Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

Le RIPE NCC, le registre d'adresses IP qui dessert l'Europe et le Moyen-Orient, est à court d'adresses IPv4,
Il annonce avoir alloué le dernier bloc d'adresses IPv4

Le , par Bill Fassinou

30PARTAGES

12  0 
Dans l’après-midi de ce lundi, le RIPE NCC a annoncé qu’il venait à présent d'allouer le dernier bloc d’adresses IPv4 qu’il détenait dans son pool d’adresses. Cela signifie que l’Europe est désormais à court d’adresses IPv4. Selon le communiqué du RIPE NCC, les opérateurs et les hébergeurs qui auront prochainement besoin de telles adresses devront s’inscrire sur une liste d’attente pour, éventuellement, obtenir une petite ration de 256 adresses. Toutefois, cette situation de pénurie peut entraîner quelques problèmes de connexion.

L’épuisement des adresses IPv4 dans la région de l’Europe ne devrait être une surprise pour personne, car la sonnette d'alarme a été lancée depuis longtemps déjà et répétée plusieurs fois cette année. Le RIPE NCC considère à cet effet que les LIR (Local Internet Registry) se sont préparés à cette situation. « Aujourd'hui, à 15h35 UTC+1 le 25 novembre 2019, nous avons procédé à l'allocation finale /22 IPv4 à partir des dernières adresses disponibles dans notre pool. Nous sommes maintenant à court d'adresses IPv4 », a déclaré l’organisme dans un communiqué sur son site.

« Notre annonce ne sera pas une surprise pour les opérateurs de réseaux : la communauté RIPE a depuis longtemps anticipé et planifié l'épuisement d'IPv4. En fait, c'est grâce à l'intendance responsable de ces ressources par la collectivité que nous avons été en mesure de fournir des milliers de nouveaux réseaux dans notre région de service avec /22 allocations après avoir atteint notre dernier /8 en 2012 », a-t-il ajouté. Dans le même temps, le RIPE NCC a déclaré qu’il a mis en place une action visant à collecter les adresses IPv4 inutilisées et les redistribuer.

« Même si nous n'en avons plus, nous continuerons à récupérer les adresses IPv4 à l'avenir », a déclaré l’organisme. Ces adresses proviendront d'organisations qui ont cessé leurs activités ou dont les comptes LIR sont fermés, ou de certains réseaux qui renvoient des adresses dont ils n'ont plus besoin. Toutefois, pour en bénéficier, vous devez être inscrit sur une liste d’attente et les adresses seront attribuées selon votre position sur la liste. Ceux qui ont déjà été servis par le passé ne seront pas pris en compte sur cette liste, car le RIPE va privilégier les nouveaux acteurs.


« Bien que nous nous attendions donc à allouer IPv4 pendant un certain temps, ces petites quantités ne se rapprocheront pas des millions d'adresses dont les réseaux de notre région ont besoin aujourd'hui. Seuls les LIR qui n'ont jamais reçu d'allocation IPv4 du RIPE NCC (quelle que soit leur taille) peuvent demander des adresses sur la liste d'attente, et ils ne peuvent recevoir qu'une seule allocation /24 », a déclaré le RIPE. Les LIR qui ont soumis une requête IPv4 peuvent voir leur position sur la liste d'attente sur le portail LIR.

Un nouveau graphique a également été publié qui montre le nombre de demandes sur la liste d'attente et le nombre de jours d'attente. Selon l’organisme, cette situation risque de porter préjudice au net. « Avec l’épuisement des adresses IPv4, nous risquons d’avancer dans un avenir où la croissance de notre Internet sera inutilement limitée, pas à cause d’un manque d’ingénieurs réseau qualifiés, d’investissements ou d’équipements techniques, mais par une pénurie d’identifiants réseau uniques », a déclaré le RIPE NCC.

Par ailleurs, cela rappelle à quel point le déploiement de la nouvelle version du protocole, l’IPv6, est plus important que jamais. La transition vers l’IPv6 a commencé dans plusieurs régions du monde, mais le taux de déploiement reste relativement bas. Pour l’occasion, Nikolas Pediaditis, responsable des services de registre au sein du RIPE NCC, a lancé un appel aux différentes parties prenantes pour soutenir le déploiement du protocole IPv6. En France, l’Arcep a créé le mois passé un groupe de travail dans l'optique d'adoucir la transition vers l'IPv6.

L’iPV6 doit à terme remplacer l’iPv4, car l’IPv4 devrait totalement s’épuiser dans toutes les régions du monde avant la moitié de la prochaine décennie. Grâce à des adresses de 128 bits au lieu de 32 bits, IPv6 dispose d’un espace d’adressage bien plus important que l’IPv4. Cependant, son déploiement est relativement compliqué à mettre en place, nécessitant une période de transition avec la cohabitation des deux protocoles iPv4 et iPv6. Free mène la danse en France, mais ne laissera plus l’abonné choisir entre l’IPV4 et l’IPV6, comme c’était le cas jusqu’à présent.

D’un autre côté, à la date du 11 janvier 2018, le baromètre de Google indiquait que 18,23 % des internautes accèdent à ses services via IPv6. Le 13 janvier 2019, ce pourcentage est passé à 25,91 %. Google recueille en permanence des statistiques relatives à l'adoption de l'IPv6 sur Internet. En publiant ces informations, l’entreprise espère aider les fournisseurs d'accès à Internet, les propriétaires de sites Web et les décideurs durant la mise en place de l'IPv6 dans le secteur. En Europe, le baromètre a indiqué que la France était à 24,61 %, contre 41,36 % en Allemagne.

Il faut noter que le pourcentage en Allemagne est plus élevé que celui des États-Unis qui totalise un déploiement de 34,5 %. Cela dit, le pourcentage est à relativiser dans la mesure où la couverture américaine est beaucoup plus importante que la couverture allemande. Ainsi, un plus fort pourcentage d’adoption en Allemagne ne signifie donc pas une quantité d’IPv6 plus importante qu’aux États-Unis. Les chercheurs ont aussi noté que personne n’exploite l’IPv6 seul. Tous les opérateurs réseau doivent offrir la meilleure compatibilité possible avec les autres réseaux et le plus possible de points finaux et d’applications.

L’on estime que l’IPv6 ne couvre pour l’instant qu’un quart de la Toile. Tous les acteurs sont donc obligés, pour l’instant, de proposer des connexions IPv4. En attendant que le déploiement de l’IPv6 atteigne une grande proportion et qu’il devienne vraiment une alternative, ils devront se procurer les adresses IPv4 dont ils ont besoin auprès de ceux qui en ont déjà, en les « achetant » ou en les « louant ». Ceci représente le début d'un marché secondaire, avec tous les risques que cela implique en matière d’augmentation des prix et de dépendance par rapport à un fournisseur.

Le RIPE NCC a annoncé qu’il apporte son soutien à ses membres et à toute la communauté RIPE dans le déploiement de l’IPv6. En plus d'allouer les ressources IPv6 nécessaires, il continuera à fournir des conseils, de la formation, des mesures et des outils pour aider les opérateurs de réseaux à mettre en œuvre leurs plans de déploiement. « Nous sommes optimistes et impatients de voir ce que le prochain chapitre apportera. Mettons-nous donc au travail et, ensemble, façonnons l'avenir d'Internet », a conclu le RIPE NCC dans son communiqué.

Source : Communiqué du RIPE NCC

Et vous ?

Qu'en pensez-vous ?

Voir aussi

Le RIPE NCC prévoit une pénurie d'adresses IPv4 en Europe pour le mois de novembre 2019. L'Arcep crée un groupe de travail dans l'optique d'adoucir la transition vers l'IPv6

IPv6 : La date prévisionnelle d'épuisement des adresses IPv4 pour l'Europe est maintenant fixée au 6 novembre 2019 et non plus au 23 mars 2020

La progression mondiale d'utilisation d'IPv6 peine à décoller selon Google, la France se rapproche de la barre des 25% d'adoption

L'Arcep fait un état des lieux du déploiement de l'IPv6 en France et note « un retard de la majeure partie des acteurs »

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de vxlan.is.top
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 27/11/2019 à 13:37
Mettons-nous donc au travail
C'est la phrase à retenir

Très récemment, je voyais un article sur LinkedIn qui parlait de formations sur le "nouveau protocole IPv6". Eh, messieurs les décisionnaires, il faudrait se réveiller, parce qu'IPv6 c'est nouveau depuis les années 2000

Ça me fait un peu penser à l'époque quand France Telecom annonçait qu'il allait décommisionner ses switches X25 dans les 18 mois à venir... Pas de réaction... Et pour l'avoir vécu, je peux vous dire que j'ai dû en passer des week-ends et des nuits blanches à configurer à l'arrache des Cisco en switching X25... Parce que quand un mainframe répond plus au téléfon X25 Gaston, c'est la misère

IPv6 sera du même acabit... Il passera au forceps...
Et à la question : "oui, ok, mais ça va coûter", je réponds "tu sais combien ça va te coûter si tu n'es pas "IPv6-ready" ?"

Dans l'année écoulée, j'ai bossé sur 4 ou 5 projets de "large magnitude" comme on dit pour de grosses boutiques et à ma question "et les gars, quid de l'IPv6", à chaque fois la même réponse "bah, oui, mais c'est pas dans le périmètre projet, on verra dans un 2ème temps"

Quand je scrute autour de moi, à vue de nez, ce sont à peu près 30% des ESN en France qui sont conscientes des impacts de l'IPv6 dans leur daily business... Ça fait un peu peur quand même... Et ces mêmes ESN se plaignent parfois de ne pas pouvoir renouveler leur valeur ajoutée pour générer du revenu... Je pense que l'IPv6 peut être un excellent levier pour ça : monter en compétence sur le sujet pour mieux accompagner ses clients, le win /win est là... Tiens, pendant que j'y pense, sachant que l'audience du site vient principalement du codage, savez-vous si votre code est IPv6-ready ?

La majorité des équipementiers réseau sont "IPv6-ready", on sait le switcher/router depuis longtemps. D'ailleurs, les leaders du marché ont arrêté de coller des stickers "IPv6-ready", ça commençait à générer des costs sans doute
D'autre part, la normalisation en termes de routage est stabilisée. IPv6 est routable avec les protocoles usuels et il faut savoir que les protocoles émergents "d'hyperscale routing" donnent une place centrale à l'IPv6, principalement en préparation du déploiement imminent de la 5G sur lequel il y aurait à dire mais je sais qu'ici la posture est plutôt orientée anti-5G donc je ne m'étendrai pas sur ce sujet
Même les clouds publics supportent l'IPv6... Même Ali-Baba

Maintenant, je me fais l'avocat du diable...
Le premier frein à l'IPv6, c'est pas le réseau. Dans une grosse infra, rien n'empêche de créer une vrf IPv6 pour tester son écosystème applicatif, c'est simplissime... Parce que si on sait théoriquement switcher/router l'IPv4/v6 entre 2 points d'un réseau, quid du poste utilisateur ?
Ben, oui, dual-stack, tunneling, usine à gaz, que sais-je... Le vrai problème, il est là...

Un autre écueil que je constate, c'est que l'espace francophone manque cruellement de documentation, traductions et de retours d'expérience comparé aux anglo-saxons.

En dernière remarque, j'insisterai que la dernière communication du RIPE sur l'épuisement d'IPv4 est un signal très fort... Et pour être en contact avec certaines instances en Europe qui font la promotion d'IPv6 depuis longtemps, je termine mon post comme j'ai commencé, mettons-nous au travail

-VX
2  0 
Avatar de tanaka59
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 27/11/2019 à 9:57
Bonjour,

Il y a urgence à donner de la documentation ou de l'information sur la manière saisir un IPV6.

Exemple concret , pour les utilisateurs de SGBD oracle / mysql , comment saisir un IPV6 avec un port lors de l'écriture ?

Dans une URL comment savoir que le couple IPV6+port va être correctement interprété ? C'est bien gentil d'utiliser le ":" comme séparateur , comment faire la différence avec le port saisi à la fin compris entre 0 et 9999 ?
0  0 
Avatar de vxlan.is.top
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 27/11/2019 à 11:05
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Il y a urgence à donner de la documentation ou de l'information sur la manière saisir un IPV6.
Toute la documentation existe, il faut aussi être en "pull mode", l'information ne viendra pas vers toi automagiquement...

Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Dans une URL comment savoir que le couple IPV6+port va être correctement interprété ? C'est bien gentil d'utiliser le ":" comme séparateur , comment faire la différence avec le port saisi à la fin compris entre 0 et 9999 ?
Le standard le plus adopté, c'est d'utiliser l'IPv6 entre crochets, par exemple :

https://[2001:db8::1]:80

Cf RFC5952 section 6 pour les autres conventions...

-VX
0  0