IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Elon Musk affirme que Starlink devrait être "entièrement mobile" d'ici à la fin 2021,
Permettant aux clients de l'utiliser à n'importe quelle adresse ou dans des véhicules en mouvement

Le , par Stan Adkens

28PARTAGES

10  0 
Le nouveau service d'Internet par satellite Starlink de SpaceX est actuellement dans une période de test bêta très limitée, mais l'entreprise pense déjà à l'avenir. Après avoir déposé en mars dernier une demande auprès de la FCC pour des composants Starlink qui permettraient au service de fonctionner sur des véhicules en mouvement, le cofondateur de SpaceX, Elon Musk, s'attend à ce que le service haut débit par satellite Starlink devienne « entièrement mobile » plus tard en 2021, permettant aux clients d'utiliser les antennes paraboliques existantes à différentes adresses. Musk a également tweeté vendredi que Starlink pourrait sortir de sa phase bêta dès cet été.

Ce serait un grand changement pour Starlink, qui pour le moment ne permet même pas aux clients de déplacer le matériel existant d'une adresse à l'autre – si vous êtes accepté pour participer à la phase bêta de service Internet haut débit, les formulaires d'inscription sont clairs sur le fait que le service est limité à l'emplacement que vous entrez lors de la souscription. Mais cela va changer avant l’année prochaine. Elon Musk a déclaré vendredi que le service d'Internet par satellite de SpaceX, Starlink, devrait être « entièrement mobile » d'ici la fin de l'année, ce qui signifie que les clients pourraient l'utiliser dans des véhicules en mouvement ou à différentes adresses.


« Ouais, devrait être entièrement mobile plus tard cette année, donc vous pouvez le déplacer n'importe où ou l'utiliser sur un RV ou un camion en mouvement. Nous avons besoin de quelques lancements de satellites supplémentaires pour atteindre une couverture complète et quelques mises à jour logicielles clés », a écrit Musk sur Twitter jeudi.

Par ce tweet, on comprend que la constellation de satellites Starlink n'est pas encore totalement construite, il ne s'agit donc pas d'une limitation permanente, mais il s'agit tout de même d'une limitation aujourd'hui, qui sera levée avec l’augmentation du nombre de satellites et des améliorations des logiciels, d’après les explications de Musk dans son tweet de jeudi.

SpaceX a révélé une partie de ses projets mobiles le mois dernier lorsque la société a demandé à la Federal Communications Commission l'autorisation de déployer une version modifiée de son terminal utilisateur sur des véhicules en mouvement. Ce qui permettrait aux clients d'exploiter le service Internet dans des navires, des avions, des véhicules récréatifs et des camions – mais pas les voitures Tesla, qui ne sont pas assez grandes pour transporter le terminal Starlink.

Dans la demande, David Goldman, directeur de la politique en matière de satellites de SpaceX, a déclaré que l'expansion « servirait l'intérêt public » et « permettrait aux opérateurs et aux passagers d'accéder à des services permettant d'accroître la productivité ».

Mais si cette demande concerne une version du terminal qui n'a pas encore été publiée et qui est dotée de « fixations permettant de l'installer sur des véhicules, des navires et des avions », le commentaire de Musk du jeudi sur le fait que Starlink sera « entièrement mobile » plus tard dans l'année faisait référence au terminal standard qui a été déployé auprès des clients bêta au cours des derniers mois.


Musk répondait à une personne qui demandait sur Twitter : « Les utilisateurs seront-ils toujours confinés à un seul endroit ou, à l'avenir, si un utilisateur dispose du Dishy McFlatface standard (et non d'un nouveau terminal portable), pourriez-vous le mettre sur un camping-car ou une petite maison ? La réponse affirmative de Musk suggère que la couverture Starlink sera suffisamment étendue dans le courant de l'année pour que les utilisateurs puissent emporter leur Dishy McFlatface à peu près n'importe où et bénéficier d'un service Internet.

« La bande passante et la latence du service Starlink s'améliorent rapidement »

Starlink est le projet à forte intensité de capital de la société visant à construire un réseau internet interconnecté avec des milliers de satellites, connu dans l'industrie spatiale sous le nom de constellation, conçu pour fournir l'Internet à haut débit aux consommateurs partout sur la planète. Starlink a annoncé des vitesses de service bêta de 50 à 150 Mbps, avec une latence de 20 à 40 ms. Musk a promis en février que les vitesses atteindraient 300 Mbps dans le courant de l'année et que le service serait disponible pour "la majeure partie de la Terre" d'ici à la fin 2021. La semaine dernière, Musk a également tweeté que le « temps de fonctionnement, la bande passante et la latence du service Starlink s'améliorent rapidement ».

SpaceX a lancé 1 445 satellites à large bande en orbite terrestre basse, selon les statistiques de l'astrophysicien Jonathan McDowell. SpaceX dispose de 1 351 satellites en orbite, après avoir pris en compte ceux qui ont été désorbités, qui ne sont pas en train de manœuvrer ou qui sont rentrés dans l'atmosphère après un échec. SpaceX a une licence de la FCC pour lancer près de 12 000 satellites et a demandé l'autorisation d'en lancer 30 000 de plus. Plus de 10 000 personnes se sont inscrites à Starlink depuis le lancement de sa bêta "Better Than Nothing Beta" en octobre 2020.

« J'ai interrogé plus de 50 utilisateurs de l'Internet par satellite Starlink de SpaceX au cours des derniers mois, afin de recueillir leurs impressions sur le service jusqu'à présent. Voici ce qu'ils ont dit sur les prix, l'installation, la vitesse, la fiabilité et bien plus encore », a tweeté jeudi Michael Sheetz de CNBC qui a conduit une enquête auprès des personnes qui utilisent Starlink.


SpaceX a lancé le programme "Better than Nothing Beta" pour le public en octobre, et la majorité des utilisateurs interrogés par CNBC ont reçu des invitations à s'inscrire entre novembre et février. Le service est proposé au prix de 99 dollars par mois aux États-Unis dans le cadre de la version bêta, avec un coût initial de 499 dollars pour l'équipement dont les clients ont besoin pour se connecter aux satellites – plus les taxes, les frais d'expédition et tous les accessoires nécessaires pour monter l'antenne.

Gwynne Shotwell, présidente de SpaceX, a confirmé, lors d'une table ronde virtuelle organisée dans le cadre du forum numérique Satellite 2021 LEO, que SpaceX dépense 1 500 dollars pour fabriquer chaque terminal Starlink, mais les clients ne devront payer que 499 dollars. « Nous ne faisons pas payer à nos clients ce que nous coûte la construction de ces terminaux », a-t-elle déclaré, ajoutant que SpaceX a « fait de grands progrès pour réduire le coût » de chaque terminal Starlink de moitié par rapport au montant initial.

« Je m'attends à conserver le service à long terme », a déclaré un utilisateur du Montana lors de l’enquête de Sheetz. « Le prix de la bêta pour le service est plus raisonnable que toutes les autres options que nous avons, et celles-ci sont moins performantes. Je garderai Starlink aussi longtemps que ce sera la seule option haut débit à ma disposition ».

Les utilisateurs qui ont parlé à Sheetz ont déclaré qu'ils utilisent plusieurs appareils sans que cela ait un impact sur la qualité ou la vitesse du service. « Le service est assez fiable, il y a quelques pannes de temps en temps », a déclaré un utilisateur du Maine. « Nous l'utilisons principalement pour regarder Netflix, Hulu et YouTube. Nous faisons un peu de jeux aussi sur le système sans aucun problème ».

« Nous sommes en ligne toute la journée, tous les jours sur des réunions. Il supporte cela facilement. Nous utilisons également des services de streaming. Avec mes beaux-parents, nous avons au moins 25 appareils (téléphones intelligents, ordinateurs portables, ordinateurs de bureau, iPads, téléviseurs intelligents, appareils domestiques intelligents, etc. », a déclaré un utilisateur du Minnesota.

Le "kit Starlink" qui est envoyé aux clients comprend quatre éléments importants : le terminal utilisateur, un support de trépied, un routeur Wi-Fi et une alimentation électrique. SpaceX propose également des options de montage sur les toits, moyennant un coût supplémentaire. Les utilisateurs de l’enquête ont été largement impressionnés par la qualité de l'équipement, en particulier l'antenne – qui est surnommée "Dishy McFlatface" dans le guide de SpaceX.


Cependant, une poignée d'utilisateurs ont été déçus par la qualité du routeur Wi-Fi fourni par SpaceX, et plusieurs ont choisi d'opter pour des routeurs tiers. Un utilisateur de Montana l'a décrit comme « une brique avec un signal wifi », notant qu'il est rapide à installer, mais qu'il manque d'options de configuration à part le réglage du mot de passe du réseau. « J'ai choisi d'utiliser mon propre routeur et de me brancher directement sur le port auquel leur routeur aurait été connecté », a déclaré l'utilisateur de Montana.

Alors que Starlink suscite l'enthousiasme des utilisateurs parce qu'il peut fournir des vitesses de haut débit modernes à des régions ignorées par les grands fournisseurs d'accès à Internet, le projet de SpaceX est également confronté à une opposition constante. Un article publié lundi dans un journal indique que "le projet de satellite Internet d'Elon Musk a donné naissance à une alliance improbable de concurrents, de régulateurs et d'experts qui affirment que le milliardaire est en train de créer un quasi-monopole qui menace la sécurité spatiale et l'environnement". D'autres sociétés de satellites "se plaignent que les satellites de Musk bloquent les signaux de leurs propres appareils et ont physiquement mis en danger leurs flottes », indique l'article.

« C'est une course vers le bas en termes d'obtention d'autant de choses là-haut que possible pour revendiquer l'immobilier orbital », a déclaré le professeur Moriba Jah du département de génie aérospatial et d'ingénierie mécanique de l'Université du Texas, selon le journal. « Musk ne fait que ce qui est légal... mais légal n'est pas nécessairement sûr ou durable ».

SpaceX a accepté les précommandes pour le service Starlink qui devrait être disponible à partir du second semestre de cette année, mais les créneaux sont limités dans chaque région. Ces limites devraient permettre d'éviter les problèmes de capacité qui se poseraient si Starlink était déployé trop largement dans une région donnée, ce qui permettra aux utilisateurs de voyager avec leur antenne parabolique "entièrement mobile" tout en bénéficiant du service.

Sources : Tweets (1 & 2)

Et vous ?

Les clients Starlink pourraient utiliser leur Internet haut débit à n'importe quelle adresse d’ici 2021. Quel commentaire en faites-vous ?
Abandonneriez-vous votre connexion Internet actuelle pour souscrire à Starlink ? Pour quelles raisons ?

Voir aussi :

SpaceX prévoit connecter son réseau Internet par satellite, Starlink, aux véhicules en mouvement : des voitures, aux camions, en passant par les avions à réaction et aux navires
Le service Internet par satellite Starlink d'Elon Musk a été approuvé au Royaume-Uni et les utilisateurs reçoivent déjà leurs kits bêta
SpaceX reçoit l'autorisation de commencer à fournir l'Internet Starlink en France, alors qu'Elon Musk affirme que les débits Internet de Starlink vont doubler cette année pour atteindre 300 Mbps
Au Royaume-Uni, des habitants de zones rurales déclarent que Starlink d'Elon Musk offre un haut débit "incroyable", le service est disponible dans le pays depuis le début de l'année

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 10/06/2021 à 9:16
Starlink de SpaceX est en pourparlers avec "plusieurs" compagnies aériennes pour le Wi-Fi à bord
l'entreprise est en concurrence avec OneWeb, Viasat et Kuiper (Amazon)

Elon Musk, PDG de SpaceX, avait laissé entendre en mars que ses collaborateurs et lui travaillaient à apporter son service Internet par satellite Starlink sur les navires, les camions, les véhicules de loisirs et les avions. Sur ce dernier point, la société a déclaré cette semaine qu'elle est en pourparlers avec plusieurs compagnies aériennes afin de connecter leurs avions à Starlink. Offrir un accès Wi-Fi plus rapide dans les avions commerciaux serait la première étape de l'entreprise dans l'extension de son réseau à un large éventail de domaines. Starlink d'Elon Musk rivalise avec OneWeb, Viasat et Amazon sur ce point.

SpaceX serait proche de connecter les avions à Starlink

Starlink a été créé dans l'intention de produire de petits satellites peu coûteux, mais très performants. L'idée est de créer une infrastructure Internet et un réseau mondial à large bande en orbite basse. Parmi les avantages annoncés, le système devrait permettre d'atteindre des pings beaucoup plus faibles que les satellites géostationnaires. Après que les premiers tests du réseau ont démarré l'année dernière, SpaceX a annoncé qu'elle souhaite diffuser son service Internet par satellite sur les navires, les avions, les camions et les camping-cars, mais pas sur les Teslas, car les antennes nécessaires sont trop grandes.



En effet, l'année dernière, SpaceX a déposé des plans pour tester Starlink sur cinq jets Gulfstream. En mars, il a demandé à la FCC l'autorisation d'utiliser Starlink avec des "stations terrestres en mouvement", c'est-à-dire tout véhicule susceptible de recevoir un signal. Musk a clarifié la situation sur Twitter à l'époque : « Nous ne connectons pas les voitures Tesla à Starlink, car notre terminal est beaucoup trop grand ». Vendredi dernier, SpaceX a demandé l'approbation de tests à travers cinq États américains un récepteur mis à jour avec une antenne de forme carrée, un design de base communément associé aux antennes d'avion.

Mercredi, SpaceX a annoncé qu'il a entamé des discussions avec des compagnies aériennes pour leur offrir le service. « Nous sommes en pourparlers avec plusieurs compagnies aériennes », a déclaré mercredi Jonathan Hofeller, vice-président de SpaceX chargé de Starlink et des ventes commerciales, à l'occasion d'une table ronde organisée dans le cadre du Connected Aviation Intelligence Summit. « Nous avons notre propre produit d'aviation en développement. Nous avons déjà fait quelques démonstrations à ce jour, et nous cherchons à finaliser ce produit pour l'installer sur les avions dans un avenir très proche », a expliqué Hofeller.

L'extension du réseau Starlink des foyers ruraux aux compagnies aériennes est une démarche attendue de SpaceX, qui s'efforce d'ouvrir commercialement le réseau à large bande dans le courant de l'année. Depuis 2018, SpaceX a lancé près de 1 800 satellites Starlink sur les 4 40  dont il a besoin pour assurer une couverture mondiale de l'Internet haut débit. Cela est dans un premier temps principalement pour les foyers ruraux où les connexions en fibre optique ne sont pas disponibles. La société est au milieu d'une phase bêta de Starlink qui promet des vitesses de téléchargement allant jusqu'à 100 Mb/s en aval et 20 Mb/s en amont.

SpaceX a déjà des dizaines de milliers d'utilisateurs dans le monde. La plupart d'entre eux paient 99 dollars par mois pour l'Internet dans le cadre de cette phase bêta, en utilisant un ensemble de 499 dollars comprenant une antenne Starlink à alignement automatique et un routeur Wi-Fi. Hofeller a déclaré mercredi que la conception des antennes Starlink pour les compagnies aériennes sera très similaire à la technologie utilisée dans ses terminaux grand public, mais avec des améliorations évidentes pour la connectivité aérienne. « Comme ces antennes grand public, le matériel d'aviation sera conçu et construit par SpaceX », a-t-il précisé.

Les antennes aéroportées pourraient être reliées à des stations terrestres pour communiquer avec les satellites Starlink. En effet, pour que Starlink puisse fournir une connectivité aux avions qui survolent des régions éloignées de l'océan, loin des stations terrestres, il faudra des liaisons intersatellites – une capacité dans laquelle les satellites communiquent entre eux par des liaisons laser sans faire rebondir les signaux sur les stations terrestres. « La prochaine génération de notre constellation, qui est en cours de réalisation, disposera de cette connectivité intersatellite », a déclaré Hofeller à l'assemblée.

Alors, quand est-il de la concurrence dans le domaine ?

La concurrence est féroce entre le réseau Starlink de Musk et le secteur en pleine expansion des fournisseurs d'accès Internet par satellite en orbite basse. Parmi les nouveaux concurrents figurent les mégaconstellations Kuiper d'Amazon de Jeff Bezos, qui n'a encore lancé aucun de ses 3 000 satellites prévus, et OneWeb du Royaume-Uni, qui a lancé 182 satellites sur les 640 prévus. Tous ces satellites seront en orbite terrestre basse, un domaine situé en dessous des orbites géostationnaires plus éloignées des grands satellites Internet qui fournissent actuellement des services Internet aux avions commerciaux.



Les concurrents américains établis pour l'Internet en vol sont Intelsat et Viasat, qui exploitent des réseaux de satellites en orbite géostationnaire. Viasat a récemment annoncé son intention d'utiliser son réseau de satellites de nouvelle génération sur la flotte principale de Delta. La société californienne prévoit de mettre en place son propre réseau de 300 satellites en orbite basse ainsi qu'un nouveau trio géostationnaire dont le lancement commencera au début de l'année prochaine. Viasat est déjà un concurrent acharné de SpaceX. Il a d'ailleurs interpellé la FCC récemment concernant les lancements de SpaceX.

La société a allégué que le projet de SpaceX constitue une grande menace pour l'environnement et que l'on devrait l'analyser de plus près. Elle exige en effet que le projet soit suspendu jusqu'à ce que la question soit examinée plus avant. Viasat a ensuite menacé de poursuivre la FCC et le gouvernement fédéral en justice si elle n'obtenait pas gain de cause. Si Viasat parle de l'impact environnemental de Starlink, des critiques estiment qu'il pourrait bien s'agir d'une ruse pour paralyser le projet de Musk et maintenir sa part de marché. De son côté, SpaceX semble persuadé qu'il peut survivre à la concurrence plus établie.

« Dans l'ensemble, les passagers et les clients veulent une grande expérience que les systèmes [géostationnaires] ne peuvent tout simplement pas offrir », a déclaré Hofeller lors du panel. « Il appartiendra donc à chaque compagnie aérienne de savoir si elle veut y répondre ou si elle est d'accord pour avoir un système qui n'est pas aussi réactif à la demande de ses clients ». OneWeb, qui a été tiré de la faillite en 2020 par le gouvernement britannique et le géant indien des télécommunications Bharti Global, vise également les services Internet en vol avec sa constellation et a été beaucoup plus public avec ses plans que SpaceX.

Interrogé par le modérateur du panel sur la date à laquelle les clients peuvent s'attendre à utiliser l'Internet en vol avec l'un des réseaux de satellites concurrents qui se développent actuellement en orbite basse, Ben Griffin, vice-président des services de mobilité de OneWeb, a déclaré : « c'est au milieu de l'année prochaine ; peut-être plus tôt. Les compagnies aériennes veulent d'abord voir du matériel et des services développés qui fonctionnent ». « Nous discutons avec les compagnies aériennes depuis un certain temps, ce n'est donc pas un manque d'intérêt », a déclaré Ben Griffin mercredi.

Hofeller de SpaceX s'est montré méfiant lorsque la question lui a été posée. « Ce que Ben a dit est correct. Les gens veulent voir le matériel, ils veulent voir la constellation, et donc nous poussons cela aussi vite que nous le pouvons. Quand l'annonce sera-t-elle faite ? À déterminer. Je ne sais pas. Espérons que ce soit le plus tôt possible », a-t-il déclaré.

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

Viasat, un concurrent US de Starlink, aurait demandé à la FCC d'interrompre les lancements de Starlink de SpaceX, jusqu'à ce que la question de l'impact du projet sur l'environnement soit élucidée

La FCC autorise SpaceX à réduire l'altitude des satellites pour améliorer la vitesse et la latence de Starlink, elle a rejeté l'opposition de Viasat, Hughes, OneWeb et Kuiper

SpaceX commence à accepter des précommandes de 99 $ pour son service Internet Starlink, tandis que des FAI trouvent que l'offre sera trop lente pour satisfaire aux exigences du financement de la FCC

SpaceX reçoit l'autorisation de commencer à fournir l'Internet Starlink en France, alors qu'Elon Musk affirme que les débits Internet de Starlink vont doubler cette année pour atteindre 300 Mbps
11  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 06/05/2021 à 6:42
Le service Internet par satellite Starlink obtient 500 000 précommandes
et n'anticipe aucun problème technique pour répondre à la demande selon Elon Musk

SpaceX a reçu plus de 500 000 précommandes pour son service Internet par satellite Starlink et n'anticipe aucun problème technique pour répondre à la demande, a déclaré mardi le fondateur Elon Musk. « La seule limitation est la forte densité d'utilisateurs dans les zones urbaines », a tweeté Musk, en réponse à un message selon lequel les dépôts de 99 $ que SpaceX a pris pour le service étaient entièrement remboursables et ne garantissaient pas le service.

Starlink est le programme de SpaceX projetant de fournir une connexion Internet à haut débit depuis l’espace. En octobre, SpaceX a lancé une bêta publique aux États-Unis en envoyant des invitations par courriels. Dans son message, SpaceX a évoqué :
  • des vitesses estimées de 50 Mb/s à 150 Mb/s ;
  • une latence estimée de 20 à 40 ms ;
  • quelques interruptions de la connectivité à prévoir ;
  • 499 $ pour l'antenne réseau à commande de phase et le routeur ;
  • un abonnement de 99 dollars par mois.

Par ailleurs, SpaceX a aussi publié une application sur l’App Store pour iOS et sur Google Play pour Android. L'application permet à un utilisateur de se connecter au service et de le configurer, d'effectuer des tests de vitesse et de résoudre les problèmes de connectivité.

La société a ensuite commencé à accepter des précommandes de 99 $ pour Starlink début février, bien que SpaceX ait souligné que les précommandes étaient « entièrement remboursables », notant en petits caractères que le fait de verser un acompte ne garantissait pas l'accès au service : « Selon le lieu, certaines commandes peuvent prendre 6 mois ou plus pour être exécutées. Le fait de verser un acompte ne garantit pas le service », indique le système de précommande. Les précommandes sont disponibles au même prix que celui pratiqué dans la version bêta en cours, qui est limitée à certaines régions du nord des États-Unis et du sud du Canada. Par ailleurs, le service sera d'abord offert à ceux qui auront précommandé aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni.

Par ailleurs, le même mois, SpaceX a révélé dans un dépôt auprès des régulateurs fédéraux que Starlink avait « plus de 10 000 utilisateurs aux États-Unis et à l'étranger ». SpaceX devrait avoir une capacité de plusieurs millions de clients aux États-Unis – la société a l'autorisation de déployer jusqu'à 1 million de petites antennes paraboliques comme terminaux d'utilisateurs et demande à la FCC l'autorisation de porter le niveau de déploiement maximum à 5 millions de ces antennes.

« À ce jour, plus d'un demi-million de personnes ont passé une commande ou fait un dépôt pour bénéficier de Starlink », a déclaré l'ingénieur des opérations de SpaceX Siva Bharadvaj lors de la diffusion Web de lancement de sa 26ème mission Starlink.

Bien que l'annonce de SpaceX de plus d'un demi-million de commandes indique une demande croissante pour son service, on ne sait pas combien d'entre elles deviendront des utilisateurs mensuels ou se trouveront dans des zones desservies par Starlink. Bien que le service soit conçu pour atteindre n'importe quel endroit sur Terre, la « [seule] limite est la forte densité d'utilisateurs dans les zones urbaines », a tweeté Musk mardi, ajoutant que « très probablement, tous les 500 000 initiaux recevront un service. Le défi sera plus important lorsque nous allons entrer dans la gamme de plusieurs millions d'utilisateurs ».


La situation hors des États-Unis

SpaceX a reçu au début de l'année l'autorisation de l'autorité britannique de régulation des communications (Ofcom) pour déployer et commercialiser Starlink dans le pays. L'entreprise a alors envoyé des kits Starlink aux personnes retenues pour participer au test bêta public. Des utilisateurs des zones rurales qui participent au test bêta ont déclaré fin février avoir atteint des vitesses de navigation et de téléchargement « incroyables » avec le service Internet par satellite d'Elon Musk.

Les premiers testeurs ont affirmé cette semaine avoir atteint des vitesses de téléchargement allant jusqu'à 215 mégabits par seconde (Mb/s), ce qui leur a permis de faire des choses qu'ils ne pouvaient pas faire auparavant, comme la diffusion en continu à partir de plusieurs appareils en même temps. Par exemple, Aaron Wilkes, qui vit à Bredgar, dans le Kent, a déclaré que la ligne fixe de son foyer atteignait environ 20 mégabits par seconde. Ceci est nettement inférieur à une moyenne nationale de 71,8 Mb/s qu'aurait signalée l'Ofcom en mai 2020. Il a aussi ajouté qu'il arrive que la vitesse se situe entre 0,5 et 1 Mb/s.

Il estime que de telles vitesses rendent presque impossible la diffusion en continu de Netflix ou le téléchargement de gros jeux vidéo. « Nous avons déménagé dans ce petit village et nous avons eu un mal de chien quand nous avons eu notre lente connexion ici », a-t-il déclaré. Mais en utilisant Starlink désormais, Wilkes reçoit en moyenne 175 Mb/s, et jusqu'à 215 Mb/s parfois, ce qui signifie que les jeux peuvent être téléchargés en un peu plus d'une heure. « La possibilité de télécharger du contenu aussi rapidement par rapport à notre ligne BT standard est incroyable », a déclaré Wilkes.

Alors que SpaceX n'avait lancé qu'à ce moment 1 000 satellites sur les 42 000 prévus, le service semblait respecter les promesses initiales de la société. De plus, la société a déjà lancé des tests dans trois pays : les États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni.

L'arrivée en France de Starlink ne fait plus aucun doute. L'Arcep, autorité de régulation des télécoms, a accordé une licence d'utilisation de fréquences à SpaceX pour l'exploitation de son réseau Internet satellitaire Starlink en France. Comme le rappelle l'Arcep, son rôle est ici « d'étudier et d'autoriser, le cas échéant, l’exploitation des fréquences déjà enregistrées à l’Union internationale des télécommunications (UIT) au niveau spatial » pour le territoire national. En effet, il est de son ressort d'affecter officiellement les fréquences utilisées à Starlink, en fixant les conditions dans lesquelles ces dernières doivent être exploitées.


L'UE ne veut pas laisser l'Internet satellitaire à Starlink

Début janvier, Bruxelles a commandé une étude de faisabilité à de grands noms européens comme Airbus, Thalès, Orange ou Eutelsat pour concevoir un service d’Internet satellitaire européen destiné à stimuler l’économie numérique et réduire la fracture numérique. La nouvelle initiative qui vise à renforcer la souveraineté digitale de l’Europe est annoncée alors que SpaceX entend proposer à long terme un accès généralisé à l'Internet par satellite via son service Starlink.

L'étude de faisabilité devrait avoir une durée d'un an, coûtera 7,1 millions d'euros et est destinée à concevoir un système spatial indépendant de communications propre à l’Union européenne. Elle est confiée à un consortium de fabricants et d’opérateurs de satellites, d’un opérateur de télécommunication et du fournisseur européen de services de lancement afin d’étudier la conception, le développement et le lancement d’un système spatial européen de communications.

Cette étude a pour but d’évaluer la faisabilité de cette nouvelle initiative destinée à renforcer la souveraineté digitale de l’Europe et à fournir une connectivité sécurisée à ses citoyens, ses entreprises commerciales et ses institutions publiques. Comme le projet Starlink, le système aura également pour mission d’assurer une couverture, à l’échelle mondiale, des zones rurales et des zones blanches. Une fois validé, ce nouveau projet phare de l’Union européenne, qui s’inscrit dans la lignée des programmes Copernicus et Galileo, exploitera pleinement les synergies et le potentiel technologique des industries numérique et spatiale, a écrit Orange l’un des géants européens a qui a été confié l’étude.

« Cette étude aura pour but d’évaluer la faisabilité de cette nouvelle initiative destinée à renforcer la souveraineté digitale de l’Europe et à fournir une connectivité sécurisée à ses citoyens, ses entreprises commerciales et ses institutions publiques », indique l'Union européenne. Et d'indiquer que ce nouveau système aura, comme Starlink, pour vocation « d’assurer une couverture, à l’échelle mondiale, des zones rurales et des zones blanches ».

Les acteurs de la technologie sélectionnés par Bruxelles pour mener à bien cette étude sont : Airbus, Arianespace, Eutelsat, Hispasat, OHB, Orange, SES, Telespazio et Thales Alenia Space. Il leur revient de concevoir le futur système spatial européen à même de fournir des services sécurisés de communication aux États membres de l'UE, « ainsi qu’une connectivité à large bande pour les citoyens, les entreprises et les secteurs de la mobilité européens, renforçant ainsi la souveraineté numérique de l’Union ».

« La phase d’étude attribuée par la Commission européenne permettra plus particulièrement de définir les besoins des utilisateurs, la mission du système, une conception architecturale préliminaire et un concept de prestation de services, ainsi que les estimations budgétaires afférentes », a précisé la Commission européenne. « Un programme de partenariat public-privé (PPP) sera envisagé et évalué au cours de cette phase ».

L’étude examinera la façon dont ce système spatial pourrait améliorer les infrastructures critiques, actuelles et futures, y compris les réseaux terrestres. Elle évaluera également la manière de se connecter à ces infrastructures pour renforcer les capacités de l’Union en matière d’accès au cloud et pour fournir des services numériques de manière indépendante et sécurisée, des caractéristiques essentielles pour susciter la confiance vis-à-vis de l’économie numérique et garantir l’autonomie stratégique et la résilience de l’Europe. Le projet a été initié par le commissaire européen à l'industrie, Thierry Breton, ancien directeur de la technologie et ministre français des Finances.

Source : Elon Musk
8  0 
Avatar de Bruno
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 29/04/2021 à 5:31
La FCC autorise SpaceX à réduire l'altitude des satellites pour améliorer la vitesse et la latence de Starlink
elle a rejeté l'opposition de Viasat, Hughes, OneWeb et Kuiper

SpaceX a obtenu mardi l'autorisation d'utiliser une orbite plus basse pour les satellites Starlink, les autorités de régulation ayant convenu avec SpaceX que ce changement améliorerait la vitesse et la latence du haut débit tout en permettant de réduire les débris orbitaux. En émettant un avis favorable à la demande de SpaceX, la Federal Communications Commission (FCC) a rejeté l'opposition de Viasat, Hughes, Dish Network, OneWeb, la filiale d'Amazon connue sous le nom de Kuiper, et d'autres sociétés de satellites qui affirmaient que le changement causerait trop d'interférences avec d'autres systèmes.

La FCC a estimé que le fait d'autoriser des orbites plus basses pour les satellites Starlink « ne crée pas de problèmes d'interférence importants ». Selon la FCC, l'abaissement des orbites permet à SpaceX d'apporter des modifications "axées sur la sécurité" à la constellation, comme la possibilité de se débarrasser plus rapidement de tout satellite mort ou cassé en le dirigeant vers une fin brûlante dans l'atmosphère terrestre. En 2018, SpaceX a reçu l'approbation de la FCC pour lancer 4 425 satellites à large bande sur des orbites de 1 110 km à 1 325 km.

Un ordre de la FCC en 2019 a donné à SpaceX la permission d'utiliser une altitude inférieure pour plus de 1 500 de ces satellites. L'ordonnance de la FCC d'aujourd'hui accordant la demande de changement de licence de SpaceX abaisse l'altitude de 2 814 de ces satellites, les laissant dans la gamme 540-570 km. L'ordonnance de la FCC d'aujourd'hui permettra également à SpaceX d'utiliser un angle d'élévation inférieur pour les antennes des terminaux d'utilisateurs et des stations terrestres passerelles.


« Sur la base de notre examen, nous sommes d'accord avec SpaceX que la modification améliorera l'expérience des utilisateurs du service SpaceX, y compris dans les régions polaires souvent mal desservies, indique l'ordonnance de la FCC. Nous concluons que l'angle d'élévation plus faible de ses antennes de station terrestre et l'altitude plus basse de ses satellites permettent une meilleure expérience utilisateur en améliorant les vitesses et la latence. » L'ordonnance de la FCC précise également « qu'un certain nombre de satellites déployés en vertu de cette modification sont des satellites en orbite à haute inclinaison, qui sont les seuls à pouvoir fournir un meilleur service aux régions à latitude élevée ». Quant à l'impact du changement de licence sur les débris orbitaux, la FCC a déclaré que « le déploiement à une altitude plus basse garantit le retrait des satellites de l'orbite dans un laps de temps relativement court, et a par conséquent des effets bénéfiques en ce qui concerne la réduction des débris orbitaux ».

Le réseau Starlink de SpaceX compte jusqu'à présent plus de 1 300 satellites en orbite. L'entreprise prévoit d'en lancer des milliers d'autres afin de fournir de l'internet à large bande dans les régions rurales du monde, tant pour les gouvernements que pour les consommateurs. Amazon et OneWeb développent également leurs propres réseaux Internet par satellite. OneWeb a lancé 182 de ses 648 satellites prévus. Le réseau Kuiper d'Amazon n'en a pas encore lancé, mais il a obtenu l'autorisation de la FCC en 2020 pour lancer 3 236 satellites, dont la moitié devra être dans l'espace d'ici 2026.

L'année dernière, face à la multiplication des projets de constellations de satellites privés, les astronomes italiens des Observatoires astronomies de Rome, Brera et Trieste se dressent contre « la menace d’empêcher l’accès à la pleine connaissance du cosmos et contre la perte d’une richesse intangible d’une valeur incommensurable pour l’humanité ». Dans leur article, ils appellent la communauté internationale des astronomes à attaquer en justice l’État américain.

SpaceX a obtenu l'autorisation d'exploiter son premier groupe de 1 584 satellites sur une orbite plus basse que prévu en 2019. La quasi-totalité de ces satellites sont déjà dans l'espace, ce qui rend la décision de la FCC de mardi opportune pour la prochaine vague de satellites de SpaceX. L'approbation de la FCC signifie que SpaceX peut abaisser l'altitude de ses 2 814 prochains satellites d'une altitude précédemment prévue d'environ 1 150 km à environ 550 km, le même voisinage orbital que la constellation proposée par Amazon. La FCC a déclaré que la demande de modification de SpaceX a suscité « près de 200 plaidoiries » de la part d'autres organisations, dont la plupart ont repoussé la modification de SpaceX.

Ces organisations comprenaient les rivaux Amazon et OneWeb, qui ont cherché à convaincre la FCC que le changement d'altitude proposé par SpaceX créerait des interférences de signal avec les satellites voisins et augmenterait les risques de collisions orbitales, d'autant plus que le système autonome d'évitement des collisions de SpaceX ne dit pas aux autres opérateurs orbitaux dans quelle direction un satellite Starlink doit se déplacer pour éviter un crash. Les rivaux ont également affirmé que les modifications proposées à la licence originale de SpaceX, accordée en 2018, devraient être traitées comme une constellation entièrement nouvelle avec un processus d'approbation plus rigoureux, une idée que la FCC a rejetée dans la décision de mardi.

Dans une déclaration, Amazon a présenté la décision de la FCC comme une victoire, en soulignant l'une des conditions de la modification de la FCC qui stipule que SpaceX doit "accepter" toute interférence de la constellation Kuiper d'Amazon à l'avenir. Cette condition suggère que les 2 814 satellites de SpaceX doivent fonctionner autour de la constellation d'Amazon, au lieu qu'Amazon adapte son réseau à la modification de SpaceX – une perspective contre laquelle la société s'est battue. « C'est un résultat positif qui impose des conditions claires à SpaceX, notamment l'obligation de rester en dessous de 580 km et d'accepter les interférences supplémentaires résultant de sa nouvelle conception », a déclaré un porte-parole de l'entreprise. « Ces conditions répondent à nos principales préoccupations concernant la sécurité spatiale et les interférences, et nous apprécions le travail de la Commission pour maintenir un environnement sûr et compétitif en orbite terrestre basse ».


L'ordonnance de la FCC stipule que le changement de licence de SpaceX « ne crée pas de problèmes d'interférence importants », rejetant ainsi les allégations de Dish Network et d'autres sociétés. La FCC a rejeté les « pétitions de refus ou de report » de la demande de SpaceX déposées par Viasat, SES Americom et O3B Limited, Kepler Communications et Kuiper Systems. D'autres sociétés de satellites, comme Hughes et OneWeb, avaient déposé des commentaires contestant les affirmations de SpaceX et demandant à la FCC d'imposer de nouvelles conditions à SpaceX. La FCC a également rejeté la demande de Viasat de reconsidérer la décision antérieure de la commission de laisser SpaceX utiliser les altitudes de 540-570 km pour dix satellites.

Les opposants à SpaceX ont fait valoir que le changement de licence « augmentera le nombre d'interférences en ligne en raison des angles d'élévation inférieurs proposés et du doublement du nombre de satellites communiquant simultanément avec chaque station terrestre passerelle et que les antennes redessinées de SpaceX et les empreintes de faisceau plus larges aggraveront l'environnement d'interférence et élimineront la séparation des stations terrestres comme technique d'atténuation des interférences », a déclaré la FCC.

La FCC a reconnu que le changement de licence entraînerait de nouvelles interférences avec d'autres systèmes non géostationnaires dans certaines zones où il n'y avait pas d'interférences auparavant, mais l'agence a conclu que la licence ne créerait « aucun problème d'interférence important » SpaceX s'est vu accorder provisoirement 885,51 millions de dollars sur 10 ans pour le financement de la large bande en zone rurale, mais la société se heurte également à l'opposition d'autres fournisseurs d'accès à Internet et la FCC n'a pas encore pris de décision définitive à ce sujet. SpaceX a également une demande en cours pour être désigné comme une entreprise de télécommunications éligible dans le cadre de plans visant à offrir un service téléphonique et un service de télécommunications à prix réduit aux personnes à faibles revenus.

« Nous sommes heureux que la commission a confirmé que les satellites Starlink doivent être fiables et sûrs, et a également reconnu la nécessité d'évaluer le risque de collision cumulatif (agrégé) présenté par l'ensemble de la constellation Starlink, a déclaré Viasat. La FCC n'a pas utilisé une approche scientifique. » Amazon a également fourni une déclaration, disant : « C'est un résultat positif qui impose des conditions claires à SpaceX, notamment l'obligation de rester en dessous de 580 km et d'accepter les interférences supplémentaires résultant de sa nouvelle conception ». La condition liée aux interférences « signifie que si la refonte de Starlink crée des interférences avec d'autres systèmes (y compris Kuiper), il incombe à SpaceX de modifier ses opérations ou d'accepter l'impact sur son service », a déclaré un porte-parole d'Amazon.

Alors que SpaceX n'a demandé que des orbites comprises entre 540 et 570 km, Amazon a déclaré qu'il avait demandé la limite stricte de 580 km car « les satellites de SpaceX ont une tolérance orbitale de +/- 30 km ». Amazon prévoit d'utiliser des orbites aussi basses que 590 km dans sa constellation Kuiper. « Ces conditions répondent à nos principales préoccupations concernant la sécurité et les interférences dans l'espace, et nous apprécions le travail de la commission pour maintenir un environnement sûr et compétitif en orbite », a déclaré Amazon.

En ce qui concerne le système autonome d'évitement des collisions de SpaceX, que la société a temporairement désactivé ce mois-ci pour coordonner une manœuvre d'évitement des collisions avec un satellite OneWeb, la FCC a déclaré qu'aucune des sociétés « ne soulève de préoccupations spécifiques ou particulières qui justifient une enquête supplémentaire à ce stade ». Les questions concernant le système automatisé de SpaceX, a déclaré la FCC, « pourraient être traitées par une coordination de bonne foi entre les opérateurs ».

Le déplacement des satellites Starlink à des altitudes plus basses est un atout pour les astronomes, qui se plaignent depuis des années que les satellites de SpaceX reflètent la lumière du soleil lors des observations nocturnes au sol et entachent les images du cosmos de traînées lumineuses gênantes lorsqu'ils passent en orbite. L'abaissement de l'altitude des satellites les place davantage dans l'ombre de la Terre par rapport au Soleil.

Source : FCC

Et vous ?

Que pensez-vous de cette autorisation accordée à SpaceX pour réduire l'altitude des satellites ?

Voir aussi :

SpaceX reçoit l'autorisation de commencer à fournir l'Internet Starlink en France, alors qu'Elon Musk affirme que les débits Internet de Starlink vont doubler cette année pour atteindre 300 Mbps

Des astronomes appellent à une action en justice contre la pollution lumineuse de SpaceX, craignant que l'afflux de satellites sur l'orbite terrestre ne rende les observations plus difficiles au sol

SpaceX demande à la FCC d'autoriser 5 fois plus de terminaux Internet pour les satellites Starlink, près 700 000 personnes seraient déjà intéressées par le service Internet par satellite Starlink

SpaceX commence à accepter des précommandes de 99 $ pour son service Internet Starlink, tandis que des FAI trouvent que l'offre sera trop lente pour satisfaire aux exigences du financement de la FCC
7  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 13/05/2021 à 20:58
L'offre d'internet par satellite Starlink débarque en France en « édition limitée »,
elle vous coûtera 99 euros par mois

Starlink est le programme de SpaceX projetant de fournir une connexion Internet à haut débit depuis l’espace. En octobre, SpaceX a lancé une bêta publique aux États-Unis en envoyant des invitations par courriels. Dans son message, SpaceX a évoqué :
  • des vitesses estimées de 50 Mb/s à 150 Mb/s ;
  • une latence estimée de 20 à 40 ms ;
  • quelques interruptions de la connectivité à prévoir ;
  • 499 $ pour l'antenne réseau à commande de phase et le routeur ;
  • un abonnement de 99 dollars par mois.

Par ailleurs, SpaceX a aussi publié une application sur l’App Store pour iOS et sur Google Play pour Android. L'application permet à un utilisateur de se connecter au service et de le configurer, d'effectuer des tests de vitesse et de résoudre les problèmes de connectivité.

La société a ensuite commencé à accepter des précommandes de 99 $ pour Starlink début février, bien que SpaceX ait souligné que les précommandes étaient « entièrement remboursables », notant en petits caractères que le fait de verser un acompte ne garantissait pas l'accès au service : « Selon le lieu, certaines commandes peuvent prendre 6 mois ou plus pour être exécutées. Le fait de verser un acompte ne garantit pas le service », indique le système de précommande. Les précommandes sont disponibles au même prix que celui pratiqué dans la version bêta en cours, qui est limitée à certaines régions du nord des États-Unis et du sud du Canada. Le service sera d'abord offert à ceux qui auront précommandé aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni.

Fin février, l'Arcep, autorité de régulation des télécoms, a accordé une licence d'utilisation de fréquences à SpaceX pour l'exploitation de son réseau Internet satellitaire Starlink en France. Aussi, après une première offre aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada, Starlink est désormais disponible en France. L'Arcep demande en revanche à la société de respecter une condition : la mise en place de stations terrestres permettant au réseau de Starlink de fonctionner. Starlink a pour le moment reçu l'autorisation d'installer trois bases terrestres en France : à Gravelines, Villenave d’Ornon et Saint-Senier de Beuvron.

Si vous êtes intéressé par l'offre Starlink, elle vous coûtera 99 euros par mois. S'ajoutent à la facture 499 euros pour recevoir le matériel indispensable au bon fonctionnement de l'ensemble et 59 euros pour la livraison

Elon Musk propose tout d'abord une offre en « édition limitée » : seulement quelques utilisateurs vont pouvoir souscrire dans un premier temps. Au fur et à mesure des lancements spatiaux, de plus en plus de Français pourront profiter de cette offre.

Au début du mois, Elon Musk a fait valoir que SpaceX a reçu plus de 500 000 précommandes pour son service Internet par satellite Starlink et n'anticipe aucun problème technique pour répondre à la demande.


L'UE ne veut pas laisser l'Internet satellitaire à Starlink

Début janvier, Bruxelles a commandé une étude de faisabilité à de grands noms européens comme Airbus, Thalès, Orange ou Eutelsat pour concevoir un service d’Internet satellitaire européen destiné à stimuler l’économie numérique et réduire la fracture numérique. La nouvelle initiative qui vise à renforcer la souveraineté digitale de l’Europe est annoncée alors que SpaceX entend proposer à long terme un accès généralisé à l'Internet par satellite via son service Starlink.

L'étude de faisabilité devrait avoir une durée d'un an, coûtera 7,1 millions d'euros et est destinée à concevoir un système spatial indépendant de communications propre à l’Union européenne. Elle est confiée à un consortium de fabricants et d’opérateurs de satellites, d’un opérateur de télécommunication et du fournisseur européen de services de lancement afin d’étudier la conception, le développement et le lancement d’un système spatial européen de communications.

Cette étude a pour but d’évaluer la faisabilité de cette nouvelle initiative destinée à renforcer la souveraineté digitale de l’Europe et à fournir une connectivité sécurisée à ses citoyens, ses entreprises commerciales et ses institutions publiques. Comme le projet Starlink, le système aura également pour mission d’assurer une couverture, à l’échelle mondiale, des zones rurales et des zones blanches. Une fois validé, ce nouveau projet phare de l’Union européenne, qui s’inscrit dans la lignée des programmes Copernicus et Galileo, exploitera pleinement les synergies et le potentiel technologique des industries numérique et spatiale, a écrit Orange l’un des géants européens a qui a été confié l’étude.

« Cette étude aura pour but d’évaluer la faisabilité de cette nouvelle initiative destinée à renforcer la souveraineté digitale de l’Europe et à fournir une connectivité sécurisée à ses citoyens, ses entreprises commerciales et ses institutions publiques », indique l'Union européenne. Et d'indiquer que ce nouveau système aura, comme Starlink, pour vocation « d’assurer une couverture, à l’échelle mondiale, des zones rurales et des zones blanches ».

Les acteurs de la technologie sélectionnés par Bruxelles pour mener à bien cette étude sont : Airbus, Arianespace, Eutelsat, Hispasat, OHB, Orange, SES, Telespazio et Thales Alenia Space. Il leur revient de concevoir le futur système spatial européen à même de fournir des services sécurisés de communication aux États membres de l'UE, « ainsi qu’une connectivité à large bande pour les citoyens, les entreprises et les secteurs de la mobilité européens, renforçant ainsi la souveraineté numérique de l’Union ».

« La phase d’étude attribuée par la Commission européenne permettra plus particulièrement de définir les besoins des utilisateurs, la mission du système, une conception architecturale préliminaire et un concept de prestation de services, ainsi que les estimations budgétaires afférentes », a précisé la Commission européenne. « Un programme de partenariat public-privé (PPP) sera envisagé et évalué au cours de cette phase ».

L’étude examinera la façon dont ce système spatial pourrait améliorer les infrastructures critiques, actuelles et futures, y compris les réseaux terrestres. Elle évaluera également la manière de se connecter à ces infrastructures pour renforcer les capacités de l’Union en matière d’accès au cloud et pour fournir des services numériques de manière indépendante et sécurisée, des caractéristiques essentielles pour susciter la confiance vis-à-vis de l’économie numérique et garantir l’autonomie stratégique et la résilience de l’Europe. Le projet a été initié par le commissaire européen à l'industrie, Thierry Breton, ancien directeur de la technologie et ministre français des Finances.

Source : France Info
6  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/05/2021 à 11:03
Citation Envoyé par AoCannaille Voir le message
Techniquement, c'est pire que ça, La HADOPI ne surveille pas les téléchargements. Ce sont les ayants droits qui le font. Ils scrutent les réseau P2P, récupérent les IP trouvées, isolent les françaises et demandent à la HADOPI de poursuivre. La HADOPI demande alors aux FAI qui avait telle IP à telle heure et poursuit le malheureux.

Ce qui mène à un truc débile : seules les mégas sociétés de prod peuvent se permettre cette veille du réseau, alors que ce sont celles qui souffrent le moins du téléchargement vu qu'elles sont déjà rentables sans. Les petits producteurs et petits artistes, eux, sont protégés légalement avec cette solution, mais pas du tout protégés en réalité.

Même si c'était les FAI qui eussent surveillé le réseau, Je pense qu'on ne serait pas passé à côté d'une Haute Autorité pour harmoniser et contrôler tout ça, ne serai-ce que pour fournir un cas de recours et aux particuliers, et aux ayants droits...
Le bilan de la HADOPI est catastrophique ! 82 millions d'euros investis pour 87 000 euros d'amendes ! Tout ça pour que quelques multinationales qui font tout pour ne pas payer leurs impôts s'en mettent toujours plus dans les fouilles au détriment total des artistes et des intermittents.
Bref, une loi exemple de la bêtise du néo-libéralisme qui prend l'argent des contribuables pour toujours plus de bénéfices des sociétés privées qui ne respectent pas les lois !

M. Macron, vous cherchez à faire des économies ? Supprimez la HADOPI, ça sera toujours ça de gagner !
4  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/06/2021 à 16:51
Citation Envoyé par SimonKenoby Voir le message
Quite a subventionner pour quoi ne pas subventionner un operateur local afin de déployer la fibre?
L'idéal serait que ce soit un opérateur public, pour garder la maîtrise des infra-structures. Mais, chut, j'ai employé un mot honnis "public", dans la société Néo-Libérale c'est un mot interdit. Il faut donner de l'argent public à des sociétés privées (à fond perdu) plutôt que d'investir dans ce qui pourrait être rentable pour la société (et vendre ce qui est à l'État et qui rapporte)
4  0 
Avatar de Stéphane le calme
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 23/06/2021 à 21:28
SpaceX estime qu'il parviendra à une couverture mondiale de l'internet par satellite Starlink d'ici septembre,
environ 1 800 satellites sur les 12 000 prévus ont déjà été déployés

SpaceX sera en mesure de transmettre l'internet par satellite Starlink au monde entier d'ici septembre environ, a déclaré mardi 22 juin Gwynne Shotwell, ingénieur dans le domaine de l'aérospatiale et COO de SpaceX. À l'occasion d'une vidéoconférence avec Macquarie Group, rapportée par Reuters, elle a indiqué « Nous avons déployé avec succès environ 1 800 satellites, et une fois que tous ces satellites auront atteint leur orbite opérationnelle, nous aurons une couverture mondiale continue, donc cela devrait être vers le mois de septembre. Mais ensuite, nous avons un travail réglementaire pour aller dans chaque pays et obtenir l'approbation pour fournir des services de télécommunications », a-t-elle continué.

À terme, SpaceX espère déployer environ 42 000 satellites Starlink en orbite terrestre basse d'ici la mi-2027. Starlink exploite la version bêta dans 11 pays, a précisé Gwynne Shotwell, notamment aux États-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande et dans certaines parties de l'Europe, entre autres l'Angleterre et la France. Pour cette dernière, si vous êtes intéressé par l'offre Starlink, elle vous coûtera 99 euros par mois. S'ajoutent à la facture 499 euros pour recevoir le matériel indispensable au bon fonctionnement de l'ensemble et 59 euros pour la livraison. Elon Musk propose tout d'abord une offre en « édition limitée » : seulement quelques utilisateurs vont pouvoir souscrire dans un premier temps. Au fur et à mesure des lancements spatiaux, de plus en plus de Français pourront profiter de cette offre.

SpaceX a reçu plus de 500 000 précommandes pour son service Internet par satellite Starlink et n'anticipe aucun problème technique pour répondre à la demande, a déclaré en mai le fondateur Elon Musk.

« À ce jour, plus d'un demi-million de personnes ont passé une commande ou fait un dépôt pour bénéficier de Starlink », a confirmé l'ingénieur des opérations de SpaceX Siva Bharadvaj lors de la diffusion Web de lancement de sa 26ème mission Starlink.

Si l'annonce de SpaceX de plus d'un demi-million de commandes indique une demande croissante pour son service, on ne sait pas combien d'entre elles deviendront des utilisateurs mensuels ou se trouveront dans des zones desservies par Starlink. Bien que le service soit conçu pour atteindre n'importe quel endroit sur Terre, la « [seule] limite est la forte densité d'utilisateurs dans les zones urbaines », a tweeté Musk, ajoutant que « très probablement, tous les 500 000 initiaux recevront un service. Le défi sera plus important lorsque nous allons entrer dans la gamme de plusieurs millions d'utilisateurs ».


La concurrence

Amazon et son projet Kuiper

En avril 2019, Amazon a annoncé travailler sur un nouveau projet nommé Kuiper pour fournir l’accès à internet haut débit dans le monde. Selon ses déclarations, « le projet Kuiper est une nouvelle initiative visant à lancer une constellation de satellites en orbite terrestre basse qui offrira une connectivité haut débit à faible temps de latence aux communautés non desservies et sous-desservies du monde ».

À travers ce projet, Amazon envisage donc de se présenter comme un acteur non des moindres parmi les fournisseurs d’accès à internet haut débit par satellite. Pour ce faire, l’entreprise entend mettre en orbite terrestre une constellation de 3 236 satellites afin de permettre à des millions de personnes d’accéder à internet haut débit dans le monde entier. Cette constellation sera composée de trois couches de satellites : 784 satellites sur une orbite de 590 km, 1 156 satellites sur une orbite de 630 km et 1 296 satellites sur une orbite de 610 km.

En juillet de la même année, Amazon a demandé aux autorités américaines l’autorisation de procéder au lancement de ses 3 236 satellites Internet dans le cadre de son projet Kuiper. Il aura fallu attendre un an pour qu'Amazon reçoive l'approbation des autorités américaines ; la Federal Communications Commission (FCC), le régulateur américain du secteur des télécommunications, a donné son aval le 30 juin 2020.

« Nous faisons une quantité incroyable d'inventions pour fournir un haut débit rapide et fiable à un prix qui a du sens pour les clients », a déclaré Rajeev Badyal, Vice President of Technology au sein du Project Kuiper. « Les systèmes à large bande basés sur LEO comme le projet Kuiper présentent un grand nombre de défis, et nous avons réuni une équipe d'ingénieurs et de scientifiques de classe mondiale qui se sont engagés à concrétiser notre vision du projet Kuiper et à faire de l'espace un environnement sûr et durable pour tous. Combinez cela avec la profonde expertise d'Amazon en matière de réseautage et d'infrastructure et sa capacité à financer une telle entreprise, et je suis optimiste quant à l'impact que nous pouvons avoir pour ces communautés non desservies et mal desservies. »

L'offre du Britannique OneWeb

OneWeb est une société de communication mondiale fournissant des services Internet à large bande par satellite à une population géographiquement mondiale. De par ses activités, OneWeb se place en comme un concurrent direct de SpaceX et d'Amazon (pour ses activités spatiales). Tout comme SpaceX Starlink, OneWeb construit un réseau de satellites en orbite basse qui peut fournir un haut débit avec des latences bien plus faibles que les satellites géostationnaires traditionnels. En mars 2020, OneWeb a déposé le bilan et procédé au licenciement de la majorité de son personnel.

Quelques mois plus tard, en juillet 2020, OneWeb a accepté de vendre l'entreprise à un consortium comprenant le gouvernement britannique et Bharti Global Limited pour un milliard de dollars. Dans une annonce le même mois, l'entreprise a déclaré avoir obtenu « toutes les autorisations réglementaires nécessaires » pour sortir de la faillite. OneWeb est revenu à ses activités sous un nouveau régime de propriété et a affirmé qu'il commencera à lancer d'autres satellites à large bande dès le mois suivant. Neil Masterson, un ancien directeur des opérations de Thomson Reuters Corp où il a passé 20 ans, a été nommé comme nouveau PDG.

Je me réjouis de pouvoir aider l'équipe de OneWeb à concrétiser et à commercialiser sa vision d'un accès à Internet dans le monde entier », a-t-il expliqué dans un communiqué. « OneWeb a un objectif social fort pour améliorer l'accès du monde à l'information, que je partage. Il possède un grand talent, une opportunité commerciale convaincante, et est soutenu par des propriétaires et des investisseurs engagés et bien informés ». Ce dernier remplace le directeur général sortant Adrián Steckel, qui continuera d'être un conseiller auprès du conseil d'administration.

La nouvelle holding prend possession de tous les actifs de l'opérateur, y compris les 74 satellites qu'il a en orbite et toute l'infrastructure au sol pour les soutenir. Cela signifie que l'entreprise, dont le siège est à Londres, peut désormais se lancer dans la construction de sa mégaconstellation à large bande. La société a aussi annoncé dans un billet de blogue que son usine de fabrication en coentreprise avec Airbus a repris ses activités en Floride, et continuera à produire de nouveaux engins spatiaux pour de futurs lancements.

Le fait qu’autant de satellites soient en passe de rejoindre l’orbite a poussé la communauté internationale à agir. Cette semaine, l’agence spatiale européenne (ESA) a ainsi présenté un nouveau système de notation pour lutter contre le fléau des débris spatiaux baptisé Space Sustainability Rating (SSR).

Source : déclarations Gwynne Shotwell

Voir aussi :

OneWeb sort de la faillite et est prêt à lancer d'autres satellites à large bande d'ici le 17 décembre prochain et tout au long de 2021 et 2022
La FCC autorise SpaceX à réduire l'altitude des satellites pour améliorer la vitesse et la latence de Starlink, elle a rejeté l'opposition de Viasat, Hughes, OneWeb et Kuiper
Amazon obtient le feu vert des autorités américaines pour son projet Kuiper rival de SpaceX et va investir 10 milliards de dollars dans l'internet satellitaire
4  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 06/05/2021 à 7:15
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
« La seule limitation est la forte densité d'utilisateurs dans les zones urbaines »
Souvent dans les villes il y a la fibre optique qui arrive, donc il y a peu de chance que beaucoup d'utilisateurs du service internet de Starlink soit dans la même zone urbaine.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Début janvier, Bruxelles a commandé une étude de faisabilité à de grands noms européens comme Airbus, Thalès, Orange ou Eutelsat pour concevoir un service d’Internet satellitaire européen destiné à stimuler l’économie digitale et réduire la fracture numérique. La nouvelle initiative qui vise à renforcer la souveraineté digitale de l’Europe est annoncée alors que SpaceX entend proposer à long terme un accès généralisé à l'Internet par satellite via son service Starlink.
Premièrement on doit parler d'économie numérique et de souveraineté numérique (un peu comme on parle de fracture numérique), sinon on parle de doigt et ça ne veut rien dire. (ça me fait rigoler d'être chiant sur le vocabulaire, mais ça fait pas marrer tout le monde )

Les gens qui observent le ciel la nuit vont être fâchés après l'UE. Comme si il n'y avait pas déjà assez de satellites en orbite… Il y a déjà des gros projets d'internet par satellite :
- Starlink
- Projet Kuiper
- OneWeb (SoftBank, Virgin et Qualcomm)
Si chacun envoi 42 000 satellites, ça va être le bordel, il ne manquerait plus que la Chine fasse pareille.
3  0 
Avatar de calvaire
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 14/05/2021 à 10:00
Citation Envoyé par ManOfStyle Voir le message
Il y a que les citadins pour croire que la fibre est la solution et est obligatoirement évidente.
je suis à la campagne et je crois que la fibre est la solution et devrais etre obligatoire sur 100% du territoire !

je me plains pas car il y'a 2ans orange à mis un dslam à 5km de chez moi, je suis à 20mbits au lieu de 1mbits youhou ! donc y'a pire que moi.
mais clairement je rêve d'avoir la fibre, les offres par satellite ne m'intéresse pas.
l'offre par satellite en vrai c'est bien pour les nomades, je vivrais dans un camping car ou je serais forain, l'offre m'intéresserais.

parce que a ce tarif je crois pas que cela va intéressé les pays pauvres, ou alors on peut imaginer des villages isolées payer 1 seul abonnement, mais je crois pas qu'un berger du zoulou peut se payer 100€ d'internet/mois déja que beaucoup de Français ne peuvent pas se le permettre.

dommage que l'offre ne marche pas sur smartphone, je pense que ca intéresserais des millions de personne un "smartphone satellite". Les offres actuel c'est des vieux et gros téléphones utile uniquement pour prévenir les secours ou recevoir la météo, en payant 5€ le sms
fini les forfait limité à l'étranger, fini les zones blanche des qu'on quitte les villes, que l'on soit en trek au tibet, en secours humanitaire dans un village au fin fond de l'Afrique, paumé dans l'Amazonie ou en antarctique on pourras contacter ces proches. Ce serait plutot cool.
Dommage qu'il faille une grosse parabole de 60cm

si la parabole pouvais etre miniaturisé dans une antenne de smartphone, beaucoup de personne qui voyage souvent serait intéressé je pense.
3  0 
Avatar de Uther
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 14/05/2021 à 15:11
Sauf que le déploiement de la fibre est plus compliqué que le bon vieux fil de cuivre, je serais très surpris que l'on soit au niveau d'ici cinq ans et même dix.
3  0