IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« Le bitcoin est condamné à échouer en tant que système de paiement et son seul atout nouveauté va s'estomper »,
D'après le Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale américaine

Le , par Patrick Ruiz

102PARTAGES

13  1 
Les États-Unis ont-ils besoin de se doter d’une monnaie numérique émise par une banque centrale ? Le dollar américain a-t-il à craindre des monnaies qu’elles soient fiduciaires ou numériques d’autres pays ? Le bitcoin et autres Ethereum constituent-ils des dangers pour le dollar américain ? Réponse d’un membre du Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale américaine à chacune des questions : « le dollar américain papier demeure le roi à l’international. »

Le dollar n’a rien à craindre des stablecoins

Les partisans d'une monnaie numérique de banque centrale de la Réserve fédérale estiment qu'elle permettrait de résoudre un certain nombre de problèmes importants. Ils suggèrent, par exemple, qu'une monnaie numérique de banque centrale de la Réserve fédérale pourrait être nécessaire pour défendre le rôle essentiel que joue le dollar américain dans l'économie mondiale. D'autres affirment qu'une monnaie numérique de banque centrale permettrait de surmonter des inégalités économiques de longue date dans la société américaine. Au moment où nous commençons l'analyse de ces questions par la Réserve fédérale, je devrai être convaincu qu'une monnaie numérique de banque centrale est un outil particulièrement efficace pour traiter l'une ou l'autre de ces questions, à propos desquelles je suis sceptique, et je devrai surtout être convaincu que les avantages potentiels du développement d'une monnaie numérique de banque centrale de la Réserve fédérale l'emportent sur les risques potentiels.

Examinons certains des arguments soulevés par les partisans de la monnaie numérique de banque centrale. Le premier argument est que la Réserve fédérale devrait développer une monnaie numérique de banque centrale pour défendre le dollar américain contre les menaces que représenteraient les monnaies numériques de banques centrales étrangères, d'une part, et la propagation continue des monnaies numériques privées, d'autre part.

En prenant la menace des monnaies numériques de banques centrales étrangères en premier lieu, cet argument suppose qu'au moins certaines monnaies étrangères – qui sont toutes déjà fortement numérisées dans notre système bancaire international actuel de la même manière que le dollar et qui ne posent pourtant pas un défi significatif au rôle international du dollar – poseront soudainement un défi beaucoup plus grand au dollar si cette numérisation est accomplie par une monnaie numérique directe de la banque centrale au lieu du système de paiements numériques actuel. De ce point de vue, le dollar américain perdra sa place dans l'économie mondiale si la Réserve fédérale ne propose pas un produit similaire.

Je pense qu'il est inévitable qu'à mesure que l'économie mondiale et le système financier continuent d'évoluer, certaines monnaies étrangères (y compris certaines monnaies numériques de banque centrale étrangères) soient davantage utilisées dans les transactions internationales qu'elles ne le sont actuellement. Il semble toutefois peu probable que le statut du dollar en tant que monnaie de réserve mondiale, ou le rôle du dollar en tant que monnaie dominante dans les transactions financières internationales, soit menacé par une monnaie numérique de banque centrale étrangère. Le rôle du dollar dans l'économie mondiale repose sur un certain nombre de fondements, notamment la force et la taille de l'économie américaine, les liens commerciaux étendus entre les États-Unis et le reste du monde, la profondeur des marchés financiers, y compris pour les titres du Trésor américain, la stabilité de la valeur du dollar dans le temps, la facilité de conversion des dollars américains en devises étrangères, l'État de droit et la solidité des droits de propriété aux États-Unis et, enfin et surtout, la crédibilité de la politique monétaire américaine. Aucun de ces éléments n'est susceptible d'être menacé par une monnaie étrangère, et certainement pas parce que cette monnaie étrangère est une monnaie numérique de banque centrale.

Les partisans des monnaies numériques de banque centrale suggèrent également que les monnaies numériques privées constituent une menace pour le dollar américain. Les monnaies numériques privées se présentent sous de multiples formes, mais à cette fin, je les diviserai en deux catégories : les monnaies stables et les monnaies non stables, ou cryptoactifs, comme le bitcoin. Commençons par les monnaies stables. La valeur d'un stablecoin est liée à un ou plusieurs autres actifs, comme une monnaie souveraine. Il existe de nombreux stablecoins dont la valeur est ou serait liée au dollar américain.

Certains commentateurs affirment que les États-Unis doivent développer une monnaie numérique de banque centrale pour concurrencer les monnaies stables en dollars américains. Les monnaies stables constituent un développement important qui soulève des questions difficiles. Par exemple, comment l'adoption généralisée des monnaies stables affecterait-elle la politique monétaire ou la stabilité financière ? Comment les monnaies stables pourraient-elles affecter le système bancaire commercial ? Les monnaies stables représentent-elles une menace fondamentale pour le rôle de l'État dans la création monétaire ?

À mon avis, nous n'avons pas à craindre les monnaies stables. La Réserve fédérale a de façon traditionnelle soutenu l'innovation responsable du secteur privé. Conformément à cette tradition, je pense que nous devons prendre fortement en compte les avantages potentiels des monnaies stables, y compris la possibilité qu'une monnaie stable en dollar américain puisse soutenir le rôle du dollar dans l'économie mondiale. Par exemple, un réseau mondial de stablecoins en dollars américains pourrait encourager l'utilisation du dollar en rendant les paiements transfrontaliers plus rapides et moins chers, et il pourrait potentiellement être déployé beaucoup plus rapidement et avec moins d'inconvénients qu'une monnaie numérique de banque centrale. La crainte que les monnaies stables représentent une création sans précédent d'argent privé et remettent ainsi en cause notre souveraineté monétaire laisse perplexe, étant donné que notre système actuel implique – et dépend en fait – des entreprises privées qui créent de l'argent tous les jours.

Nous avons un intérêt réglementaire légitime et fort dans la manière dont les monnaies stables sont construites et gérées, en particulier en ce qui concerne les préoccupations liées à la stabilité financière : le pool d'actifs qui sert de point d'ancrage à la valeur d'une monnaie stable pourrait – si l'utilisation de la monnaie stable devenait suffisamment répandue – créer un risque de stabilité s'il est investi dans de multiples dénominations monétaires, s'il s'agit d'une réserve fractionnaire plutôt que totale, si le détenteur de la monnaie stable ne dispose pas d'un droit clair sur l'actif sous-jacent ou si le pool est investi dans des instruments autres que les plus liquides possible, principalement les réserves des banques centrales et les obligations souveraines à court terme. Tous ces facteurs créent un "risque de ruée", c'est-à-dire la possibilité qu'un événement déclencheur amène un grand nombre de détenteurs de pièces de monnaie stables à échanger leurs pièces en une seule fois contre d'autres actifs et que le système des pièces de monnaie stables ne soit pas en mesure de répondre à ces demandes tout en maintenant une valeur raisonnablement stable. Mais ces préoccupations sont éminemment réalisables – en fait, certaines pièces stables ont déjà été structurées pour y répondre. Lorsque nos préoccupations auront été prises en compte, nous devrions dire oui à ces produits, plutôt que de nous efforcer de trouver des moyens de dire non. En effet, la combinaison des améliorations imminentes du système de paiement existant, telles que les diverses initiatives de paiements instantanés, et de l'efficacité transfrontalière des monnaies stables correctement structurées pourrait bien rendre superflu tout effort de développement d'une monnaie numérique de banque centrale.


Le bitcoin et autres cryptomonnaies à valeurs non stables ne sont pas en reste

Contrairement aux monnaies stables, les cryptoactifs comme le bitcoin ne sont pas liés à la valeur d'un actif comme une monnaie souveraine. Ils cherchent plutôt à créer de la valeur dans la pièce par d'autres moyens, généralement un mécanisme intrinsèque pour assurer la rareté, comme le processus d'extraction du bitcoin, ou une caractéristique de la pièce qui ne peut être égalée par le système de paiement traditionnel, comme l'anonymat inviolable. Certains commentateurs affirment que les États-Unis doivent développer une monnaie numérique de banque centrale pour contrer l'attrait des cryptomonnaies. Cette affirmation semble erronée. Les mécanismes utilisés pour créer la valeur de ces cryptomonnaies garantissent également que cette valeur sera très volatile – un peu comme la valeur fluctuante de l'or, qui, comme le bitcoin, tire une partie importante de sa valeur de sa rareté, et qui, comme le bitcoin, ne joue pas un rôle significatif dans le système de paiement ou le système monétaire actuel. Cependant, contrairement à l'or, qui a des utilisations industrielles et des attributs esthétiques en dehors de son rôle financier vestigial, les principaux attraits supplémentaires du bitcoin sont sa nouveauté et son anonymat. L'anonymat en fera la cible d'un examen de plus en plus approfondi de la part des forces de l'ordre et la nouveauté est un atout qui se perd rapidement. L'or brillera toujours, mais la nouveauté, par définition, s'estompe. Le bitcoin et ses semblables resteront donc presque certainement un investissement risqué et spéculatif plutôt qu'un moyen de paiement révolutionnaire, et il est donc très peu probable qu'ils affectent le rôle du dollar américain ou qu'ils nécessitent une réponse avec une monnaie numérique de banque centrale.

Quid de la notion de confiance sur laquelle reposent les monnaies ?

Le bitcoin a déjà cours légal au Salvador. Le projet de loi du président Nayib Bukele afin de donner cours légal au bitcoin dans son pays a fait l’objet d’approbation le 9 juin par le Congrès du pays. Par 62 voix sur 84, le Salvador devient le premier pays à approuver le bitcoin comme monnaie légale. Le ministère de l’Économie français a ajouté le bitcoin comme un moyen de paiement alternatif, au même titre que le virement bancaire, le prélèvement ou encore le compte nickel au quatrième trimestre de l’année 2017. À défaut de reconnaissance officielle, la manœuvre permet de favoriser l’acceptation du bitcoin et d’aider les entreprises à franchir le pas dans l’acceptation des monnaies numériques contre leurs biens et services. Ce sont des exemples qui illustrent que les monnaies qu’elles soient fiduciaires ou numériques sont basées sur la confiance. Une question émerge alors : qu’advient-il du dollar en cas d’adoption de masse d’une monnaie numérique comme le bitcoin ?


Le bitcoin est considéré comme la figure de proue d’une révolution monétaire amorcée. Neil Ferguson – chroniqueur pour Bloomberg – indique à ce propos que :

« Nous vivons une révolution monétaire si multiforme que peu d'entre nous en comprennent toute l'étendue. La transformation technologique d'Internet est le moteur de cette révolution. La pandémie de 2020 l'a accélérée. Pour illustrer l'étendue de notre confusion, considérons les performances divergentes de trois formes de monnaie cette année : le dollar américain, l'or et le bitcoin.

« Le dollar est la monnaie préférée du monde, non seulement dominante dans les réserves des banques centrales, mais aussi dans les transactions internationales. C'est une monnaie fiduciaire, son offre est déterminée par la Réserve fédérale et les banques américaines. On peut calculer sa valeur par rapport aux biens achetés par les consommateurs, selon quelle mesure elle s'est à peine dépréciée cette année (l'inflation tourne à 1,2 %), ou par rapport aux autres monnaies fiduciaires. Sur cette dernière base, selon l’indice au comptant du dollar de Bloomberg, il est en baisse de 4 % depuis le 1er janvier. L’or, en revanche, a augmenté de 15 % en dollars. Mais le prix en dollars d'un bitcoin a augmenté de 139 % depuis le début de l'année.

« Le rallye bitcoin de cette année a surpris de nombreuses personnes intelligentes. Le sommet de la semaine dernière était juste en dessous du sommet du dernier rallye (19 892 $ US selon la bourse Coinbase) en décembre 2017. Lorsque le bitcoin s'est vendu par la suite, l'économiste de l'Université de New York Nouriel Roubini n'a pas hésité. bitcoin, a-t-il déclaré à CNBC en février 2018, avait été la "plus grande bulle de l'histoire de l'humanité". Son prix "tomberait désormais à zéro". Huit mois plus tard, Roubini est revenu à la charge dans un témoignage au Congrès, dénonçant bitcoin comme la "mère de toutes les escroqueries". Dans les tweets, il l'a appelé "Shitcoin".

« Avance rapide jusqu'en novembre 2020 et Roubini a été contraint de changer d'avis. Le bitcoin, a-t-il concédé dans une interview avec Yahoo Finance, était "peut-être une réserve de valeur partielle, parce que ... il ne peut pas être aussi facilement dégradé, car il existe au moins un algorithme qui décide de combien l'offre de bitcoins augmente avec le temps." Si j'aimais autant l'hyperbole que lui, j'appellerais cela la plus grande conversion depuis Saint Paul.

« Roubini n'est pas le seul à avoir été contraint de changer de perspective face au bitcoin cette année. Parmi les investisseurs de renom qui sont devenus optimistes, on trouve Paul Tudor Jones, Stan Druckenmiller et Bill Miller. Même Ray Dalio a admis qu'il "manquait peut-être quelque chose" à propos du bitcoin.

« Les journalistes financiers capitulent également*: mardi, Izabella Kaminska, du Financial Times, sceptique de longue date en matière de cryptomonnaie, a admis que bitcoin avait un cas d'utilisation valide comme couverture contre une dystopie "vers lequel le monde se dirige à travers l'autoritarisme et les libertés civiles qui ne peuvent pas être tenues pour acquises".

« Alors, que se passe-t-il ?

« Premièrement, il ne faut pas s'étonner qu'une pandémie ait accéléré le rythme de l'évolution monétaire. À la suite de la peste noire, comme l'historien Mark Bailey l'a noté dans ses conférences magistrales à Oxford Ford en 2019, il y a eu une monétisation accrue de l'économie anglaise. Avant les ravages de la peste bubonique, le système féodal avait lié les paysans à la terre et les obligeait à payer un loyer en nature, en remettant une part de tous les produits à leur seigneur. Avec les pénuries chroniques de main-d'œuvre, il y a eu un virage vers des loyers fixes annuels payés en espèces. En Italie également, l'économie après les années 1340 est devenue plus monétisée : ce n'est pas un hasard si la famille italienne la plus puissante des XVe et XVIe siècles était les Médicis, qui ont fait fortune en tant que changeurs florentins.

« De la même manière, COVID-19 a été bon pour bitcoin et pour la cryptomonnaie en général. Premièrement, la pandémie a accéléré notre progression vers un monde plus numérique : ce qui aurait pu prendre 10 ans a été réalisé en 10 mois. Les personnes qui n'avaient jamais risqué une transaction en ligne ont été obligées d'essayer, pour la simple raison que les banques étaient fermées. Deuxièmement, et par conséquent, la pandémie a considérablement accru notre exposition à la surveillance financière ainsi qu'à la fraude financière. Ces deux tendances ont été bonnes pour bitcoin.

« Je n'ai jamais souscrit à la thèse selon laquelle bitcoin irait à zéro après avoir chuté de prix fin 2017 et 2018. Dans l'édition 2018 mise à jour de mon livre, «The Ascent of Money» – dont la première édition est apparue plus ou moins simultanément avec le document fondamental bitcoin du pseudonyme Satoshi Nakamoto – j'ai soutenu que bitcoin s'était imposé comme "une nouvelle réserve de valeur et d'actif d'investissement – un type d'or numérique – qui offre aux investisseurs une rareté garantie et une mobilité élevée, ainsi qu'une faible corrélation avec d'autres classes d'actifs".

« "L'objectif de Satoshi", ai-je soutenu, "n'était pas de créer une nouvelle monnaie, mais plutôt de créer l'actif sûr ultime, capable de protéger la richesse de la confiscation dans les juridictions où la protection des investisseurs est médiocre, ainsi que du fléau quasi universel de la dépréciation de la monnaie ... Le bitcoin est portable, liquide, anonyme et rare".

« Il y a deux ans, j'ai estimé qu'environ 17 millions de bitcoins avaient été minés. Le nombre de*millionnaires dans le monde, selon le Credit Suisse, était alors de 36 millions, avec une richesse totale de 128,7 billions de dollars. "Si les millionnaires décidaient collectivement de ne détenir que 1 % de leur richesse sous forme de bitcoins", ai-je soutenu, "le prix serait supérieur à 75 000 USD – plus élevé, si un ajustement était effectué pour tous les bitcoins perdus ou accumulés. Même si les millionnaires ne détenaient que 0,2 % de leurs actifs sous forme de bitcoins, le prix serait d'environ 15 000 USD". Nous avons dépassé 15 000 dollars le 8 novembre.

« Ce qui se passe, c'est que le bitcoin est progressivement adopté non pas tant comme moyen de paiement que comme réserve de valeur. Non seulement les particuliers fortunés, mais aussi les entreprises technologiques investissent. En juillet, Michael Saylor, le milliardaire fondateur de MicroStrategy, a ordonné à son entreprise de détenir une partie de ses réserves de trésorerie dans des actifs alternatifs. En septembre, la trésorerie d’entreprise de MicroStrategy avait acheté des bitcoins d’une valeur de 425 millions de dollars. Square, la société de paiement basée à San Francisco, a acheté des bitcoins d'une valeur de 50 millions de dollars le mois dernier. PayPal vient d'annoncer que les utilisateurs américains peuvent acheter, conserver et vendre des bitcoins dans leur portefeuille PayPal.

« Ce processus d'adoption a encore beaucoup de chemin. Selon les mots de Wences Casares, l'investisseur technologique né en Argentine qui est l'un des plus fervents défenseurs de bitcoin, "Après 10 ans de bon fonctionnement sans interruption, avec près de 100 millions de détenteurs, ajoutant plus d'un million de nouveaux détenteurs par mois et faisant transiter plus d'un milliard de dollars par jour dans le monde", il a 50 % de chances d'atteindre un prix de 1 million de dollars par bitcoin dans cinq à sept ans […] ».

Le cours du bitcoin a dépassé les 40 000 dollars au début de l’année en cours, ce, trois semaines après avoir atteint les 20 000 dollars. C’est dire l’extrême volatilité de la célèbre monnaie cryptographique. Le principal apport du protocole bitcoin est de permettre à des tiers d’échanger de la valeur de façon sécurisée sans devoir passer par une entité extérieure (banque) qui garantit la validité du transfert. Ses détracteurs sont néanmoins d’avis que « le bitcoin ne rend pas de réel service à l’humanité. » « C’est juste un énorme et inutile casino. Le bitcoin est exclusivement utilisé pour la spéculation et de façon marginale pour l’économie réelle », lance Frank Leroy – défenseur de l’environnement. Ce dernier appelle donc à la destruction de cet « inutile réseau » dangereux pour la facture environnementale.

Source : Réserve fédérale américaine

Et vous ?

Les États-Unis ont-ils besoin de se doter d’une monnaie numérique émise par une banque centrale ? Le dollar américain a-t-il à craindre des monnaies qu’elles soient fiduciaires ou numériques d’autres pays ?
Le dollar américain a-t-il à craindre des monnaies qu'elles soient fiduciaires ou numériques d’autres pays ?

Voir aussi :

Le bitcoin et d'autres cryptomonnaies basés sur l'algorithme Proof of Work sont un cauchemar suivant les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance, selon Timothy Swanson
Les pirates informatiques à l'origine d'une présumée attaque par ransomware contre Kia exigent des*millions de dollars en bitcoins, plusieurs services en ligne de la société auraient été touchés
Le bitcoin atteint une capitalisation boursière de 1000 milliards de dollars alors que le coût de la cryptomonnaie continue de grimper
La plupart des cadres financiers ne prévoient pas de détenir le bitcoin comme actif d'entreprise, d'après une enquête de Gartner, seuls 5 % prévoient de le faire en 2021

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de anykeyh
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 03/07/2021 à 21:43
Citation Envoyé par bens9 Voir le message
On aimerait bien "cesser" mais la réalité est que le BitCoin et les autres monnaies numériques permettant un anonymat parfait est la solution idéale pour tous les truands.
Les ransomwares avec des rançons de plusieurs dizaines de millions d'euros explosent depuis l'avènement du bitcoin et c'est tout sauf un hasard...
https://www.npr.org/2021/06/10/10048...=1625338849979
Impossible de se faire payer une rançon de ce genre en euros ou en dollars.

Et ton raisonnement est totalement faux : quelle part d'activité illégale dans la totalité d'utilisation du dollar ? Infime.
Quelle part de illégale de l'utilisation du bitcoin dans la totalité de son usage = largement majoritaire à mon idée (vente de drogue, d'armes, rançons)

N'importe quoi, tu compares une monnaie avec une manière de réaliser des transactions, ça n'a strictement rien à voir.

Parce qu'une monnaie ça n'est pas de la finance ??? quelle blague.
Cela dit je suis d'accord sur le fait que le BitCoin n'est pas une danger pour l'économie, c'est un danger pour tous les gogos qui croient que c'est un nouvel eldorado où on gagne à tous les coups, et c'est un danger pour toutes les victimes des délinquants qui ont trouvé dans le bitcoin la solution idéale pour gérer et blanchir leur flux financiers. Et ça sera le repaire idéal de tous les fraudeurs fiscaux, si le Bitcoin avait existé au moment de l'affaire Cahuzac, il aurait pu continuer à exercer tranquillement ses fonctions de ministre sans être inquiété.
L'utilisation de Bitcoin de maniìere illegale est une très mauvaise idée. Facile a implementer car le reseau ne necessite pas de permissions; recevoir son argent est facile, le depenser sans plonger beaucoup moins.

D'ailleurs l'utilisation dans une optique illégale est très limité, peut-etre 1%. Ce chiffre va tendre vers 0%; Le plus gros des transactions en cryptomonnaie (80+%) concerne la finance decentralisé. Les pools de liquidité, le lending et la collateralisation d'assets, les exchanges.

Tu confonds pas mal de choses sur ce sujet. Le plus gros du traffic illégal est aujourd'hui toujours fait en dollars, via des sociétés écrans offshore. Ce qui est dur dans l'illicite aujourd'hui c'est pas de recuperer l'argent, c'est de le blanchir. Le bitcoin en tant que tels n'est pas l'asset le plus simple à blanchir, meme si l'effet de bulle et la demande actuelle permet d'écouler en P2P une partie.

Car le bitcoin n'est pas anonyme: il garantie le pseudonymat. Le travaille des enqueteurs est facilité car toute les transactions sont publiques et traçable (imagine un gros graphe avec des fleches partout). Du coup une fois que tu arrives a mettre un nom sur une addresse bitcoin, tu peux rapidement enqueter sur les comptes dont les transfert viennent / partent de ce compte.

Imagine:

M. Toulemonde, jeune sans histoire, achete de temps en temps de la cocaine. Il va voir son dealer, et paie en bitcoin chez cette personne, recupere le produit et se casse. Un jour il se fait chopper: rapidement, les enqueteurs remontent l'historique des transactions bitcoin du petit poisson grace à ce client: pas besoin de mandat pour verifier les comptes du boss, les registres sont en ligne accessible gratuitement.

Ils découvrent les comptes de plusieurs autres gros poissons; grace aux heures de transfert des sommes, ils peuvent commencer à imaginer l'agenda de ces personnes, recouper avec d'autres informations, verifier les alibis de chacuns...
Et puis tu as des addresses des exchanges et autre services, qui demandent des KYC. À partir du moment où tu transfert vers ces addresses alors ton addresse peut-etre lié a ton identité. Et si tu transfert à une personne qui a lui meme fait un transfert vers une plateforme qui demande des KYC, alors on peut remonter a cette personne et faire pression sur lui / verifier son agenda etc...

Tu ne me crois pas? https://www.bbc.com/news/world-50073092 : Hundreds arrested across 38 countries. Rien que ça, des centaines de pedophiles. Impossible à tracer si ils n'avaient pas utiliser bitcoin. D'ailleurs, tu n'entendra pas la NSA se plaindre de Bitcoin, ni la police. Cette excuse des transactions illicites viennent principalement des banques.

Il y a bien des mélangeurs de bitcoin (shuffler), mais cela ne fait que rendre la tache plus difficile, et non impossible. Si tu fais des transactions illicites à large volume sur bitcoin, tot ou tard tu auras des ennuis.

Le risque viendrait plutot de ZCash / Monero, et de ZK-SNARK, qui va devenir l'un des algorithme le plus important de ces 50 prochaines années ( les 50 ans precedant je vote Fast Fourier Transfer ).

Le vrai probleme pour les decideurs aujourd'hui, c'est que Bitcoin protege et balance autant que tu sois un politicien vereux ou un chef de mafia, alors que les monnaies fiduciaires sont à géometrie variable à ce niveau. Beaucoup ne voient pas d'un bon oeil de pouvoir etre exposé ainsi par des enqueteurs en herbes.

Ah, et J. Cahuzac l'aurait eu beaucoup plus mal avec Bitcoin. Il est tombé non pas parceque Tracfin a decouvert ses magouilles, mais car il a été balancé (enregistrement audio). Les enqueteurs ont eu la plus grande peine du monde pour remonter toute les infos et ses mouvements de compte, car il a fallu negocier les accès des comptes à la fois en suisse mais aussi à Singapour. Je suis persuadé qu'une partie de son magot n'a jamais été trouvé.
Va négocier avec les Philippines, le Panama ou d'autres pays qui sont très peu regardant sur la provenance des fonds et très scrupuleux sur le secret bancaire...
Ça se negocie contre des faveurs diplomatique ce genre de demande.
5  1 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 04/07/2021 à 11:35
Citation Envoyé par jerem488 Voir le message
L'interêt du bitcoin est que chacun gère son portefeuille, sans rendre de compte à qui que ce soit et pour une vie privée. Sans suivre l'état des comptes, ce que tu achètes avec ton argent, ou est-ce que tu es...
Bref ça résout un problème que l'on a pas dans la pratique. Le coté dépôt et gestion des transaction des banques marche très bien et n'a jamais eu de soucis majeur.

Citation Envoyé par jerem488 Voir le message
La seule interrogation actuelle est la gestion des crédits bancaire ? Car l'intérêt des bitcoins est de faire tomber les banques.
(Dans le cas ou ça arrive).... comment est-ce qu'on va faire des crédits ? Car la majorité des français ont au moins un crédit (à la consommation, voiture, maison).
On ne fait rien : le Bitcoin ne peut tout simplement pas tuer les banques. Au pire elles s'adapteront et proposeront de produits financiers en bitcoin plutôt qu'en Dollar ou en Euro. Et c'est bien tout le soucis de Bitcoin : c'est qu'il ne fait rien pour résoudre le principal problème des banque : assainir le système financier. Bien au contraire, il lui laisse les coudées franche avec encore moins de capacité d'intervention au niveau étatique. Et c'est bien la finance le cœur du problème bancaire, pas les dépôts et les transactions.

Citation Envoyé par TJ1985 Voir le message
J'ai trouvé ici :
beaucoup d'informations qui me semblent pertinentes sur le sujet. Notamment, l'usage croissant du bitcoin comme valeur refuge, la taille actuelle des échanges, les spécificités de l'Ethereum.
Demander a une personne qui gagne sa vie vendant son expertise blockchain ce qu'il en pense de l'avenir des cryptomonnaies, c'est a peu près aussi pertinent que demander à la direction de Philip Morris ce qu'il pense des effets du tabac.
J'ai écouté juste les dix première minutes et il y a déjà de très gros problèmes qui montrent clairement que son discours est biaisé. Il recours notamment à un classique de la mauvaise fois en présentant une courbe a échelle logarithmique comme étant la vraie description de l'évolution du cours.
4  2 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 04/07/2021 à 12:38
Citation Envoyé par TJ1985 Voir le message
Ne pas prendre la peine d'obtenir une information complète, même biaisée, par un spécialiste du domaine de même rang que ceux des gouverneurs des banques centrales américaines est le signe d'une faible curiosité ou d'un grand orgueil.
Disons que j'ai rien contre entendre des argument opposés quand ils sont honnêtes. Je ne suis pas a ma première video avec ce genre d'expert qui racontent généralement la mêmes chose. Pas besoin de perdre une heure à entendre encore la même chose.

Citation Envoyé par TJ1985 Voir le message
Stachtchenko m'a fait changer de perspective, en replaçant cette "monnaie" dans un contexte d'usage courant, par exemple dans les pays à forte inflation. L
Génial de proposer contre l'inflation une monnaie elle aussi assez instable. Si tu veux te protéger de l'inflation, tu peux utiliser d'autres devises (dollars, euro, ...), de l'or, investir dans des biens durables, ... mais du bitcoin qui est lui même très variable et qui coute de plusieurs euros à plusieurs dizaines d'euros par transaction, c'est clairement une solution plutôt dangereuse.
2  0 
Avatar de maarc
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 02/07/2021 à 18:51
"La démocratie, c'est très surfait" aurait déclaré Kim-Jong-Un.
1  0 
Avatar de WinNew
Membre régulier https://www.developpez.com
Le 03/07/2021 à 11:02
Le discours des officiels US est une propagande dont l'objectif est de détruire le BitCoin. Le contrôle de la monnaie est un enjeu de pouvoir extrêmement important.

Il faut cesser d'associer BitCoin et activités illégales. Le dollar est plus utilisé que le BitCoin sur ce secteur. De tous temps les monnaies étatiques ont été utilisées dans des transactions illégales.

Le plus grand danger pour l'économie n'est pas le BitCoin, c'est la finance.

On critique la volatilité du Bitcoin, mais on ne critique pas le trading à haute fréquence.

Les US veulent créer une crypto monnaie pour surveiller (fliquer) toutes les transactions... pas pour s'opposer au BitCoin ! Bienvenue dans le monde de la cyber-surveillance totale. Avec le BitCoin, n'importe qui peut surveiller l'ensemble des transactions. Avec une crypto monnaie US, le citoyen ne verra rien, mais le gouvernement verra tout !

Il ne faut pas croire ces discours imprégnés de venin. C'est de la propagande d'État.
5  4 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 05/07/2021 à 10:27
Citation Envoyé par TJ1985 Voir le message
Tu as raison de ne pas "perdre de temps". On ne sait jamais, des fois que tu apprennes quelque chose ? Ça pourrait être dangereux.
Je te rassures, j'apprends des choses tout les jours et si je n'ai pas regardé jusqu'au bout c'est justement que j'avais des choses à apprendre plutôt que de réentendre ce que je connais déjà.

Citation Envoyé par TJ1985 Voir le message
Mais dis-moi, j'ai affaire à un expert, là ! Te protéger de l'inflation par du dollars, quelle bonne idée ! La définition même de l'inflation est la dévalorisation de la monnaie, juste pour mémoire. A unité monétaire constante, tu as de moins en moins de pain, quoi.
En effet le dollar et l'euro comme toutes les devises peuvent s'apprécier ou se dévaluer mais il n’empêche que se sont des devises qui sont très stable depuis des dizaines d'année, a un niveau incomparable avec le Bitcoin, qui a plusieurs fois perdu plus de la moité de sa valeur en quelques semaines.

Citation Envoyé par TJ1985 Voir le message
Que le bitcoin soit volatile (et non instable) est évident. Que ce ne soit pas un placement de père de famille, pour le moment, l'est aussi. Ses avantages sont d'être en nombre fini, donc ils seront forcément rares. Ce qui est rare à de la valeur, un peu comme l'or, tiens, au hasard. Sauf qu'on peut imaginer trouver un énorme gisement d'or, alors que le nombre de bitcoins est fini par conception.
Tu remarqueras aussi que le cours de l'or n'a quasiment rien à voir avec la découverte de gisements, tout comme le cours du bitcoin varie énormément alors que la quantité disponible évolue très peu. Il n'y a pas que la notion d'offre qui compte pour déterminer un cours.

Citation Envoyé par TJ1985 Voir le message
Quant aux frais, si aujourd'hui des gens préfèrent convertir leur salaire en bitcoin pour éviter que leur journée de travail ne finisse par leur coûter plutôt que leur permette de survivre, ils ne doivent pas être un gros obstacle. Mais personnellement je n'ai pas d'expérience au quotidien de ces échanges.
C'est un exemple que les défenseur du Bitcoin aiment sortir pour ce donner une image de chevalier blanc, mais en pratique l'usage du Bitcoin n'est pas plus répandu que ça dans les pays avec des monnaies instables. Il est bien plus simple d'utiliser des devises étrangères, c'est d'ailleurs ce qui se pratique depuis bien avant l'apparition du bitcoin.

Citation Envoyé par TJ1985 Voir le message
Après, on verra bien. La présentation a ceci de bon qu'elle donne le point de vue de quelqu'un du milieu, qui y nage, en vit, en prospère. Ce que j'appelle un avis autorisé. On peut ne pas être d'accord avec lui, mais au moins on sait où on en est.
Cette homme vend une expertise technique sur un domaine on ne peu plus technique en effet, et je ne remet pas en cause sa compétence technique, juste la validité de son analyse partiale.
2  1 
Avatar de TJ1985
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 04/07/2021 à 8:02
J'ai trouvé ici :
beaucoup d'informations qui me semblent pertinentes sur le sujet. Notamment, l'usage croissant du bitcoin comme valeur refuge, la taille actuelle des échanges, les spécificités de l'Ethereum.
0  0 
Avatar de anykeyh
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 04/07/2021 à 16:16
Citation Envoyé par Uther Voir le message
Disons que j'ai rien contre entendre des argument opposés quand ils sont honnêtes. Je ne suis pas a ma première video avec ce genre d'expert qui racontent généralement la mêmes chose. Pas besoin de perdre une heure à entendre encore la même chose.

Génial de proposer contre l'inflation une monnaie elle aussi assez instable. Si tu veux te protéger de l'inflation, tu peux utiliser d'autres devises (dollars, euro, ...), de l'or, investir dans des biens durables, ... mais du bitcoin qui est lui même très variable et qui coute de plusieurs euros à plusieurs dizaines d'euros par transaction, c'est clairement une solution plutôt dangereuse.
De mon coté je suis en complet désaccord avec toi. Cherchant à investir à long terme sur 5 à 20 ans (car je ne cotise pas la retraite), voici mon critère principal pour un investissement :

- Je cherche à recolter au moins l'inflation + 3%.

Maintenant mon probleme:
- Inflation reelle > 6% actuellement (estimation basse), donc je cherche 9% et plus.
- Je ne souhaite pas faire mon argent de manière speculative, c'est à dire que je ne souhaite pas acheter un asset qui s'apprecie alors que les fondamentaux sont inchangés en esperant le vendre plus cher à moyen/court terme.

- Le marché de la dette a un rendement trop faible pour un risque que j'estime relativement élevé. Les etats ne feront certainement pas defaut, mais rembourser via l'inflation c'est une forme de defaut pour moi.
- Le marché des actions est dans une énorme bulle spéculative. En suivant les sociétés, leurs bilans et les fondamentaux, tu remarques que les seules sociétés qui son rentable à long terme sont les sociétés de la tech / le nasdaq. Mais leur avenir a long terme est pas forcement très bon non plus
- L'or permet l'inflation + 1% de rendement environ; posseder une forme titrisé est dangereux (tu achetes 25g d'or mais l'emetteur du titre à reelement 2.5g d'or dans ses comptes pour toi, wtf...) , peu liquide, le posseder à la maison hors de question, trop dangereux. Je possède neanmoins de l'or, genre 10% de mon portefeuille... titré sur la blockchain, beaucoup plus pratique à acheter et je peux le faire louer (ce qui me rapporte en tout 6%+inflation à l'heure actuelle)
- L'immobilier? Enorme bulle.

Actions et immobilier aujourd'hui? tu fais du rendement uniquement via l'appreciation du bien et non par les dividendes/location.
Aujourd'hui en location remplissage à 90%, tu peux esperer 5% brut annuel, soit ~3% nette avant inflation. Reste à prier pour que le bien s'apprecie pour viser ton 9%.

Le truc: l'appreciation des biens immobilier / actions est une bulle spéculative. Les acteurs rentrent sur le marché de l'immobilier car il ont vu les prix d'apprecier de 10% l'année derniere et espere avoir le meme retour cette année. C'est beaucoup plus dangereux que les mouvements du bitcoin pour moi, car le risque est systemique.

Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel. Et lorsque le marché va s'essoufler, la panique va gagner un marché des centaines de fois plus gros que bitcoin.
Pareillement pour les actions. Voir LVMH prendre x3 en trois ans ou Tesla x20 n'est pas une preuve de l'excellente santé des entreprises, mais surtout la preuve d'une depreciation de la monnaie et d'un mouvement spéculatif énorme.

Et le bitcoin donc? L'asset est toujours en recherche de prix... Il a les fondamentaux pour remplacer l'or en valeur refuge à long terme, mais son plus gros défi sera l'acceptation par les gouvernements. Comme je pense que tout va bien se peter la gueule dans moins de 10 ans (c'est une quasi-certitude en fait), je pense que les gouvernements ne seront pas en position de force face au bitcoin, et devrons composer avec.
Donc c'est un pari à long terme, mais selon mes critères le ratio risque / gains est largement favorable.

De manière générale, la blockchain a tout pour revolutionner le monde à la manière du cellphone, mais c'est une histoire pour un autre moment. En 2005, je pensais que l'iPhone etait un gadget, et j'avais tord. Nokia aussi n'a rien vu venir.
1  1 
Avatar de Mat2gnay
Futur Membre du Club https://www.developpez.com
Le 12/07/2021 à 18:16
Citation Envoyé par Ryu2000 Voir le message
Il faudrait une meilleure monnaie que le dollar. Ce qui pourrait être chouette c'est une monnaie échangeable en or.
La valeur de l'or pourrait elle couvrir l'ensemble des échanges? Les flux capitaux n'ont il pas largement dépassé les valeurs des matières? Il serait amusant de calculer le pois en or du pib américain par exemple.
0  0 
Avatar de bens9
Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 03/07/2021 à 21:02
Citation Envoyé par WinNew Voir le message
Il faut cesser d'associer BitCoin et activités illégales. Le dollar est plus utilisé que le BitCoin sur ce secteur. De tous temps les monnaies étatiques ont été utilisées dans des transactions illégales.
On aimerait bien "cesser" mais la réalité est que le BitCoin et les autres monnaies numériques permettant un anonymat parfait est la solution idéale pour tous les truands.
Les ransomwares avec des rançons de plusieurs dizaines de millions d'euros explosent depuis l'avènement du bitcoin et c'est tout sauf un hasard...
https://www.npr.org/2021/06/10/10048...=1625338849979
Impossible de se faire payer une rançon de ce genre en euros ou en dollars.

Et ton raisonnement est totalement faux : quelle part d'activité illégale dans la totalité d'utilisation du dollar ? Infime.
Quelle part de illégale de l'utilisation du bitcoin dans la totalité de son usage = largement majoritaire à mon idée (vente de drogue, d'armes, rançons)

Citation Envoyé par WinNew Voir le message
On critique la volatilité du Bitcoin, mais on ne critique pas le trading à haute fréquence.
N'importe quoi, tu compares une monnaie avec une manière de réaliser des transactions, ça n'a strictement rien à voir.

Citation Envoyé par WinNew Voir le message
Le plus grand danger pour l'économie n'est pas le BitCoin, c'est la finance.
Parce qu'une monnaie ça n'est pas de la finance ??? quelle blague.
Cela dit je suis d'accord sur le fait que le BitCoin n'est pas une danger pour l'économie, c'est un danger pour tous les gogos qui croient que c'est un nouvel eldorado où on gagne à tous les coups, et c'est un danger pour toutes les victimes des délinquants qui ont trouvé dans le bitcoin la solution idéale pour gérer et blanchir leur flux financiers. Et ça sera le repaire idéal de tous les fraudeurs fiscaux, si le Bitcoin avait existé au moment de l'affaire Cahuzac, il aurait pu continuer à exercer tranquillement ses fonctions de ministre sans être inquiété.
2  3