IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Chine est peut-être sur le point de lancer sa monnaie numérique,
En commençant par des tests en partenariats avec des banques et des géants des télécommunications de l'Etat, d'après un rapport

Le , par Stan Adkens

84PARTAGES

7  0 
Reuters a rapporté en octobre dernier que la Chine s’apprêterait à lancer sa propre monnaie numérique. Les choses seraient en train de se préciser davantage, selon un rapport de MIT Technology Review qui cite Caijing, un influent journal d'informations financières chinoises. En effet, le pays prévoit de lancer un projet pilote en situation réelle de sa monnaie numérique, dont la première phase pourrait commencer avant la fin de l'année. La Banque populaire de Chine (PBOC), la banque centrale du pays, va bientôt tester ce qu’elle a appelé « paiement électronique en monnaie numérique » (DCEP) dans les villes de Shenzhen et Suzhou, a rapporté MIT le mardi.

En août, un responsable de la PBOC a déclaré que la monnaie, que la Chine développe depuis plusieurs années, était "proche" d'être émise. Le nouveau rapport en chinois publié par le journal Caijing, cité par MIT, a donné des détails sur les prochaines étapes spécifiques de l’évolution de la cryptomonnaie. Selon le journal, la Banque populaire pourrait lancer une expérience à petite échelle à Shenzhen avant la fin de l'année avant que le DCEP soit largement promu dans la ville en 2020. En plus de Shenzhen, le projet pilote aurait également lieu dans la ville orientale de Suzhou, selon Caijing. Si les tests se déroulent comme prévu, la monnaie sera probablement mise en service peu de temps après, selon MIT.


Ce rapport vient confirmer les récentes spéculations selon lesquelles la Chine est sur le point de devenir la première grande économie à émettre de la monnaie numérique souveraine. Au cours des précédents mois, pendant que Libra de Facebook était malmené par les autorités politiques et monétaires, des rapports ont fait état que la Chine chercherait à se lancer sur le marché des cryptomonnaie. Selon le rapport de Reuters publié en octobre, la nouvelle monnaie numérique proposée par la Chine ressemblerait à celle de Facebook et pourrait être utilisée sur les principales plateformes de paiement telles que WeChat et Alipay, avait déclaré un haut responsable de la banque centrale le mois dernier.

Ce mouvement n’est pas vraiment très surprenant à cause des précédentes décisions des autorités chinoises. La Commission nationale chinoise pour le développement et la réforme (NDRC), une agence de planification économique de haut niveau qui relève du Conseil d'État chinois, a exclu en novembre l’extraction du bitcoin comme une industrie devant être progressivement éliminée du pays. Six mois plus tôt, l’agence nationale avait classé le minage des cryptomonnaies, lorsqu’elle a proposé son catalogue des industries qu'elle voulait encourager, restreindre ou éliminer, comme activité à éliminer et recommandait aux gouvernements locaux d'éliminer progressivement l'exploitation du bitcoin du pays.

Le paiement électronique en monnaie numérique devrait remplacer la monnaie physique

Selon le rapport, la PBOC s'associera à des banques commerciales pour émettre la monnaie et, pendant la phase initiale, les banques se feront concurrence pour déterminer la meilleure façon d'utiliser le nouveau système de paiement. Le rapport indique que le projet pilote prendra en compte probablement sept entreprises d'État : les quatre plus grandes banques commerciales et trois grandes entreprises de télécommunications.

Le programme pilote se concentrera sur des industries comme le transport, l'éducation, le commerce et les soins médicaux. Alors que certaines banques ont choisi de collaborer avec des entreprises de télécommunications pour développer des cartes SIM avec portefeuille numérique intégré, d'autres ont construit leurs propres applications de portefeuille, a rapporté The Block, un site Web d’information sur la blockchain et la cryptomonnaie.

MIT a également rapporté que le DCEP devrait remplacer directement les espèces physiques comme moyen de paiement. Déjà les billets de banque et les pièces chinois sont en train d’être rapidement remplacés par des paiements mobiles, notamment via Alipay et WeChat Pay, les applications basées sur le QR-code qui sont devenues omniprésentes en l'espace de quelques années seulement. D’après MIT, en 2018, les paiements mobiles représentaient plus de 80 % de tous les paiements en Chine, contre moins de 20 % en 2013.


« Les Chinois sont en avance en termes d'usage. Ils sont habitués à utiliser des monnaies électroniques avec leur téléphone. On a même vu des scènes avec des SDF chinois qui demandaient à être payés de manière électronique. C'est une évolution logique », avait déclaré en septembre dernier Alexis Roussel, cofondateur de Bity, plateforme suisse d'échange de bitcoins. « Pour l'économie, il y a un avantage à avoir une monnaie cryptographique. L'argent circule plus rapidement. Il n'y a pas besoin d'avoir une application spécifique d'une entreprise. La monnaie est acceptée partout », avait-il ajouté, d’après le site Web de radio télévision suisse (rts.ch).

Il faut noter que Xi Jinping, président de la République populaire de Chine et secrétaire général du Parti communiste chinois, a déclaré en octobre que le pays devait « saisir l'opportunité » offerte par la technologie de la blockchain en tant que noyau de l'innovation. « Nous devons considérer la blockchain comme une percée importante pour l'innovation indépendante des technologies de base », a-t-il dit. « Nous devons clarifier l'orientation principale, accroître les investissements, nous concentrer sur un certain nombre de technologies clés et accélérer le développement de la technologie de la blockchain et l'innovation industrielle ».

Libra de Facebook aurait incité la banque centrale de la Chine à accélérer son programme de monnaie numérique

Selon The Block, le projet de cryptomonnaie de Facebook aurait incité PBOC à réaliser son plan de monnaie numérique en avance par rapport à son calendrier initial. La banque centrale a lancé son initiative de monnaie numérique en 2014, selon le site Web. Cependant, c’est récemment que les responsables de la banque ont commencé à faire des commentaires publics sur la monnaie numérique de la Chine après que Facebook ait annoncé le projet Libra en juin. Des personnes qui connaissent la situation à la PBOC ont déclaré à Caijing, d’après The Block : « Auparavant [la banque centrale] n'était pas pressée de le faire. Récemment, tout d'un coup, ils ont accéléré ».

La Chine n'est pas le seul pays à vouloir prendre les devants en matière d'émission de monnaie numérique. La semaine dernière, la Banque de France a annoncé l'intention du pays de tester sa monnaie numérique en 2020. Lors d'une récente conférence conjointe de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Banque Nationale de Belgique, un membre du directoire de la BCE a également commenté le potentiel de la monnaie numérique, déclarant qu'elle « pourrait garantir que les citoyens puissent continuer à utiliser la monnaie de la Banque centrale même si les espèces ne sont finalement plus utilisées ».

En ce qui concerne le nouveau système chinois DCEP, les banques commerciales obtiendront d'abord la monnaie numérique de la PBOC en déposant une réserve en yuan, selon The Block. Les utilisateurs et les entreprises peuvent ensuite enregistrer leurs portefeuilles numériques auprès de ces banques commerciales pour utiliser la nouvelle monnaie numérique. Le DCEP sera également compatible avec Alipay et WeChat Pay, selon Mu Changchun, directeur de l'institut de recherche sur la monnaie numérique du PBOC. Il a également dit qu'il peut être utilisé sans connexion Internet.

Cependant, certaines questions qui pourraient venir à l’esprit des utilisateurs concernent la protection de la vie privée et à l'anonymat, ainsi que les mesures d’accès à l'information sur les transactions par le gouvernement. Toutefois, selon le rapport de MIT, M. Mu a dit à Caijing que le DCEP offrira aux utilisateurs au moins un certain degré d’ « anonymat », sans qu’il n’explique comment cela pourrait fonctionner.

Sources : MIT, The Block

Et vous ?

Que pensez-vous du nouveau système de paiement électronique en monnaie numérique de la Chine ?
Selon vous, les utilisateurs chinois devraient s’inquiéter de la mesure de protection de la vie privée d’un pareil système ?

Lire aussi

La Chine adopte une loi sur la cryptographie alors qu'elle s'apprête à adopter la monnaie numérique, qui pourrait être utilisée sur les plateformes de paiement telles que WeChat et Alipay
La Chine exclut l'extraction du bitcoin de la liste des activités restreintes, alors qu'elle est en train de développer sa propre cryptomonnaie, selon un rapport
La Chine projette d'interdire les activités liées au minage des cryptomonnaies, d'après le brouillon proposé par l'autorité compétente
Monnaie électronique : la Chine rend les levées de fonds de type ICO illégales, et invite ceux qui en ont profité à procéder à des remboursements

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de anykeyh
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 09/04/2021 à 10:45
Une monnaie avec une date d'expiration... Je pense que j'ai tout dis là.

Le peuple est fait pour consommer, surtout ne pas le laisser s'enrichir.
6  0 
Avatar de Bruno
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 09/04/2021 à 10:49
La Banque centrale du Japon expérimente l'émission d'une monnaie numérique,
alors que 60 % des banques centrales sont au stade de la validation des concepts, selon une étude de la BIS

La Banque du Japon (BoJ) a annoncé qu'elle allait étudier la faisabilité d'une monnaie numérique de la Banque centrale (CBDC). Selon le directeur exécutif de la BoJ, Shinichi Uchida, si le résultat de l’analyse des concepts est positif, la banque pourrait publier des règlements et un programme pilote impliquant des fournisseurs de services de paiement, et même des utilisateurs finaux . La première phase d'expérimentation, qui se déroulera jusqu'en mars 2022, visera donc à tester la faisabilité technique de l'émission, de la distribution et du rachat d'une monnaie numérique de banque centrale.

« La Banque du Japon a entrepris des préparatifs en vue d'expérimenter la monnaie numérique de la Banque centrale au début de l'exercice 2021. Afin de tester la faisabilité technique des fonctions et caractéristiques de base requises pour la monnaie numérique de la banque centrale. Les préparatifs nécessaires étant désormais achevés, la phase 1 de validation du concept commence aujourd'hui. Au cours de cette phase, la Banque prévoit de développer un environnement de test pour le système CBDC et de mener des expériences sur les fonctions de base qui sont essentielles à la CBDC en tant qu'instrument de paiement, telles que l'émission, la distribution, le traitement et la gestion des paiements. Cette phase se déroulera jusqu'en mars 2022, pour une durée d'un an », a indiqué la BOJ dans un communiqué.

Selon une étude de la Bank for International Settlements (BIS) ou Banque des règlements internationaux, le Pays du soleil levant est loin d'être seul dans sa quête d'une monnaie numérique : la Banque des règlements internationaux a constaté qu'environ 60 % des 60 banques centrales qu'elle a interrogées en étaient au stade de la validation de concept pour développer leurs monnaies basées sur le bit, (contre 42 % en 2019), tandis que 14 % passent à des dispositifs de développement et de pilotage. Dans le monde entier, l'intérêt pour les CBDC continue d'être façonné par les circonstances locales. Le Pays est en retard par rapport à la Chine voisine.


Plus tôt cette semaine, la Chine a annoncé la création de sa propre monnaie numérique, le yuan numérique, contrôlée par la banque centrale de Chine qui émettra la nouvelle monnaie électronique. « Afin de protéger la souveraineté de notre monnaie et son statut de monnaie légale, nous devons anticiper », a déclaré Mu Changchun, qui dirige le projet à la Banque populaire de Chine. La monnaie numérique pourrait réorganiser les fondamentaux de la finance de la même manière qu'Amazon a perturbé le commerce de détail et qu'Uber a secoué les systèmes de taxi.

Pékin met en œuvre le yuan numérique pour un usage international et le conçoit pour qu'il ne soit pas lié au système financier mondial, où le dollar américain est roi depuis la Seconde Guerre mondiale. On s'attend à ce qu'elle donne au gouvernement chinois de nouveaux outils importants pour surveiller à la fois son économie et sa population. De par sa conception, le yuan numérique annulera l'un des principaux attraits du bitcoin : l'anonymat de l'utilisateur.

La Chine prévoit également d'utiliser son yuan numérique comme un moyen d'étendre son influence mondiale en faisant un instrument pour les transactions transfrontalières. L'Empire du Milieu a commencé des tests transfrontaliers avec la Thaïlande et les EAU, ainsi qu'avec Hong Kong, dans ce qui est considéré comme un effort pour offrir une alternative au dollar américain et un moyen de contrôler les entreprises fintechs nationales. Le pays prévoit de montrer son yuan numérique aux visiteurs des Jeux olympiques d'hiver, début 2022.

L'Inde semble être d'accord avec l'intérêt de garder les monnaies numériques traçables. Plus tôt cette année, le pays a signalé son intention de créer une monnaie numérique et d'interdire les cryptomonnaies privées. Un haut responsable du gouvernement de l’Inde a déclaré que le pays prévoit de proposer une loi qui en plus d’interdire les cryptomonnaies, imposerait des amendes à toute personne effectuant des transactions dans le pays ou détenant de tels actifs numériques. Le projet de loi qui est en passe d’être l'une des lois les plus strictes au monde à l'encontre de l’économie qui sous-tend l’écosystème des cryptomonnaies, criminaliserait la possession, l'émission, le minage, le commerce et le transfert des cryptoactifs.

« Nous n'avons pas de problème avec la technologie. Il n'y a pas de mal à exploiter la technologie », a déclaré la ministre des Finances Nirmala Sitharaman, ajoutant que les mesures prises par le gouvernement seraient "calibrées" dans l'ampleur des sanctions imposées à ceux qui ne liquident pas les cryptoactifs dans le délai de grâce prévu par la loi.

Les banques centrales considèrent toujours les cryptomonnaies comme des produits de niche. Les cryptomonnaies comme le Bitcoin et l'Ethereum sont des actifs numériques émis à titre privé et dotés de leur propre unité de compte. De nombreuses cryptomonnaies ont connu une envolée de leur valeur en 2020, fidèles à leur forme d'actifs spéculatifs. Au début de l’année 2017, le bitcoin était coté à 1000 dollars. Quelques mois plus tard et plus précisément en mai 2017, la valeur de cette monnaie est passée à 2000 dollars. Durant le mois d'août 2017, le cap des 4000 dollars fut franchi et en octobre 2017, la cryptomonnaie a atteint les 5000 puis 6000 dollars.

Après avoir progressé de 170 % sur le dernier trimestre 2020 pour atteindre 29 ;000 dollars le 31 décembre, elle a encore doublé sa valeur en moins de trois mois pour franchir la barre des 60 000 dollars. Bien que l’indice de croissance du bitcoin par rapport à sa valeur d’origine fût déjà élevé, l’on était loin de se douter que les mois à venir allaient être encore plus intéressants pour cette monnaie.

La hausse du bitcoin s'est accélérée ces derniers mois avec l'adoption de la cryptomonnaie par plusieurs groupes financiers, comme les gestionnaires d'actifs BNY Mellon et BlackRock ou le géant des cartes de crédit MasterCard, et les investissements importants du constructeur de voitures électriques Tesla, du spécialiste des paiements Square ou de l'éditeur de logiciels MicroStrategy.

Michael Saylor, le fondateur de MicroStrategy, a déclaré que son entreprise avait acquis 175 millions de dollars supplémentaires en bitcoins (BTC) en un seul achat : « le 14 septembre 2020, MicroStrategy a finalisé son acquisition de 16 796 bitcoins supplémentaires pour un prix d'achat total de 175 millions de dollars. À ce jour, nous avons acheté un total de 38 250 bitcoins pour un prix total de 425 millions de dollars qui incluent les frais et dépenses ».

Cette augmentation ne s'est pas accompagnée d'un changement dans l'utilisation perçue dans les paiements. En effet, la plupart des banques centrales continuent de considérer les cryptomonnaies comme des produits de niche. Plus précisément, l'enquête a interrogé les banques centrales sur l'utilisation actuelle et prévue des cryptomonnaies pour les paiements nationaux et transfrontaliers. La majorité des réponses indiquent une utilisation insignifiante ou une utilisation par des groupes de niche, tant au niveau national que transfrontalier, en ligne avec les années précédentes.


La plupart des banques centrales étudient les monnaies numériques des banques centrales et leurs travaux se poursuivent à un rythme soutenu dans le contexte de la pandémie de Covid-19. Dans l'ensemble, les banques centrales passent de la recherche conceptuelle à l'expérimentation pratique. Dans les économies de marché émergentes et en développement, où les banques centrales font état de motivations relativement plus fortes, les objectifs d'inclusion financière et d'efficacité des paiements sont à l'origine des travaux de l'activité générale des CBDC.

L’enquête menée par la Banque des règlements internationaux a également révélé qu'au cours de l'année 2020, 86 % des banques centrales interrogées étudient actuellement les avantages et les inconvénients des CBDC. Au cours des derniers mois, les principales banques centrales ont publié une multitude d'évaluations approfondies sur des questions de politique générale qui s'y rapportent et ont testé divers modèles. Dans un discours prononcé à la fin du mois de mars, Uchida a déclaré que l'institution qu'il dirige n'envisageait pas actuellement d'émettre des CBDC, mais qu'il était important que la technologie soit prête.

Sources : BoJ, BIS

Et vous ?

Quel est votre avis sur les monnaies numériques ?

Pensez-vous qu'une révolution des monnaies numériques est possible ?

Quels commentaires faites-vous de l'adoption des monnaies numériques par les banques centrales ?

Voir aussi :

La Chine crée sa propre monnaie numérique, une première pour une grande économie, elle permet à Pékin de disposer d'une monnaie qui ne soit pas liée au système financier mondial

L'Inde voudrait interdire les cryptomonnaies et pénaliser les mineurs et les négociants, dans un projet de loi

Dollar numérique, une cryptomonnaie des États-Unis pour faire face au confinement et stimuler l'économie, selon un projet de loi US

La Chine lance son premier test grand public de la monnaie numérique en offrant 10 millions de yuans numériques à 50 000 habitants de Shenzen, dans le but de stimuler leur utilisation
5  0 
Avatar de Bruno
Chroniqueur Actualités https://www.developpez.com
Le 08/04/2021 à 20:36
La Chine crée sa propre monnaie numérique, une première pour une grande économie,
elle permet à Pékin de disposer d'une monnaie qui ne soit pas liée au système financier mondial

Les cryptomonnaies telles que le bitcoin ont laissé entrevoir un potentiel pour l’avenir de la monnaie numérique, bien qu'elles existent en dehors du système financier mondial traditionnel et n'ont pas cours légal comme l'argent liquide émis par les gouvernements. La Chine qui a fait le choix d’adopter la numérisation sous de nombreuses formes, y compris celle de la monnaie, se dote de sa propre monnaie numérique, le yuan numérique, contrôlée par la banque centrale de Chine qui émettra la nouvelle monnaie électronique.

« Afin de protéger la souveraineté de notre monnaie et son statut de monnaie légale, nous devons anticiper », a déclaré Mu Changchun, qui dirige le projet à la Banque populaire de Chine. La monnaie numérique pourrait réorganiser les fondamentaux de la finance de la même manière qu'Amazon a perturbé le commerce de détail et qu'Uber a secoué les systèmes de taxi.

Pékin met en œuvre le yuan numérique pour un usage international et le conçoit pour qu'il ne soit pas lié au système financier mondial, où le dollar américain est roi depuis la Seconde Guerre mondiale. On s'attend à ce qu'elle donne au gouvernement chinois de nouveaux outils importants pour surveiller à la fois son économie et sa population. De par sa conception, le yuan numérique annulera l'un des principaux attraits du bitcoin : l'anonymat de l'utilisateur et donnera la possibilité à la Chine de diminuer les émissions de carbone liées à l'extraction du bitcoin dans l'Empire du Milieu.


En effet, selon une nouvelle étude chinoise publiée cette semaine dans Nature Communications, la consommation d'énergie et les émissions de carbone liées à l'exploitation minière de bitcoins compromettront les efforts de la Chine en matière de climat si des réglementations plus strictes et des changements de politique ne sont pas adoptés. L’étude révèle que d'ici 2024, l'extraction de bitcoins dans le pays nécessitera 297 térawattheures d'énergie et représentera environ 5,4 % des émissions de carbone dues à la production d'électricité dans le pays, libérant environ 130 millions de tonnes métriques de carbone.

Cette recherche est importante, car la Chine a réalisé, à elle seule, plus de 75 % des opérations de la blockchain de bitcoin dans le monde en avril 2020, selon l’étude. Shouyang Wang, l'un des auteurs du rapport et professeur titulaire à l'Académie des mathématiques et des sciences des systèmes de l'Académie chinoise des sciences à Pékin, a déclaré : « Alors que tout le monde s'est concentré sur la grande rentabilité du bitcoin, nous voulons que les gens prennent conscience de ses problèmes potentiels et commencent à réfléchir à ces questions : cette industrie vaut-elle vraiment l'impact environnemental associé, et comment pouvons-nous rendre les opérations minières de bitcoin rentables plus durables à l'avenir ? »

Le bitcoin et les autres cryptomonnaies reposent sur la technologie blockchain, qui est une base de données partagée des transactions, avec des entrées qui doivent être confirmées et chiffrées. Le réseau est sécurisé par des individus appelés "mineurs" qui utilisent des ordinateurs très puissants pour vérifier les transactions, les bitcoins étant offerts en récompense. Le nombre de bitcoins attribués à cette fin est divisé par deux tous les quatre ans, et les énigmes sont devenues plus difficiles et nécessitent davantage de puissance de calcul pour être résolues. Le coût des équipements informatiques puissants et de l'électricité nécessaire à leur fonctionnement a également augmenté.

Zhou Xiaochuan, le principal banquier chinois de 2002 à 2018, a déclaré que le bitcoin l'avait à la fois ébloui et effrayé. En 2014, il a lancé une étude formelle pour une éventuelle monnaie numérique chinoise. La Chine n'avait guère l'air d'un pionnier en matière de devises. Le contrôle strict du gouvernement sur le yuan, par exemple, allait à l'encontre du commerce florissant des autres grandes monnaies. Dans le même temps, une révolution technologique financière était en cours en Chine, avec l'adoption frénétique des applications Alipay et WeChat, qui rendait l'argent liquide pratiquement inutile, et qui propulsait les startups vers des moyens de paiement mobiles.


Un client paie en utilisant le yuan numérique dans un grand magasin de Pékin

Puis, à la mi-2019, Facebook a annoncé qu'elle allait créer sa propre cryptomonnaie. La prise de conscience que celle-ci pouvait circuler dans une base d'utilisateurs bien plus importante que toute population nationale a permis de reconnaître immédiatement que la technologie pouvait bouleverser les monnaies traditionnelles. Alors que les régulateurs américains s'efforçaient d'arrêter Facebook, et ont finalement réussi, la Chine a accéléré sa quête d'un yuan numérique en lançant des essais en avril 2020.

Les banquiers des États-Unis et d'autres économies occidentales craignent aujourd’hui que ce que Facebook avait prévu pour sa monnaie numérique puisse maintenant être réalisé par la Chine, un gouvernement puissant. Le fait qu'un État autoritaire et rival des États-Unis ait pris l'initiative d'introduire une monnaie numérique nationale propulse ce qui était autrefois un sujet bancal pour les théoriciens de la cryptomonnaie en un point d'inquiétude à Washington.

Alors que la Chine crée sa propre monnaie numérique, ce qui est une première pour une grande économie, l'Inde entreprend d’interdire les cryptomonnaies et pénaliser les mineurs et les négociants. Un haut responsable du gouvernement de l’Inde a déclaré le mois dernier que le pays prévoit de proposer une loi qui en plus d’interdire les cryptomonnaies, imposerait des amendes à toute personne effectuant des transactions dans le pays ou détenant de tels actifs numériques. Le projet de loi qui est en passe d’être l'une des lois les plus strictes au monde à l'encontre de l’économie qui sous-tend l’écosystème des cryptomonnaies, criminaliserait la possession, l'émission, le minage, le commerce et le transfert des cryptoactifs.

Si l'interdiction devient une loi, l'Inde sera la première grande économie à rendre illégale la détention des cryptomonnaies. Même la Chine, qui a interdit le minage et le commerce, ne pénalise pas la possession. De hauts responsables indiens ont qualifié les cryptomonnaies de « système de Ponzi ». Rappelons qu'un stratagème classique de Ponzi est une fraude financière dans laquelle des individus effectuent des manipulations bancaires ainsi que des manipulations des états comptables pour payer continuellement de nouveaux investisseurs grâce à d'anciens investisseurs tout en maintenant l'illusion des rendements.

« Nous pensons que l'interdiction pure et simple de l'extraction de bitcoins n'est pas idéale », a déclaré Wang, professeur titulaire à l'Académie des mathématiques et des sciences des systèmes de l'Académie chinoise des sciences à Pékin. « Même si le minage de bitcoins est complètement interdit, sa rentabilité croissante pousserait les mineurs à poursuivre leurs activités par d'autres mesures, comme le vol d'électricité. C'est pourquoi nous suggérons qu'une incitation à déplacer les mineurs vers des régions d'énergie renouvelable propre serait plus idéale ».

Interrogés ces dernières semaines sur la façon dont les monnaies nationales numérisées, comme celle de la Chine, pourraient affecter le dollar, la secrétaire au Trésor Janet Yellen et le président de la Réserve fédérale Jerome Powell ont déclaré que la question était étudiée sérieusement, et notamment qu'un dollar numérique pourrait un jour avoir un sens.

Le dollar a déjà été confronté à d’autres monnaies à l’instar de l'euro, avant de gagner en importance lorsque les lacunes de ses rivaux sont devenues évidentes. Le dollar dépasse de loin toutes les autres monnaies dans les opérations de change internationales, avec 88 % dans le dernier classement de la Banque des règlements internationaux. Le yuan n'est utilisé que dans 4 % des cas. Selon les analystes et les économistes, la numérisation ne suffirait pas à faire du yuan un rival du dollar dans les virements bancaires. Mais dans sa nouvelle incarnation, le yuan pourrait gagner du terrain en marge du système financier international.


Il offrirait aux habitants des pays pauvres la possibilité de transférer de l'argent à l'échelle internationale. Une utilisation internationale, même limitée, pourrait atténuer la morsure des sanctions américaines, qui sont de plus en plus utilisées contre les entreprises ou les individus chinois. Josh Lipsky, ancien membre du personnel du Fonds monétaire international qui travaille aujourd'hui pour le groupe de réflexion Atlantic Council, a déclaré : « tout ce qui menace le dollar est une question de sécurité nationale. Cela menace le dollar à long terme ».

Le yuan numérique réside dans le cyberespace, disponible sur le téléphone portable de son propriétaire ou sur une carte pour les moins férus de technologie et sa dépense ne nécessite pas strictement une connexion en ligne. Il apparaît sur un écran avec une silhouette de Mao Zedong, à l'image de la monnaie papier.

Lors de tests effectués au cours des derniers mois, plus de 100000 personnes en Chine ont téléchargé une application pour téléphone portable de la banque centrale, leur permettant de dépenser de petites sommes d'argent numérique dans des magasins chinois de Starbucks et de McDonald's. « C'est plutôt bien », a déclaré le directeur général de la banque centrale.

La même déclaration a été faite par Tao Wei, une jeune femme de Pékin, après avoir expérimenté la monnaie numérique. Il ne lui a fallu qu'un instant pour payer le portrait d'anniversaire de sa fille de deux ans en pointant son iPhone vers un scanner. Le Parti communiste chinois a également permis à ses membres de régler leurs cotisations mensuelles en yuan numérique. Les banquiers et autres analystes affirment que Pékin a pour objectif de numériser l'ensemble de sa monnaie à terme. Certaines personnes auraient reçu de petites quantités de la monnaie numérique pour la tester.

La monnaie numérique semble également être un outil de surveillance pour le gouvernement chinois. Elle peut être utilisée pour suivre les dépenses des Chinois en temps réel, accélérer l'aide aux victimes de catastrophes ou signaler les activités criminelles. Grâce à elle, Pékin pourrait acquérir de nouveaux pouvoirs considérables pour renforcer le régime autoritaire du président Xi Jinping.

Le yuan numérique est programmable. Pékin a testé les dates d'expiration pour encourager les utilisateurs à dépenser rapidement, lorsque l'économie a besoin d'un coup de pouce. Il est également possible de la tracer, ce qui ajoute un nouvel outil à la surveillance étroite de l'État chinois.

Et vous ?

Quel est votre avis sur la monnaie numérique de la Chine ?

Selon vous, les utilisateurs chinois devraient s’inquiéter de la mesure de protection de la vie privée d’un pareil système ?

Voir aussi :

La Chine est peut-être sur le point de lancer sa monnaie numérique, en commençant par des tests en partenariats avec des banques et des géants des télécommunications de l'État, d'après un rapport

Les émissions de carbone liées à l'extraction du bitcoin en Chine atteindront 130 millions de tonnes d'ici 2024, compromettant ainsi l'action climatique du pays

Attendez-vous bientôt à une cryptomonnaie sponsorisée par Facebook, qui permettra aux utilisateurs de faire des paiements via Whatsapp

L'Inde voudrait interdire les cryptomonnaies et pénaliser les mineurs et les négociants, dans un projet de loi
4  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 11/12/2019 à 15:06
Que pensez-vous du nouveau système de paiement électronique en monnaie numérique de la Chine ?
Les chinois ont déjà la réputation de ne quasiment plus utiliser de billet de banque et de tout faire par phone, ça changera pas grand chose.

Selon vous, les utilisateurs chinois devraient s’inquiéter de la mesure de protection de la vie privée d’un pareil système ?
C'est sérieux comme question ?
3  0 
Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/04/2021 à 11:41
Citation Envoyé par Bruno Voir le message

La monnaie numérique semble également être un outil de surveillance pour le gouvernement chinois. Elle peut être utilisée pour suivre les dépenses des Chinois en temps réel[...] ou signaler les activités criminelles. Grâce à elle, Pékin pourrait acquérir de nouveaux pouvoirs considérables pour renforcer le régime autoritaire du président Xi Jinping.

Le yuan numérique est programmable. Pékin a testé les dates d'expiration pour encourager les utilisateurs à dépenser rapidement, lorsque l'économie a besoin d'un coup de pouce. Il est également possible de la tracer, ce qui ajoute un nouvel outil à la surveillance étroite de l'État chinois.
Le pire des deux monde, une monnaie centralisée numérique...
3  0 
Avatar de smarties
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 09/04/2021 à 10:40
Quand je vois qu'en France on ne peut même pas payer partout par carte car il y a un minimum (je payais avec un ticket restaurant et je voulais régler les quelques centimes restants par carte et le minimum était d'1€).

Je ne connais pas les frais des banques pour les commerçants mais elle devraient permettre plus de souplesse !

Quel est votre avis sur la monnaie numérique de la Chine ?
Tant qu'elle est adossée à quelque chose qui a une valeur, ça va selon moi et je comprends le souhait de la Chine de vouloir contourner les sanctions commerciales.
Sinon, je ne vois pas l'intérêt d'avoir plusieurs monnaies dans un pays étant donné que l'on a déjà une carte bleue.

Selon vous, les utilisateurs chinois devraient s’inquiéter de la mesure de protection de la vie privée d’un pareil système ?
En Chine, j'ai le sentiment qu'il faut s'inquiéter de tout ce qui est numérique et utilisable par la population
2  0 
Avatar de AoCannaille
Membre expert https://www.developpez.com
Le 09/04/2021 à 11:47
Citation Envoyé par anykeyh Voir le message
Une monnaie avec une date d'expiration... Je pense que j'ai tout dis là.

Le peuple est fait pour consommer, surtout ne pas le laisser s'enrichir.
Techniquement, la monnaie est un outils d'échange, elle n'est pas sensé servir à être entassée dans un coffre ou sur un compte pour jouer à qui à la plus grosse.

La seule chose que cette date d'expiration va impliquer, c'est que les chinois achéterons du tangible stockable et revendable en attente de gros achat qui seraient supérieurs à la date d'expiration. Les particuliers chinois, bientôt premier acheteurs d'or mondiaux ? ^^ Ce serait une numérisation de l'économie trés trés réussie
3  1 
Avatar de Anselme45
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 12/12/2019 à 12:40
Citation Envoyé par JackIsJack Voir le message
C'est une blockchain """décentralisée""" uniquement entre des acteurs de l'Etat ? Quel est l'intérêt ?!
Quel intérêt?

La réponse est pourtant simple: l'Etat chinois veut un contrôle absolu de toutes les activités du citoyens chinois de base du levé jusqu'au couché...

Et si c'est scientifiquement possible, l'Etat chinois ira dans le futur jusqu'à contrôler les pensées des chinois pendant leur sommeil!
1  0 
Avatar de ddoumeche
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 18/12/2019 à 13:28
Citation Envoyé par Stérilux Voir le message
Peu de chance que ça arrive, l’Afrique de l'ouest compte lancer une monnaie commune en 2020. A voir pour les autres mais l’Afrique noire ayant de plus en plus la haine du blanc ça devrait suivre. Le franc CFA arrive à sa fin.
Il y a peu de chance qu'une cryptomonnaie débarque en Afrique de l'ouest, 80% de l'économie est grise et les terminaux de paiements ne sont pas si courants. Donc le CFA a encore de beau jour devant lui ... si les banques d'afrique de l'ouest et de l'est remettent la main dessus et donc sur leurs réserves de change.
Comme cela on arrêtera les fantasmes et les polémiques sans fin pour savoir si le CFA est un outil d'avilissement des impérialistes pour empêcher le panafricanisme (ahah), ou si ce sont les fin des barrières douanières décidés par la banque mondiale qui ont appauvrit le continent.
Notons que le CFA n'empêche pas la coté d'ivoire d'avoir 7.5% de croissance depuis 7 ans, et à mon avis, le principal obstacle au panafricanisme est que les africains ne s'apprécient pas spécialement entre eux ... tous comme les asiatiques et les européens d'ailleurs.
1  0 
Avatar de emilie77
Membre éclairé https://www.developpez.com
Le 09/04/2021 à 11:47
En Italie depuis une semaine differente banque vont te fermer le compte bancaire si tu as plus de 100k euro.
Vu les taux negatif a niveau UE, le compte bancaire vas lui couter trop cher
1  0