IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Commission de l'UE se donne 10 ans pour couvrir toutes les zones habitées de l'Europe en 5G
Pour davantage d'autonomie numérique à l'horizon 2030

Le , par Bill Fassinou

43PARTAGES

8  0 
Les pays de l'UE mènent déjà séparément des actions pour permettre à l'union d'atteindre la souveraineté numérique et ensuite se débarrasser de la domination des géants de la Silicon Valley. C'est le cas par exemple de la France, mais Bruxelles veut atteindre cette autonomie le plus tôt possible et vise désormais des actions coordonnées. Pour cela, la Commission a publié mardi son plan d'action pour les dix prochaines années. Dedans, elle a présenté sa vision, ses objectifs et des pistes pour une transformation numérique réussie de l'Europe d'ici 2030. Ce plan devrait lui permettre de transiter vers une économie climatiquement neutre, circulaire et résiliente.

La Commission prévoit de doubler le nombre de licornes dans l'UE d'ici 2030

« L'ambition de l'UE est d'être numériquement souveraine dans un monde ouvert et interconnecté, et de poursuivre des politiques numériques qui permettent aux personnes et aux entreprises de saisir un avenir numérique centré sur l'humain, durable et plus prospère. Cela comprend la résolution des vulnérabilités et des dépendances ainsi que l'accélération des investissements », a écrit mardi l'instance européenne dans un communiqué. Selon ce dernier, il s'agira de concrétiser un certain nombre de projets qui s'articulent autour de quatre points principaux.

  • des citoyens disposant de compétences numériques et des professionnels du numérique hautement qualifiés : d'ici 2030, au moins 80 % des adultes devraient avoir des compétences numériques de base et 20 millions de spécialistes des TIC devraient être employés dans l'UE, dont un plus grand nombre de femmes ;
  • des infrastructures numériques sûres, performantes et durables : d'ici 2030, tous les ménages de l'UE devraient disposer d'une connectivité en gigabit et toutes les zones peuplées devraient être couvertes par la 5G ; la production de semi-conducteurs durables de pointe en Europe devrait représenter 20 % de la production mondiale ; 10 000 nœuds périphériques hautement sécurisés et neutres pour le climat devraient être déployés dans l'UE ; et l'Europe devrait disposer de son premier ordinateur quantique ;
  • la transformation numérique des entreprises : d'ici 2030, trois entreprises sur quatre devraient utiliser des services d'informatique en nuage, le big data et l'intelligence artificielle ; plus de 90 % des PME devraient atteindre au moins un niveau basique d'intensité numérique ; et le nombre de licornes dans l'UE devrait doubler ;
  • la numérisation des services publics : d'ici 2030, tous les services publics clés devraient être disponibles en ligne ; tous les citoyens auront accès à leurs dossiers médicaux électroniques ; et 80 % des citoyens devraient utiliser une solution d'identification électronique.



« L'Europe, en tant que continent, doit faire en sorte que ses citoyens et ses entreprises aient accès à un éventail de technologies dernier cri qui rendront leur vie meilleure, plus sûre, et même plus écologique, à condition qu'ils disposent aussi des compétences pour les utiliser. C'est ainsi que nous façonnerons ensemble une Europe résiliente et souveraine sur le plan numérique dans le monde post-pandémie. C'est cela, la décennie numérique de l'Europe », a déclaré le commissaire au marché intérieur de l'UE Thierry Breton.

Selon la Commission, la boussole établit une structure de gouvernance solide avec les États membres, sur la base d'un système de suivi prévoyant des rapports annuels sous la forme de « feux de circulation ». Les objectifs seront inscrits dans un programme de politiques qui devra faire l'objet d'un accord avec le Parlement européen et le Conseil. Le communiqué apporte également d'autres clarifications, notamment :

Projets plurinationaux

Pour atteindre ces objectifs d'ici 2030 et mieux remédier aux lacunes de l'UE sur le plan des capacités critiques, la Commission compte sur une collaboration étroite de tous ses États membres. Elle entend faciliter le lancement rapide de projets plurinationaux combinant des investissements du budget de l'UE, des États membres et du secteur, s'appuyant sur la facilité pour la reprise et la résilience et sur d'autres financements de l'UE. De leur côté, les États membres s'engagent à consacrer au moins 20 % des financements prévus dans leurs plans pour la reprise et la résilience à la priorité numérique.

Parmi les projets plurinationaux recensés par la Commission, on distingue : une infrastructure paneuropéenne interconnectée de traitement de données ; la conception et le déploiement d'une nouvelle génération de processeurs fiables à basse consommation ; ou des administrations publiques connectées.

Droits et principes numériques pour les Européens

Le numérique ne doit pas empiéter sur les mœurs et les droits sur le Vieux Continent. En fait, la Commission a déclaré que les droits et les valeurs de l'UE sont au cœur de la stratégie numérique de l'UE, qui est centrée sur l'homme. Ils [les droits et devoirs] devraient donc pleinement se refléter dans l'espace en ligne, comme dans le monde réel. Cela pourrait conduire vers l'élaboration d'un cadre de principes numériques, tels que l'accès à une connectivité de haute qualité, à des compétences numériques suffisantes, aux services publics, à des services en ligne équitables et non discriminatoires, etc.

« Ces principes seraient discutés dans le cadre d'un large débat sociétal et pourraient être inscrits dans une déclaration interinstitutionnelle solennelle du Parlement européen, du Conseil et de la Commission. Ils se baseraient sur le socle européen des droits sociaux et le compléteraient », explique le communiqué. Enfin, la Commission propose de vérifier au moyen d'un Eurobaromètre annuel si les Européens ont le sentiment que leurs droits numériques sont respectés.

Une Europe numérique dans le monde

L'UE vise la mise en place d'une politique numérique saine et centrée sur l'humain. Cela devrait lui permettre de promouvoir facilement sa stratégie numérique au sein des organisations internationales et au moyen de partenariats numériques internationaux "forts". Par ailleurs, les contributions financières des États membres devraient également permettre à l'UE d'œuvrer aux objectifs communs avec ses partenaires du monde entier. Notons que la Commission a déjà proposé de mettre sur pied un nouveau Conseil du commerce et des technologies UE-États-Unis.

Source : Commission européenne

Et vous ?

Que pensez-vous du plan d'action de l'UE pour cette décennie ?
Concrétiser les axes soulignés ci-dessus permettra-t-il à l'UE d'atteindre la souveraineté numérique ?
Qu'est-ce que vous aimeriez ajouter à ce plan d'action ?

Voir aussi

Informatique quantique : la France met 1,8 milliard d'euros sur la table pour un plan de cinq ans, avec près de 800 millions d'euros consacrés aux seuls systèmes quantiques

Le gouvernement français annonce un investissement de 2,3 millions d'euros pour la French Tech et les startups de l'index French Tech Next40/120 devraient créer 10 000 emplois en 2020

Honeywell envisage de sortir l'ordinateur quantique le plus puissant jamais conçu à la mi-2020 qui a un volume quantique de 64, soit deux fois plus que celui d'IBM

France : le gouvernement s'engage à lancer une Carte Nationale d'Identité électronique (CNIe) dès 2021, le programme s'appuie sur la reconnaissance faciale via l'application Alicem

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de pierre-y
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 11/03/2021 à 8:36
Déja que tout le monde n'a pas la 4G et qu'en dix ans une nouvelle norme sera déja arrivé... Donc bon... Je ne vois pas ce que la 5G va apporter de plus que la 4G.
4  1 
Avatar de robertledoux
Membre actif https://www.developpez.com
Le 11/03/2021 à 9:05
comme ça dans 10 ans, on pourras redémarrer un chantier pour installer la 7G. Je me demande si on ne devrait pas déployer une version sur deux ou trois pour le coup... Et vu que ça change très rapidement, les coins isolés seront encore une fois oubliés
4  1 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/03/2021 à 10:48
...pour davantage d'autonomie numérique à l'horizon 2030
Comment peut-on parle d'autonomie quand l'UE n'est pas capable de produire sur son sol le moindre équipement réseau?

Les politicards de l'UE comptent donc être autonomes avec un réseau 5G équipé dans sa totalité par des équipements américains ou chinois?

En cette période de no-culture, je laisse le lecteur prendre connaissance de la définition du mot "autonomie" dans le "Larousse": Capacité de quelqu'un à être autonome, à ne pas être dépendant d'autrui
3  0 
Avatar de Jeff_67
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 11/03/2021 à 9:16
La 4G n'aura jamais été qu'un palliatif en attendant une techno viable pour le haut débit mobile. Sans les limitations de data, le réseau saturerait parce que les antennes ne seront jamais capables de supporter la charge de tous les terminaux en même temps, c'est une limitation intrinsèque de la 4G. La 4G est du faux haut débit.

Au final, c'est la 4G qui est une aberration, pas la 5G qui vient corriger ses tares. Grâce au beam forming, les antennes seront enfin capables de supporter la charge de tous les terminaux en même temps. La 5G n'est jamais ce qu'aurait dû être la 4G dès son origine.
1  1 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 11/03/2021 à 10:44
Citation Envoyé par robertledoux Voir le message
Je me demande si on ne devrait pas déployer une version sur deux ou trois pour le coup...
Je parle sans savoir, si mon intuition me trompe merci de me corriger.
Je n'arrive pas à voir les évolutions technologiques. J'ai l'impression que l'on se contente d'augmenter la fréquence; et je ne vois pas ce qui était infaisable il y a 20 ans.
On peut pas faire directement le maximum (en évitant de griller sur place) ?
0  0