l'Union européenne doivent suivre cet exemple ?
Les USA sont tout sauf un exemple à suivre en matière de cybersécurité.
Quel exemple la France devrait elle suivre? Tout simplement SON exemple. Fut un temps, la France était vu comme un précurseur dans le domaine dans l'industrie, mais ça c'était avant.
Bref, je vais pas cassé du sucre sur le dos de la France ou pas trop du moins. Il est essentiel que la France retrouve une souveraineté industrielle/numérique, et ce, sans Google (n'est ce pas Thalès ?).

Avec qui ? Pas Wiko déjà, c'est chinois. Il y aurait à la rigueur Modelabs Mobile, mais bien trop petit et trop peu soutenu.
5  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 13/11/2021 à 10:34
Biden signe une loi interdisant à la FCC d'examiner ou de délivrer de nouvelles licences d'équipement aux entreprises comme Huawei
qui constituent une menace pour la sécurité nationale

Le président américain Joe Biden a signé jeudi le Secure Equipment Act. La législation empêche les régulateurs américains d'envisager même la délivrance de nouvelles licences d'équipement de télécommunications pour des entreprises considérées comme des menaces pour la sécurité, ce qui signifie des entreprises comme Huawei et ZTE en Chine.

En octobre, la législation a été approuvée à l'unanimité par le Sénat américain, tandis que la Chambre des représentants l'a adoptée par 420 voix contre 4.

Selon la Maison Blanche, la loi H.R. 3919, « exige que la Federal Communications Commission adopte des règles clarifiant qu'elle n'examinera ni n'approuvera plus aucune demande d'autorisation pour un équipement qui pose un risque inacceptable pour la sécurité nationale ».

Malheureusement pour Huawei, ZTE Corp et d'autres entreprises technologiques chinoises, le projet de loi lui-même précise que cela inclut les équipements répertoriés dans la loi de 2019 sur les réseaux de communications sécurisés et fiables.

La loi sur les réseaux sécurisés est entrée en vigueur en mars 2020 à la suite de craintes que les réseaux 5G alimentés par un kit chinois puissent inclure des portes dérobées insérées à la demande de Pékin. Les sceptiques ont souligné que la loi donne également une longueur d'avance aux fournisseurs américains en supprimant Huawei en tant que concurrent.

La Federal Communications Commission (FCC) des États-Unis a annoncé en septembre qu'elle allait mettre en place un programme avec portefeuille de 1,9 milliard de dollars pour rembourser les opérateurs américains de télécommunications, essentiellement ruraux, afin qu'ils qu'ils retirent de leurs infrastructures réseau les équipements fabriqués par des sociétés chinoises considérées comme des menaces pour la sécurité nationale. La mesure concerne principalement des entreprises telles que Huawei et ZTE. C'est désormais chose faite, le programme a été officiellement lancé au début du mois, et les entreprises éligibles peuvent déjà s'inscrire pour recevoir leurs subventions.


Le processus permet aux opérateurs de télécommunication de déposer des demandes de remboursement pour l'élimination du matériel. « Dès que ces fonds sont approuvés et envoyés, l'horloge commence à tourner », a déclaré John Nettles, président de la société Pine Belt Communications basée en Alabama. « Vous êtes censé en avoir terminé l'année qui suit la réception de votre premier remboursement », a-t-il ajouté. Les bénéficiaires cibles du programme sont en grande partie les petites entreprises rurales qui ne comptent pas plus de 10 millions de clients. Sans les subventions de la FCC, ces sociétés ont déclaré qu'elles n'auraient pas pu se permettre de se conformer au mandat du gouvernement, mais maintenant, avec les remboursements fédéraux, elles seront bientôt dans l'obligation de trouver suffisamment de main-d'œuvre et de matériel de remplacement admissible pour respecter la date limite annoncée par la commission.

La FCC a donné aux opérateurs jusqu'à la mi-janvier pour demander des remboursements, après quoi ils devraient être soumis à un processus d'examen d'allocation financière qui pourrait se terminer au printemps prochain. De plus, si les opérateurs concernés ne reçoivent pas suffisamment de subventions, ils seront confrontés à des choix difficiles. Nettles estime qu'il faudrait environ 25 millions de dollars pour financer son projet de modernisation. Dans le cas où sa société recevrait moins que ce montant, il se demande : « Est-ce que je ferme un cinquième de mon réseau ? Ou est-ce que je vais essayer de trouver des fonds ailleurs ? ».

Après que l'ex-administration Trump a mis fin aux accords commerciaux entre des dizaines d'entreprises chinoises, notamment Huawei, et les entreprises américaines, Joe Biden a non seulement continué sur cette lancée, mais il semble également qu'il cherche à couper tout lien avec ces entreprises.

Selon le commissaire de la FCC, Brendan Carr, son organisation a approuvé plus de 3 000 demandes de Huawei depuis 2018 (certaines après le décret exécutif de 2019 interdisant à la société de nombreuses opérations aux États-Unis).

Lorsque le projet de loi a été adopté par le Sénat, Carr a déclaré que la législation « contribuera à garantir que les équipements non sécurisés d'entreprises comme Huawei et ZTE ne puissent plus être insérés dans les réseaux de communication américains », ajoutant : « Nous avons déjà déterminé que cet équipement représente un risque inacceptable pour notre sécurité nationale, donc la fermeture de ce que j'ai appelé «*la porte dérobée Huawei" est une mesure appropriée que nous devons prendre.*»

La Chine est profondément vexée que les États-Unis aient interdit Huawei, l'une des raisons pour lesquelles les relations entre les deux pays sont actuellement glaciales.

Cependant, les présidents Biden et Xi devraient se rencontrer lundi lors d'un sommet virtuel.

« Cela fait partie de nos efforts continus pour gérer de manière responsable la concurrence entre nos pays », a déclaré la principale adjointe de presse Karine Jean-Pierre à propos du sommet la semaine dernière.

Sources : Maison Blanche, Secure Equipment Act of 2021

Voir aussi :

Voici six raisons pour lesquelles Huawei donne aux États-Unis et à ses alliés des cauchemars, en matière de sécurité informatique
Le Royaume-Uni annonce le retrait total des équipements de Huawei de son réseau 5G d'ici à 2027, s'alignant ainsi sur la position de Donald Trump sur la Chine
La Suède interdit à Huawei et ZTE d'accéder à ses futurs réseaux 5G, alors qu'elle s'apprête à lancer la vente aux enchères de fréquences
Le gouvernement lituanien recommande aux consommateurs de ne pas acheter de nouveaux téléphones chinois et de se débarrasser des anciens dès que possible, car ils pourraient censurer plus de 400 mots
5  0 
Avatar de denisys
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 08/11/2021 à 12:29
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
Le problème c'est qu'on a aucun constructeur français pour remplacer.
Avant il y avait Alcatel, qui a été racheté par Lucent, qui a été racheté par Nokia. et qui contrôle Nokia ? Pas l'Europe je pense.

Peut-être Thalès.
Pas facile de suivre les nouvelles fraiches.
En cette période de "réchauffement de la planète !!"
---
Microsoft prend le contrôle des téléphones Nokia

https://www.lepoint.fr/high-tech-int...1816178_47.php

---

5G : Washington pousse pour une prise de contrôle américaine de Nokia et Ericsson pour contrer Huawei

https://www.lesechos.fr/tech-medias/...huawei-1169804
4  0 
Avatar de Fagus
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/11/2021 à 0:30
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
Le problème c'est qu'on a aucun constructeur français pour remplacer.
Avant il y avait Alcatel, qui a été racheté par Lucent, qui a été racheté par Nokia. et qui contrôle Nokia ? Pas l'Europe je pense.

Peut-être Thalès.
D'autant que les usines d'Alcatel ont été fermées et que Nokia a décidé l'an dernier de licencier ce qui restait en France : la R&D d'Alcatel. Voilà, une production sans usines, sans conception, et sans Français surtout.

Puissent nos "élites" toutes comprendre qu'un pays n'est ni autonome ni souverain ni insignifiant sans toute la filière R&D, usines et pas juste quelques commerciaux et golden boys.

Quant à installer du matériel plein de malwares, autant que ce soient les nôtres . Les Américains l'ont bien compris !
3  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 09/11/2021 à 19:25
la France n'a ni usine, ni assez de RD pour pouvoir avoir sa propre politique et souveraineté numérique, ce qui est bien dommage
Oui c'est dommage, car la France c'est le pays du TGV, du Concorde, du Rafale. L’inventeur de la carte à puce était français. L’inventeur de la box : Free, VLC c'est français. On pourrait se donner les moyens.
2  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 08/11/2021 à 7:44
Que leur material est un risque de securité nationale pour la france et tout les autres pays qui les integrent.
Le problème c'est qu'on a aucun constructeur français pour remplacer.
Avant il y avait Alcatel, qui a été racheté par Lucent, qui a été racheté par Nokia. et qui contrôle Nokia ? Pas l'Europe je pense.

Peut-être Thalès pourrait fournir du matériel.
1  0 
Avatar de Jules34
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 09/11/2021 à 11:02
Pensez-vous que la France et les autres pays de l'Union européenne doivent suivre cet exemple ?
Avant de suivre un exemple il faudrait déjà se prendre en main ! Je suis les autres commentaires, la France n'a ni usine, ni assez de RD pour pouvoir avoir sa propre politique et souveraineté numérique, ce qui est bien dommage...
1  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 13/11/2021 à 12:54
Citation Envoyé par chrtophe Voir le message
Le problème c'est qu'on a aucun constructeur français pour remplacer.
Avant il y avait Alcatel, qui a été racheté par Lucent, qui a été racheté par Nokia. et qui contrôle Nokia ? Pas l'Europe je pense.

Peut-être Thalès pourrait fournir du matériel.
Lucent n'a pas racheté Alcatel : il s'agit du contraire lors du démantèlement de Bell; Lucent n'était que la partie R&D des Bell Laboratories. Acquisition réalisée en 1999 je crois par Serge Tchüruk, PDG d'Alcatel à l'époque. Lucent pour information, c'est UNIX et le langage C avec Kerningham et Ritchie.
0  0 
Avatar de chrtophe
Responsable Systèmes https://www.developpez.com
Le 13/11/2021 à 13:13
Lucent n'a pas racheté Alcatel
En fait les 2 entreprises ont fusionné, mais alcatel-lucent a été racheté par Nokia ce qui ne change pas ce que j'ai dit
0  0