Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

« Nous n'avons aucune raison de croire que la 5G est sans danger », a déclaré le scientifique Joel Moskowitz,
De nouvelles études sont plus que nécessaires pour comprendre les effets de la 5G, dit-il

Le , par Bill Fassinou

13PARTAGES

10  1 
Dans plusieurs régions du monde, les États s’empressent de donner l’aval aux entreprises de télécommunication pour qu’elles déploient la 5G. Mais selon le chercheur américain Joel M. Moskowitz, les États devraient investir massivement pour financer les recherches sur les effets que la 5G pourrait avoir sur la santé de l’homme avant de songer à la déployer. Selon lui, à ce stade, il n’existe encore aucune recherche qui démontre que la 5G n’a aucun effet nocif sur l’homme ou dans quelles conditions ses effets négatifs seront moindres pour la santé de l'homme.

« Nous n'avons aucune raison de croire que le 5G est sans danger », a écrit Joel M. Moskowitz dans un billet de blogue la semaine dernière. Joel M. Moskowitz, PhD, est directeur du "Center for Family and Community Health au School of Public Health" de l'Université de Californie, Berkeley. Il traduit et diffuse la recherche sur les effets des rayonnements sans fil sur la santé depuis 2009, après que lui et ses collègues ont publié un article de synthèse selon lequel les utilisateurs de téléphones cellulaires à long terme sont plus exposés à un risque de tumeurs cérébrales.

Moskowitz écrit aussi pour le magazine Scientific American. Dans un billet de blogue publié la semaine dernière dans le magazine, il a déclaré que nous ne comprenons pas encore les risques liés à la technologie 5G et qu'une étude plus approfondie est nécessaire avant de commencer à la mettre en place. Moskowitz est persuadé que la 5G n’est pas aussi sûre que les acteurs des télécommunications essaient de le faire croire. « La technologie arrive, mais contrairement à ce que certains disent, il pourrait y avoir des risques pour la santé », a-t-il affirmé.

Pour Moskowitz, de nouvelles études sont plus que nécessaires pour comprendre les effets de la 5G

Pour Moskowitz, de nouvelles études sont plus que nécessaires pour comprendre à quoi l’on doit s’en tenir par rapport à la 5G afin de pouvoir définir de nouvelles limites d’exposition aux radiofréquences (RFR). Il a expliqué dans son billet que les limites d’exposition aux RFR actuelles aux États-Unis ont été adoptées vers la fin des années 1990. Elles sont fondées sur un changement de comportement chez les rats exposés à des rayonnements micro-ondes et ont été conçues pour nous protéger contre les risques de chauffage à court terme dus à l'exposition aux RFR.

La FCC (Federal Communications Commission) a adopté ces limites en se basant en grande partie sur des recherches menées dans les années 1980. Mais depuis, plus de 500 études ont révélé que les effets biologiques ou sanitaires nocifs de l'exposition aux RFR à des intensités trop faibles sont dangereux pour l'homme. Citant cet important corpus de recherche, environ 250 scientifiques ayant publié des études sur les effets biologiques et sanitaires des champs électromagnétiques non ionisants (CEM) ont signé l'International EMF Scientist Appeal, qui demande des limites d'exposition plus strictes.

En effet, Moskowitz a expliqué que contrairement à ce que l’on croit, il est déjà assez difficile de quantifier les effets que les technologies qui ont déjà été déployées possèdent sur la santé humaine. Non seulement ça, la 5G utilisera pour la première fois des ondes millimétriques en plus des micro-ondes qui ont été utilisées pour les technologies cellulaires plus anciennes, 2G à 4G. Leur portée étant limitée, la 5G va finalement nécessiter plus d'antennes que les anciens réseaux, ce qui représente un nombre important de personnes qui seront exposées aux RFR.


La 5G doit également utiliser de nouvelles technologies (comme des antennes actives capables de former des faisceaux, des réseaux phasés, et encore des entrées et sorties massives, appelées MIMO) qui posent des défis uniques pour mesurer les expositions. En tenant compte de toutes ces raisons, Moskowitz pense que les régulateurs devraient écouter les 250 médecins et scientifiques qui ont signé l'appel 5G, une pétition pour un moratoire sur le déploiement public de la technologie jusqu'à ce que les implications sanitaires soient mieux comprises.

Il a expliqué de long en large que de nouvelles limites d'exposition sont nécessaires tenant compte de ces effets différentiels. Ces limites devraient être fondées sur un effet biologique et non sur un changement de comportement chez un rat de laboratoire. « En tant que société, devrions-nous investir des centaines de milliards de dollars pour déployer la 5G, une technologie cellulaire qui nécessite l'installation d'au moins 800 000 nouveaux sites d'antennes cellulaires aux États-Unis, à proximité de nos lieux de résidence, de travail et de loisirs », a-t-il demandé.

« Au lieu de cela nous devrions soutenir les recommandations des 250 médecins et scientifiques qui ont signé l'appel 5G qui demande un moratoire immédiat sur le déploiement de la 5G et exige que notre gouvernement finance la recherche nécessaire pour adopter des limites d'exposition fondées sur la biologie afin de protéger notre santé et notre sécurité », a-t-il poursuivi. La principale préoccupation de Moskowitz est qu’il n’existe à ce jour aucune recherche sur les effets de la 5G sur la santé alors que la technologie pourrait avoir des effets secondaires.

La 4G pourrait avoir été, selon lui, à l’origine de plusieurs maladies qui ont été enregistrées ces dernières années.

« Comme la 5G est une nouvelle technologie, il n'existe pas de recherche sur les effets sur la santé, nous sommes donc aveugles », a-t-il écrit. Cependant, il a avancé que nous disposons d'une quantité considérable de données sur les effets nocifs de la 2G et de la 3G. « On sait peu de choses sur les effets de l'exposition à la 4G, une technologie vieille de 10 ans, parce que les gouvernements ont négligé de financer cette recherche », a-t-il continué. Cela pourrait être, selon lui, à l’origine de plusieurs maladies qui ont été enregistrées ces dernières années.

« Entre-temps, nous constatons une augmentation de certains types de tumeurs de la tête et du cou dans les registres de tumeurs, ce qui pourrait être attribuable, du moins en partie, à la prolifération du rayonnement des téléphones cellulaires. Ces augmentations concordent avec les résultats d'études cas-témoins sur le risque de tumeur chez les utilisateurs de téléphones cellulaires lourds », a-t-il écrit. Toutefois, il n’est pas le seul qui fait une fixation sur les RFR. L’OMS les a classés comme probablement cancérogènes depuis 8 ans maintenant.

En 2011, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a classé les RFR comme « probablement cancérogènes » pour les humains. Moskowitz a aussi cité une série d’études pour s’illustrer. L’une d'elles, menée par le National Toxicology Program (NTP) des États-Unis en 2018, a permis d'établir que deux années d'exposition aux RFR des téléphones cellulaires ont augmenté le nombre de cancers chez les rats mâles et d'ADN endommagé chez les rats et les souris des deux sexes.

Notons que la 5G est la cinquième génération des standards pour la téléphonie mobile, faisant suite à la 4G. La technologie 5G est considérée par certains comme une « technologie clé » qui pourrait permettre, à l'horizon fin 2019 à début 2020, des débits de télécommunication mobile de plusieurs gigabits de données par seconde, soit jusqu'à mille fois plus rapides que les réseaux mobiles en 2010 et jusqu'à 100 fois plus rapides que la 4G. Telles sont les avantages cités pour la nouvelle technologie, mais tout le monde ne voit pas que les avantages de la 5G.

Des groupes constitués d’individus de toutes catégories ont rempli la toile d’informations contraires et militent contre tout déploiement de la 5G. Plus tôt dans l’année, des groupes ont allégué que les antennes de la technologie 5G seraient à l’origine de la mort par centaine d’oiseaux et des perturbations des prévisions météo. L’inquiétude a envahi plus d’un. Dans certaines villes d'Europe, les déploiements ont été arrêtés, en attendant les résultats des recherches pour en savoir plus sur les effets nocifs des antennes 5G afin d’adopter de nouvelles limites d'exposition aux RFR.

Source : Scientific American

Et vous ?

Quel est votre avis sur le sujet ?
Que pensez-vous des arguments de Joel Moskowitz ? A-t-il raison ou pas selon vous ? Pourquoi ?
Quelle est votre position par rapport à la 5G ?

Voir aussi

Un collectif scientifique lance un appel international demandant l'arrêt du déploiement de la 5G pour une planète viable

Oiseaux morts, cancer, perturbation des prévisions météo. La 5G est-elle devenue la cible à la mode pour les nouvelles théories du complot ?

Bruxelles aurait arrêté pour le moment le développement de la 5G à cause des effets de radiation jugés trop dangereux pour la population

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de halaster08
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 22/10/2019 à 9:42
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Bon, les deux guignols (mais aussi les futurs), qui me mettent des -1, ayant au moins le courage d'assumer votre position, et faites-nous donc profiter de votre opinion éclairée.
Je n'en fait pas partie (car je suis d'accord sur le fond) mais je me permet de te répondre quand même (car j'étais pas loin de t'en mettre un):
D'autres t'ont déjà fait des remarques dans des discussions précédente, mais je me permet d'en remettre une couche

A mon avis tes -1 viennent de ce genre de remarques:
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Cette personne est un très mauvais menteur couplé d'un incompétent.
[...]
Et puis au passage, vous nous donnerez une copie de votre PhD
[...]
Ah pardon
"Center for Family and Community Health au School of Public Health" => pas un laboratoire scientifique.
"de l'Université de Californie, Berkeley." bon, ben tout s'explique.
"MA and PhD in social psychology"
Où tu te permet d'insulter une personne, ses diplômes (et donc tous ceux qui ont les mêmes) et même une université entière, juste parce que tu considère que ton diplôme/université vaut mieux que celui/celle des autres

Perso je trouve que ça:
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
C'est malhonnête de parler de son PhD sans préciser dans quel domaine… d'autant plus quand ce n'est pas dans le domaine pour lequel il s'exprime…
C'est beaucoup plus pertinent que les insultes

edit:
EDIT: Prouver l'inexistence est en effet impossible.
Toi qui d'habitude est très rigoureux, tu devrais préciser l'inexistence du danger de la 5G
Car en soi prouver l'inexistence d'un truc ça ce fait régulièrement en maths (une belle science dure comme tu les aimes), souvent à coup de raisonnement par l'absurde.
17  0 
Avatar de fredoche
Membre expert https://www.developpez.com
Le 24/10/2019 à 13:41
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Et donc à nous de deviner quelle histoire tu as lue, et de la retrouver...

Le danger du plomb a de manière générale été dénoncée très tôt par les scientifiques, ce qui constituerait un élément appuyant le discours de Sodium.
Difficile de faire taire l'ensemble du corps scientifique.

Je ne trouve cependant rien de vraiment probant quant à la quantification du danger lié à la présence de plomb dans l'essence.
Notamment pour déterminer si l'impact sanitaire est similaire à celui que les militants associeraient aux ondes 5G.

À noter qu'on polluait l'atmosphère avec du plomb depuis près de 3 000 ans via les fonderies artisanales:
https://www.science-et-vie.com/natur...-2000-ans-8817

Comme toujours c'est une question de quantités. Que représentent la part du plomb dans l'essence vis à vis de la pollution atmosphérique, ainsi que du seuil à partir duquel on considère qu'il existe un risque pour la santé ?
Si on ne répond pas à ces questions, on ne peut rien dire.

Il faut aussi mettre en relief par rapport aux bénéfices que cela nous a apporté au cours de l'Histoire.
Neckara quand je te lis je crois que tu es à toi tout seul une offense au monde scientifique.
Ta vanité est pathétique, parce qu'elle induit des raisonnements stupides. Tu es incapable d'humilité, c'est sidérant.

Tu veux mettre quoi en relief ? Ce que tu trouves pas sur internet en 5 minutes avec tes 3 recherches sur Google ?

On a supprimé le plomb de partout dans nos environnements, et cela est du à un seul mot : "saturnisme".
Le plomb était dans toutes les canalisations, d'où le nom de plombier. On les a toutes remplacées ou presque.
Le plomb était dans toutes les peintures. Les diagnostics immobiliers doivent rechercher la présence de ce métal partout, et notamment dans les vieilles peintures parfois cachées sous des tapisseries, d'autres peintures, etc.
Le plomb était dans tous les carburants automobiles, et cela avait pour conséquence une surreprésentation des cas de saturnisme dans les populations vivant à proximité des axes routiers. Surreprésentation très significative statistiquement, à tel point qu'il n'y a pas d'autres choix pour les industriels que de modifier les procédés de raffinage et les moteurs à explosion. Alors si on en est venu à ça et à vaincre ce type d'inertie et de lobbies, c'est pas pour des prunes, et en regard des supposés bénéfices que tu oses mettre dans la balance.

Tu démontres à quel point l'intelligence n'a rien à voir avec les diplômes, pas plus qu'avec les domaines d'études ou les prétendues "sciences dures". Encore moins avec la Science comme tu te plais à l'écrire, cette espèce de religion dont tu es un fieffé bigot

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
auprès du grand publique
Tu voulais surement écrire : "auprès de la grande publique" n'est ce pas ?

Citation Envoyé par Sodium Voir le message
J'ai déjà répondu au moins trois fois à ça, c'est fatiguant...

1) le tabac, ça touche principalement ceux qui fument, tout le monde est exposé aux ondes et dans les mêmes proportions
2) le danger réel a été assez vite acté
3) on est en 2019, les travaux entre chercheurs un peu partout dans le monde circulent beaucoup plus vite qu'à l'époque, on peut confronter les données beaucoup plus facilement

Oui et là je vais encore te répéter que les industriels ne peuvent matériellement pas financer et contrôler 100% des scientifiques dans le monde.
1) non, le tabac touche aussi dans de très larges proportions ceux qui ne fument pas, notamment l'entourage des fumeurs mais aussi tous ceux qui subissent une exposition passive. Donc dire principalement est faux. J'ai vu à de nombreuses reprises mettre en avant un risque accru lié au tabagisme passif comparé au tabagisme actif. Donc ce principalement est très certainement discutable.

Et le financement des recherches est une vraie question. Les fonds publics ou neutres pouvant financer des recherches, à fortiori contradictoires, ne sont certainement pas non plus légions
8  1 
Avatar de halaster08
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 22/10/2019 à 10:46
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Cela est faux.
[...]
Le problème, c'est qu'on m'a collé une image, on qu'on interprète tous mes propos par le biais de cette image.
Je pense que l'image tu te l'as collé tout seul notamment avec ce genre de phrase:
Et puis au passage, vous nous donnerez une copie de votre PhD dans un domaine de science dur. Votre expertise du domaine doit être tellement bonne qu'il nous serait difficile de l'apprécier par nous même.
Quand au fait que ce soit faux, je veux bien te croire mais j'ai l'impression que je ne suis pas le seul à l'avoir compris comme ça.

Bon maintenant passons aux choses sérieuses
Stricto sensu, les maths ne sont pas tout à fait une science, mais un outil de la science (je vais me faire tuer par les mathématiciens pour avoir dit cela ).
Tu cherches la bagarre ? Tu vas voir où je vais te la mettre ta licorne invisible !
7  1 
Avatar de -FloT-
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 22/10/2019 à 12:43
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Quant aux 250 signatures, cela n'a aucune valeur scientifique, de surcroît quand des médecins sont co-signataires, un médecin n'a pas compétence à produire de la connaissance.
Un médecin a compétence dans tout ce qui touche à la santé humaine, y compris donc lorsqu'il s'agit de produire de la connaissance au sujet de la santé humaine. Cette page de l'ANSM explique par exemple ce qu'est un essai clinique ainsi qu'un "investigateur". Le médecin y tient un rôle clé.
Les congrès scientifiques dans les sciences de la vie regorgent de médecins (dont certains ont même une double compétence MD-PhD).
Bref, un médecin a compétence à produire de la connaissance. S'il exerce en Centre Hospitalier Universitaire ou dans certaines structures, il aura même vocation à produire de la connaissance.
Voici par exemple une revue d'articles scientifiques signée par un médecin, choisie au hasard évidemment :
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29402696

... ou alors, j'ai mal compris ton affirmation Neckara?
5  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 24/10/2019 à 16:08
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
...la balance coût/bénéfice est à regarder...
Le problème de cette balance, c'est que le coût est souvent sanitaire et le bénéfice monétaire. Et les grandes sociétés ont très vite tendance à jeter le coût sanitaire par la fenêtre pour ne regarder que le bénéfice monétaire.

Je ne sais plus qui a dit qu'il était impossible de faire taire tous les scientifiques et donc qu'une société ne peut pas empêcher qu'un risque sanitaire ne soit publier. Je veux bien croire que des scientifiques puissent faire passer le bien de l'humanité avant leurs biens financiers. Mais les sociétés possèdent d'autres moyens pour que ces scientifiques ne soient pas écouter. La puissance des médias qu'ils possèdent, les réseaux d'avocats, leur lobbying intensif, leurs relations politiques, ... Bref, si une société veut en toute légalité sortir une techno nocive pour les gens mais rentables pour eux et leurs actionnaires, n'aient crainte que le profit passera bien avant la santé publique !

Quant à ceux qui pensent qu'un risque de scandale sanitaire peut les faire réfléchir, il suffit de regarder les grands scandales sanitaires, et de voir qui a payer et combien par rapport aux bénéfices réalisés, pour se rendre compte que c'est un risque calculé pour eux.
5  0 
Avatar de SimonDecoline
Membre expert https://www.developpez.com
Le 24/10/2019 à 22:30
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Il faut quand même rappeler qu'on a des financements inconditionnel du ministère (e.g. salaires, dotations ?). On a des ANR, des H2020, des bourses ministères ou région. Les tutelles peuvent verser des sous, on peut récupérer des sous de contrats CIFRE, voire de projets industriels sur d'autres thématiques. Bref, t'inquiète pas pour ça, on se débrouille très bien.
Il faut vraiment rien connaitre au fonctionnement réel de la recherche pour dire des trucs pareils...
Ca c'est la belle histoire racontée par le site web du ministère mais la réalité c'est que les dotations ne sont absolument pas suffisantes pour faire de la recherche correcte. Résultat : les chercheurs passent un temps incroyable à remplir des appels à projets, les frais de gestions de ces projets sont énormes (et c'est autant d'argent qui ne va pas dans les travaux de recherche), et, quelque soit le mode de financement, il faut presque toujours intégrer un partenaire industriel ou une collectivité territoriale (donc gérée principalement par des politiques).
Donc non les chercheurs "ne se débrouillent pas très bien" pour pouvoir faire de la recherche de façon libre et indépendante. Et s'ils sont si nombreux à partir à l'étranger ou dans le privé, ce n'est pas uniquement pour le tourisme ou l'appat du gain.
6  1 
Avatar de SimonDecoline
Membre expert https://www.developpez.com
Le 25/10/2019 à 3:35
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
C'est sûr, je ne connais absolument rien à la recherche.
Si tu es doctorant, alors non, tu ne connais pas le fonctionnement réel de la recherche. As-tu déjà répondu à un appel à projet ANR, évalué des projets, établi des partenariats avec des industriels ou avec la comm d'aglo de truc-muche-les-bains, participé à un comité de recrutement, encadré des doctorants, fait parti d'un comité éditorial, etc ? Et je parle de vivre ça activement, pas d'entendre 2 collègues en parler à la machine à café.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Pour les frais de gestions... c'est généralement du personnel administratif payé par les tutelles. Tu as plus de détails à ce sujet ?
Les chercheurs s'occupent eux-mêmes d'une bonne partie de l'administratif, ce qui est déjà un coût. Et si tu veux un exemple de frais de gestion de l'ANR, il suffit de regarder les deux premiers graphiques de ce rapport du Sénat (http://www.senat.fr/rap/r16-684/r16-6844.html) : par exemple en 2016, l'Etat a versé 628 M€ à l'ANR mais seulement 457 M€ ont financé les projets de recherche, soit 171 M€ de frais de gestion !

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Tant que tu as le choix du partenaire, où est le problème ?
Effectivement, il n'y a pas de problème si tu as choisi de faire de la recherche pour mettre au point la 5G, des pesticides, des armes à haute technologie ou pour trouver du pétrole. Mais si tu as choisi d'étudier l'éventuelle nocivité de technos ou de produits dont dépend grandement le PIB, tu vas vite voir où est le problème... enfin non, tu ne verras rien car il n'y aura juste personne pour te financer.
5  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 25/10/2019 à 9:37
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Parce que toi, tu le vis activement ?
Aller, on va pousser plus loin, est-ce que tu le vis activement dans un échantillon représentatif de la recherche publique française, dans plusieurs sections CNU différentes et dans plusieurs laboratoires dans des lieux géographiques différents ?

Tu sais, les chercheurs ne se rencontrent pas qu'à la machine à café, tu as des réunions d'équipes, des réunions de labos, des CA/CS.
Tes collègues tu les vois bosser, ils ne sont pas constamment à faire des appels à projets.
Chose assez marrante, c'est généralement assez souvent les mêmes qui s'occupent des projets, prennent des responsabilités administratives, participent aux actions de médiation/vulgarisation, prennent des doctorants, organisent des conférences, etc. Ils arrivent à faire tout cela, ce qui est déjà assez impressionnant. Dire que l'ANR est chronophage, c'est juste ignorer les 11 activités qu'on demande à un chercheur (à mon dernier recensement). Ce qui est chronophage, ce n'est pas les ANR (d'ailleurs tu n'en fais pas nécessairement tous les ans), c'est de tout faire ce qu'on nous demande, pendant que d'autres collègues se contentent de ne faire que de l'enseignement…

Bon, je sais que l'enseignement ça prend du temps, mais je pense que certains abusent un peu aussi.

Oui, enfin c'est un coût en temps qui est pris sur leur salaire ou leur service d'enseignement, pas sur le budget de l'ANR.

C'est un budget, pas une dépense effective.
Par contre, ça m'intéresse, est-ce que tu as un descriptif des dépenses de l'ANR ?

Et là tu parles d'une chose encore différente, ce n'est pas pris sur les budgets versés aux projets/chercheurs, mais avant.

Et tu t'appuies sur quoi pour affirmer cela ?
Je passe sur tes réponses à SimonDecoline qui sont l'exemple type de ta condescendance habituelle qui te vaut des -1 à n'en plus finir.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Non.

Certes, si tu ne consens pas, tu ne peux pas utiliser les solutions Google, mais le RGPD, ce n'est pas que du consentement, loin de là.
Le reste ne sont que des sécurités techniques quasi impossibles à vérifier et que les grosses boites comme Google prouveront avoir respecté sans que personne ne puisse les contredire !
Le RGPD ça fait chier les petites boites, uniquement. Je ne dis pas que c'est pas une bonne idée à la base, mais je ne crois pas que le but soit atteint.

Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Comme je l'ai dit, je ne suis pas au fait de l'état de la loi actuelle quant à la responsabilité pénale vis à vis de ce genre d'actions.
C'est ça la rigueur scientifique ? Venir nous bassiner que les chercheurs font bien leur boulot et que s'ils disent qu'il n'y a aucun risque, il faut les croire parce que sinon ils auraient des problèmes, mais qu'en réalité tu ne sais pas quels problèmes, ni même dans quelle mesure ils pourraient avoir des problèmes ?

Je ne crois pas dans l'intégrité des scientifiques. Et tu me donnes des raisons de ne pas y croire. Merci à toi.
6  1 
Avatar de Sodium
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/10/2019 à 9:02
Nous n'avons aucune raison de croire que la 5g est sans danger... a-t-on des raisons de croire qu'elle est dangereuse ? Prouver l’inexistence de quelque chose est par définition impossible, on ne peut prouver que la présence et il n'y a à ma connaissance ni preuves expérimentales, ni preuves statistiques montrent un quelconque effet de ces ondes.
8  4 
Avatar de Aiekick
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 22/10/2019 à 10:17
Citation Envoyé par Neckara Voir le message
Ce qui est d'autant plus grave qu'il est question ici d'enjeux sanitaires.
parce que tu penses que ton avis "éclairé" va faire avancer le schmilblik sur ce cas et sur ce forum ? va les contacter directement plutôt que dire n'importe quoi avec dénigrement envers des personne qui ne sont pas sur ce forum(l'expression du courage ?).

franchement le principe de précaution voudrais qu'on étudie les effet a long terme avant de massivement déployer une technologie.
certaines personne ont des soucis avec le wifi deja, la 5g va les tuer s'il est déployé partout. va dormir une nuit sur le toit de tf1 sans protection, tu va voir l'agression du aux ondes.
qui te dit que les coréens vont respecter les limites de puissance d’émission si il le déploient. Le respect des normes n'est pas leur priorité.

A t'entendre vouloir démonter n’importe quelle personne qui veut y aller doucement, on a l'impression que tu es un lobby pro 5G.

mais comme d'hab, tu cris, tu faix des effets, tu dit vouloir débattre, mais tu veux juste convaincre, malheureusement tu ne veut pas échanger, dans ton cas c'est une illusion.

tu as un gros egos manifestement. (la 1ere phrase que j'ai quoté en est la preuve)
8  4