IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

SpaceX et l'armée américaine auraient signé un accord pour tester le haut débit Starlink
Pour l'usage militaire

Le , par Stan Adkens

135PARTAGES

6  0 
Elon Musk avait annoncé en avril dernier que la version bêta privée du projet Starlink commencerait dans environ trois mois, avec une disponibilité des services Starlink pour des clients au Canada et dans le nord des États-Unis. SpaceX vient d’avoir un nouveau client : l’armée de terre américaine. SpaceX a signé un nouvel accord avec l'armée américaine qui permettra à ce service de la Défense de tester le futur réseau à large bande par satellite Starlink de SpaceX pendant trois ans afin d'évaluer son utilité pour répondre à leurs besoins, a rapporté SpaceNews en citant une source de l’Armée.

Selon l’agence de presse, le 20 mai, US Army et SpaceX ont signé un accord de type Cooperative Research and Development Agreement (CRADA), a déclaré une source de l'armée. Cet accord permettra à l'Armée d'utiliser le service Starlink à large bande afin de déterminer s'il doit être déployé pour une utilisation plus large. A travers ce premier contrat, l'Armée cherchera à savoir quel type d'investissement elle doit engager dans l'infrastructure des stations au sol et à intégrer la connectivité réseau de SpaceX avec ses systèmes existants, a rapporté SpaceNews.


Le réseau Starlink de SpaceX, qui est toujours en cours de développement, vise à fournir une connectivité Internet à haut débit et à faible latence dans le monde entier en utilisant de petits satellites en orbite terrestre basse. La constellation de satellites a été spécifiquement déployée pour répondre aux besoins des clients situés dans des zones difficiles d'accès et mal desservies, avec une connectivité réseau que l'entreprise espère meilleure et plus fiable que les connexions par satellite existantes, qui reposent sur des satellites géostationnaires situés beaucoup plus loin de la Terre.

« Les accords CRADA sont couramment utilisés par l'armée pour évaluer les technologies et les services du secteur privé avant de s'engager à les acheter », a écrit SpaceNews. « Dans ce cas, l'armée veut pouvoir évaluer la performance du service Internet Starlink en orbite basse [LEO] lorsqu'il est connecté à des systèmes militaires. L'armée cherchera des réponses à des questions clés telles que les équipements au sol dont elle aura besoin pour utiliser Starlink et l'ampleur du travail d'intégration des systèmes qui pourrait être nécessaire », lit-on.

Le nouvel accord avec SpaceX « permettra à l'armée de comprendre les applications potentielles des avancées de pointe dans le domaine des "RF SATCOM" commerciales telles que la nouvelle constellation Starlink LEO et les développements de terminaux SATCOM modernes capables de suivre les satellites LEO », d’après l’agence de presse. L'accord avec SpaceX fait suite à d'autres CRADA que l'armée a signés avec des sociétés comme Kratos et SES pour évaluer l'utilisation des SATCOM commerciales.

US Army essaie de résoudre des problèmes de débit limité et d’un temps de latence élevé

Pour accéder à l’Internet durant ses opérations, l"armée de terre utilise actuellement des satellites traditionnels, géostationnaires et placés en orbite haute, qui offrent une connexion fiable, mais peu rapide. SpaceX déploie de son côté, dans le cadre de son projet Starlink, des satellites de petite taille. Les mini-satellites starrlink, placés en orbite basse et déployés en très grand nombre, visent à offrir une connexion haut débit depuis l’espace.

L'armée aurait pour objectif de renforcer sa connectivité satellitaire, car son système actuel d'accès aux satellites géostationnaires a une latence élevée et une faible capacité. « Les centres de commandement des opérations de l'armée accèdent aux satellites géostationnaires via de grandes antennes paraboliques montées sur des remorques et peu mobiles », a écrit SpaceNews, tout en citant un responsable de l'Armée.

Joseph Welch, directeur adjoint du programme de commandement, contrôle et communications tactiques (C3T), a déclaré que l'armée essayait de répondre à une demande croissante de connectivité sur le terrain, « Nous avons aujourd'hui un nombre limité de SATCOM dans nos formations de manœuvre », a-t-il déclaré lors d'une conférence à l'automne dernier. L'un des plus grands défis est l'intégration des applications matérielles et logicielles dans les formations de l'armée de terre, a-t-il dit. M. Welch a comparé le système actuel à une « paille de soda » parce qu'il ne fournit pas un débit suffisant pour soutenir ses utilisateurs.


SpaceNews a également écrit que « Pour utiliser le haut débit LEO comme Starlink, l'armée aura besoin d'antennes à écran plat pour suivre des milliers de satellites ». Il faudra déterminer le coût de déploiement de ce matériel. Comme on pouvait s'y attendre, l'armée évaluera également la sécurité dans le cadre de ses essais. En effet, une préoccupation est la sécurité des données acheminées vers les stations au sol. Actuellement, les satellites Starlink ne sont pas connectés dans l'espace par des liaisons optiques, de sorte que les données sont envoyées à des stations terrestres situées dans le monde entier. « L'armée américaine préfère utiliser des systèmes avec des liaisons intersatellites afin que les données puissent être acheminées jusqu'au point d'entrée souhaité », a écrit SpaceNews.

US Army et SpaceX devraient aussi répondre au problème de la dépendance du modèle d'exploitation de Starlink à l'égard des stations au sol, qui peuvent ne pas être accessibles à l'Armée sur n'importe quel théâtre d'opérations où elle se trouvera. Néanmoins, il est très possible que Starlink puisse répondre aux besoins de certaines de ses opérations et pas d'autres, mais apporter de grandes améliorations dans les domaines où il travaille.

Les plans de SpaceX pour fournir le haut débit par la constellation Starlink aux militaires

SpaceX prévoit d'offrir le haut débit dans le monde entier et dans certaines régions des États-Unis, en se concentrant prioritairement sur les zones à faible densité qui ne disposent pas du haut débit moderne. Mais en plus de son plan pour le haut débit résidentiel, SpaceX préparait déjà le terrain pour fournir le haut débit aux militaires. En octobre 2019, Gwynne Shotwell, directrice de l’exploitation de SpaceX, a déclaré à SpaceNews qu'il considérait l'armée comme un client potentiel du haut débit de la société. « Nous parlons à l'armée de Starlink et du Starship », a-t-elle déclaré à l'époque.

Shotwell a également déclaré en octobre que l'armée de l'air utilise Starlink pour tester des services Internet chiffrés pour les avions militaires, d’après un article de Reuters également publié en octobre 2019. « Nous fournissons une large bande passante dans le cockpit des avions de l'armée de l'air », a déclaré Mme Shotwell. « Pour l'instant, nous testons juste la capacité et trouvons comment la faire fonctionner », avait-elle ajouté.

Les contrats avec les branches militaires et d'autres grandes organisations peuvent être cruciaux pour assurer le succès financier de Starlink. Les entreprises de satellites LEO ont un historique de faillite, et le PDG de SpaceX, Elon Musk, a récemment déclaré que ce serait « un grand pas d'avoir plus de zéro [entreprises de satellites LEO] dans la catégorie des entreprises non en faillite ». En effet, la jeune pousse OneWeb, qui poursuit le même objectif, apparaissait également comme une rivale potentielle jusqu’à ce que la crise du coronavirus porte atteinte à sa santé financière et la conduise à la banqueroute en mars dernier. Amazon, avec son projet Kuiper, entend également déployer plusieurs satellites en orbite.

Les lancements de Starlink devraient se poursuivre à un rythme régulier tout au long de l'année, alors que SpaceX continue à développer son réseau de plusieurs centaines de satellites. Plus SpaceX a de satellites en orbite, plus sa portée géographique est grande et moins son réseau risque de connaître des interruptions de service. Outre le défi technique consistant à gérer une gigantesque flotte de satellites, chose qui n’a jamais été faite jusqu’à présent, ces entreprises doivent composer avec un autre défi : la pollution lumineuse. Starlink a en effet été vivement critiquée récemment pour ses satellites qui produisent des tracés lumineux dans le ciel nocturne.

Source : SpaceNews

Et vous ?

Que pensez-vous de ce nouvel accord ?
Selon vous, Starlink est-il la solution la plus adaptée pour US Army ? Pourquoi ?

Lire aussi

Elon Musk : la version bêta privée de Starlink commencera dans environ trois mois et la version bêta publique dans six mois, alors que SpaceX a demandé l'approbation des orbites encore plus basses
SpaceX d'Elon Musk demande l'autorisation pour le lancement de 30 000 satellites Starlink supplémentaires, mais ses motivations ne seraient pas assez claires
SpaceX d'Elon Musk fait un grand pas en avant vers la fourniture d'Internet en Australie à travers Starlink, et son vaste réseau de satellites interconnectés
La FCC approuve le déploiement par SpaceX de jusqu'à 1 million de petites antennes pour le réseau Internet Starlink, selon des documents fédéraux

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de Bill Fassinou
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 11/05/2021 à 17:12
Starlink d'Elon Musk serait cher et lent, à réserver donc aux isolés qui n'ont pas accès à un Internet local,
selon une étude d'Ookla

En 2020, Elon Musk promettait que la latence et la bande passante de Starlink seraient suffisantes pour permettre un usage typique d'Internet, incluant le cloud gaming et le visionnage de films en HD. Après environ 1 000 satellites Internet lancés, les premiers tests semblaient confirmer les dires du milliardaire en matière de latence. Mais les données liées au trafic de Starlink recueillies par Ookla montrent qu'il est non seulement cher, mais s'apparenterait beaucoup plus actuellement à un projet visant à doter les zones rurales d'une connexion Internet décente qu'à une alternative au haut débit des régions bien câblées.

La vitesse est parfois une amélioration, parfois non

Elon Musk a l'intention d'utiliser les satellites Starlink pour fournir des vitesses d'accès à Internet de classe mondiale aux foyers ruraux qui ont été laissés pour compte par tant de projets d'infrastructure au fil des ans. C'est un objectif noble, qui est devenu de plus en plus nécessaire étant donné notre dépendance à l'égard d'Internet au cours de l'année écoulée. Il pourrait également contribuer à combler les écarts de performance flagrants entre les villes et les communautés rurales.



Starlink est encore en phase bêta, mais des recherches menées par Ookla, la société à l'origine de Speedtest.net, suggèrent que les vitesses sont quelque peu variables, beaucoup plus rapides que le haut débit fixe dans certaines zones, mais beaucoup plus lentes dans d'autres. Ookla a évalué les performances de Starlink du premier trimestre 2021 aux États-Unis et au Canada afin de voir si le programme répond aux attentes. Aux États-Unis, au T1 2021, les vitesses de téléchargement médianes de Starlink variaient de 40,36 Mb/s dans le comté de Columbia (Oregon) à 93,09 Mb/s dans le comté de Shasta (Californie).

Selon Ookla, il s'agit aussi bien d'une amélioration spectaculaire par rapport aux autres fournisseurs de services fixes à large bande (545,6 % plus rapide dans le comté de Tehama, en Californie) que d'une déception (67,9 % plus lente dans le comté de Clay, au Missouri). Au Canada, pendant le premier trimestre 2021, Starlink a présenté une gamme de performances plus restreinte. Les vitesses de téléchargement médianes de Starlink dans les provinces canadiennes présentaient une fourchette plus étroite qu'aux États-Unis, avec un minimum de 53,61 Mb/s en Ontario et un maximum de 80,57 Mb/s en Saskatchewan.



Selon Ookla, la différence en pourcentage par rapport à tous les autres fournisseurs de services à large bande fixes a également montré une fourchette plus étroite. En Saskatchewan et au Manitoba, les clients de Starlink ont déclaré des vitesses de téléchargement médianes 59,6 % et 38,5 % plus rapides que celles de tous les autres fournisseurs de services à large bande fixes combinés. Au Québec, les vitesses de téléchargement médianes étaient presque égales, Starlink étant seulement 3,4 % plus lent. En revanche, l'écart est plus grand en Colombie-Britannique, en Alberta, en Ontario et au Nouveau-Brunswick.

Dans ces zones, Ookla a relevé qu'au cours du T1 2021, les vitesses de téléchargement médianes de Starlink étaient respectivement de 20,9 %, 24,2 %, 29,5 % et 40,7 % inférieures à celles des autres fournisseurs de services fixes à large bande.

Starlink affiche une latence qui ne suit pas du tout

Les observations d'Ookla révèlent que la latence de Starlink est jusqu'à 486 % plus élevée aux États-Unis et 369 % au Canada, ce qui pourrait constituer un handicape pour certains cas d'utilisation indispensables aujourd'hui (appels vidéo, streaming de musique, de films en HD et de jeux vidéo, etc.). En effet, une latence raisonnable est essentielle pour une utilisation efficace d'Internet. Si votre temps de latence est trop élevé, vous risquez d'être celui qui, lors d'un appel vidéo, répond aux questions en retard. Si vous êtes un joueur, vous savez déjà que la latence peut provoquer le bégaiement de vos personnages à des moments critiques.



Starlink prévoit d'utiliser des satellites en orbite terrestre basse avec des liaisons laser pour réduire radicalement la latence dans les zones rurales. Toutefois, Ookla a constaté que jusqu'à présent, la latence de Starlink est plus élevée que celle des autres solutions, souvent beaucoup plus élevée. Ainsi, la latence de Starlink était plus élevée dans tous les comtés américains étudiés au cours du premier trimestre 2021, sauf un. L'exception était le comté de Mariposa, en Californie, où la latence de Starlink était inférieure de 17,4 % à celle de tous les autres fournisseurs combinés.

Les valeurs médianes de latence sur Starlink ont été observées de 31 ms (Kittitas County, Washington) jusqu'à 88 ms (Otsego County, Michigan). À titre de comparaison, les valeurs médianes de latence pour tous les autres fournisseurs combinés allaient de 8 ms (Fairfax County, Virginie) à 47 ms (Daviess County, Kentucky). Au Canada, la latence de Starlink était plus élevée dans toutes les provinces étudiées au cours du premier trimestre 2021. Avec des valeurs de latence médianes allant de 34 ms à 61 ms, soit de 209,1 % à 369,2 % plus élevée que celle de tous les autres fournisseurs combinés.

Afin de résoudre les problèmes de latence et améliorer la vitesse de Starlink, SpaceX a demandé l'autorisation de la FCC à réduire l'altitude des satellites. L'entreprise a obtenu le feu vert du régulateur américain le mois dernier, alors que des concurrents comme Viasat, Hughes, OneWeb et Kuiper (Amazon) s'y sont fortement opposés. Les autorités ont convenu avec SpaceX que ce changement améliorerait la vitesse et la latence du haut débit tout en permettant de réduire les débris orbitaux. Par contre, ces sociétés de satellites ont affirmé que le changement causerait trop d'interférences avec d'autres systèmes.

Source : Observations d'Ookla sur Starlink au T1 2021

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?

Voir aussi

La FCC autorise SpaceX à réduire l'altitude des satellites pour améliorer la vitesse et la latence de Starlink, elle a rejeté l'opposition de Viasat, Hughes, OneWeb et Kuiper

La latence et la bande passante de Starlink seront suffisantes pour permettre un usage typique d'Internet, incluant le cloud gaming et le visionnage de films en HD, d'après Elon Musk

La moitié de l'Amérique est prête à passer à l'Internet par satellite Starlink, selon une étude de la société d'évaluation de produits et de services Review.org

Le service Internet par satellite Starlink obtient 500 000 précommandes et n'anticipe aucun problème technique pour répondre à la demande selon Elon Musk
9  0 
Avatar de Madmac
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 12/05/2021 à 2:51
Pour le Canada, c'est pas mal. Il n'y a qu'un cinquième de la surface qui a une couverture décente. Et pour le reste, simplement avoir une couverture, c'est fantastique.
2  0 
Avatar de vanquish
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 12/05/2021 à 8:57
Je ne comprend pas leur histoire de localisation du débit "dans telle ville".

Dans ma ville, certains ont la fibre et d'autre seulement un ADSL à 4 Mb/s.

Comparer, au niveau de la ville, le satellite au fixe n'aurait donc aucun sens tant les écarts sont grand, parfois d'une rue à l'autre.
J'ai des amis qui habitent San Francisco et leur premier voisin est à 3 km.
J'imagine que leur situation n'a rien à voir avec ceux qui habite le centre de la ville.

Perso si le régime bas c'est 40 Mb/s, je suis preneur.
Reste le prix : 100€ par mois, pour un professionnel c'est rien du tout, pour un particulier ça commence à faire un peut cher, surtout que la stabilité n'est pas là est qu'une solution fixe ou 4/5G reste nécessaire en secours.
2  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 28/05/2020 à 8:03
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Que pensez-vous de ce nouvel accord ?
L'armée US a un budget illimité grâce à le FED qui peut créer de l'argent à l'infini. Starlink a besoin d'argent, parce que c'est bien beau d'envoyer des milliers de satellites mais au bout d'un moment il faut des clients qui paient et l'armée US a les moyens.

Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Selon vous, Starlink est-il la solution la plus adaptée pour US Army ? Pourquoi ?
Être connecté partout sur terre, ça peut être utile pour une armée.
Là ils vont pouvoir développer des protocoles de communications sécurisés, donc c'est cool pour eux.
Est-ce que la NSA collabore avec l'armée US ? Parce qu'elle s'y connait un peu en chiffrement de données.

===
Si c'est vrai cette histoire de latence faible ça pourrait être une excellente nouvelle pour les joueurs en ligne, ce serait génial que des français puissent jouer en ligne contre des japonais, des coréens ou des étasuniens dans des bonnes conditions.

Cette année il y a ça :
L'EVO Online 2020 se précise, Super Smash Bros. Ultimate absent du lineup
Mais ça risque d'être bof. Et je ne pense pas que des joueurs du monde entier vont participer parce que le ping va être trop élevé.
1  0 
Avatar de marsupial
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 28/05/2020 à 9:02
Pour l'instant, nous testons juste la capacité et trouvons comment la faire fonctionner
Il faut qu'il pense à la sécurité aussi. Ils n'en sont pas encore là.
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/05/2021 à 8:36
Citation Envoyé par Bill Fassinou Voir le message
Afin de résoudre les problèmes de latence et améliorer la vitesse de Starlink, SpaceX a demandé l'autorisation de la FCC à réduire l'altitude des satellites. L'entreprise a obtenu le feu vert du régulateur américain le mois dernier, alors que des concurrents comme Viasat, Hughes, OneWeb et Kuiper (Amazon) s'y sont fortement opposés. Les autorités ont convenu avec SpaceX que ce changement améliorerait la vitesse et la latence du haut débit tout en permettant de réduire les débris orbitaux. Par contre, ces sociétés de satellites ont affirmé que le changement causerait trop d'interférences avec d'autres systèmes.
Est-ce que ça arrive à la FCC de refuser quelque chose ?
Ça risque d'être un peu le cirque autour de la terre.
Le nombre de satellites en orbite autour de la terre va être multiplié, en gros il doit y en avoir un peu près 2000 aujourd'hui, on verra où en sera le compteur dans 10 ans.
2  2 
Avatar de Pierre Louis Chevalier
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 12/05/2021 à 14:29
Le problème de Starlink c'est surtout le Ping, vu que ça passe par l'espace la distance est plus longue et le ping est moins bon que le terrestre, sauf pour ceux qui sont aussi très mal raccordés au terrestre et qui ont un raccordement très distant, ce qui allonge aussi le ping.
Donc ça impacte ceux qui font des jeux en ligne principalement, à savoir qu'ils vont laguer et faire laguer les autres joueurs, voir il seront simplement pas acceptés dans les parties à cause de leur ping.
Donc pour ceux qui font pas de jeux en ligne, mais qui ont pas d'accès terrestres, et qui ont les moyens, ca reste cool
0  0