IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La Chine avertit l'Inde des « sanctions inverses » à l'encontre des entreprises indiennes opérant en Chine si Huawei est bloqué,
D'après des sources

Le , par Stan Adkens

297PARTAGES

4  0 
L’affaire Huawei s’étend en Inde. Le pays devrait tester l'installation d'un réseau cellulaire 5G de nouvelle génération dans les prochains mois, mais n'a pas encore pris la décision si elle inviterait le fabricant chinois d'équipements de télécommunications à y participer, a déclaré le ministre indien des Télécommunications, Ravi Shankar Prasad. Toutefois, selon des sources au courant de la question, la Chine a averti l'Inde de ne pas empêcher Huawei Technologies de faire des affaires dans le pays, au risque d’y avoir des conséquences pour les entreprises indiennes opérant en Chine, a rapporté Reuters.

En effet, le 10 juillet dernier, Vikram Misri, l'ambassadeur de l'Inde à Pékin, a été convié à une réunion au ministère chinois des Affaires étrangères pour entendre les préoccupations de la Chine au sujet de la campagne américaine visant à maintenir Huawei hors des infrastructures mobiles 5G dans le monde, selon deux sources au courant des discussions internes à New Delhi. S’adressant à M. Misri au cours de la réunion, les responsables chinois ont déclaré qu'il pourrait y avoir des « sanctions inverses » à l'encontre des entreprises indiennes faisant des affaires en Chine si l'Inde bloquait Huawei en raison des pressions exercées par Washington, a rapporté Reuters en citant une source qui est au courant de la réunion de l'ambassadeur.


Répondant à une demande de commentaire de Reuters, le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que Pékin espérait que l'Inde prendrait une décision indépendante sur les soumissionnaires de 5G. Dans un communiqué, la porte-parole du ministre, Hua Chunying, a déclaré :

« Huawei mène des opérations en Inde depuis longtemps et a contribué au développement de la société et de l'économie indiennes, ce qui est clair pour tous ». « En ce qui concerne la question des entreprises chinoises participant à la construction de la 5G en Inde, nous espérons que la partie indienne prendra une décision indépendante et objective, et qu'elle fournira un environnement commercial équitable, juste et non discriminatoire pour les investissements et les opérations des entreprises chinoises, dans l'intérêt mutuel », a-t-elle ajouté.

Au moment où de nombreux pays s’apprêtent à passer à la technologie 5G, le géant chinois Huawei, le plus grand fabricant mondial de matériel dans le domaine, subit des conséquences d'une lutte géopolitique entre la Chine et les États-Unis. Depuis le mois de mai, le président américain a signé un décret qui interdit l’achat ou l’utilisation de toute technologie de communication produite par Huawei et autres entités contrôlées par « un adversaire étranger » et susceptible de créer un « risque de sabotage indu » des systèmes de communication américains ou des « effets catastrophiques » sur l’infrastructure américaine.

Le ministère américain du Commerce a également pris, le même jour, une mesure interdisant Huawei et ses sociétés affiliées d’acquérir des composants et des technologies auprès de sociétés américaines sans l’approbation du gouvernement. Le gouvernement américain a aussi fait campagne auprès de ses alliés pour ne pas qu’ils utilisent de matériel Huawei, que la Chine pourrait exploiter pour les espionner.

Suite à ces décisions, plusieurs entreprises ont mis pause à leur collaboration avec Huawei et les autorités chinoises ont menacé de publier leur propre liste noire des entreprises américaines indésirables en Chine. Toutefois, lors d’une rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping en marge du sommet du G20 le 29 juin, les deux présidents ont convenu de relancer les négociations commerciales et l'administration Trump a autorisé les ventes américaines à Huawei.

Maintenant, c’est l’Inde qui commence à avoir des doutes concernant le matériel de Huawei. Une demande de commentaire de Reuters adressée au ministère indien des Affaires étrangères est restée sans réponse jusqu’au moment de la rédaction de son article.

Une éventuelle querelle au sujet de Huawei pourrait raviver les tensions commerciales et territoriales entre l’Inde et la Chine

Selon Reuters, les entreprises indiennes sont beaucoup moins présentes en Chine que celles des autres grandes économies. Mais des entreprises comme Infosys, TCS, Dr Reddy's Laboratories Reliance Industries et Mahindra & Mahindra qui sont présentes en Chine dans les secteurs de la fabrication, de la santé, des services financiers et de l'externalisation, subiraient des sanctions de la part des autorités chinoises si jamais les autorités indiennes empêchaient Huawei de faire des affaires en Inde. Une éventuelle querelle au sujet de Huawei en Inde pourrait, par ailleurs, raviver les différends territoriaux de longue date entre New Delhi et Washington, d’après Reuters.

En octobre, le Premier ministre Narendra Modi accueillera le président chinois Xi Jinping à Varanasi, sa circonscription parlementaire dans le nord de l'Inde, où les deux pays devraient parler de certains problèmes commerciaux, dont un déficit commercial de 53 milliards de dollars en 2018-2019 qui inquiète l'Inde, a rapporté Reuters.


Certains importants groupes de personnes en Inde ont une méfiance de longue date vis-à-vis de la Chine et encourage l'autosuffisance dans l'économie, d’après Reuters. C’est le cas du principal groupe de droite lié à l'alliance Modi au pouvoir, qui a intensifié ses critiques à l'égard de Huawei.

Dans une lettre écrite à Modi la semaine dernière, Ashwani Mahajan, le chef de l'aile économique du nationaliste hindou Rashtriya Swayamsevak Sangh, a déclaré que les opérations du chinois Huawei en Inde suscitaient des inquiétudes.

« En tant que pays, nous ne sommes pas encore sûrs de pouvoir compter sur Huawei. Globalement, les entreprises chinoises, y compris Huawei, font face à des allégations selon lesquelles elles « sous-enchérissent » des projets et se positionnent, eux et leur établissement, dans leur pays d'origine pour espionner et fermer à distance, si nécessaire », pouvait-on lire dans leur courrier, d’après Reuters. Toutefois, les inquiétudes liées à la sécurité nationale ne devraient pas arrêter Huawei en Inde.

Les questions de sécurité liées aux équipements Huawei ne devraient poser de problèmes

Le matériel de Huawei est indésirable aux Etats-Unis et dans certains pays alliés à cause des questions de sécurité nationale en rapport avec des liens que l’entreprise aurait avec le gouvernement chinois, même si Huawei a nié à plusieurs reprises de collaborer avec les autorités chinoises. La France et l’Allemagne ont même voté une « loi Huawei » qui va s’appliquer à l’ensemble des fabricants de matériels 5G. Cependant, Huawei est toujours dans la compétition pour le déploiement de la 5G en Inde.

Selon Reuters, le ministre Prasad a déclaré au Parlement que six propositions ont été reçues pour des essais de technologie 5G, y compris celle de Huawei. Les autres candidats ne sont pas encore officiellement connus, mais des entreprises telles que la Suédoise Ericsson, la Finlandaise Nokia et la Sud-Coréenne Samsung Electronics devraient participer, a rapporté Reuters.

Un groupe de hauts fonctionnaires, dirigé par le conseiller scientifique principal du gouvernement indien, M. K. Vijay Raghavan, et comprenant des représentants des départements des télécommunications, des technologies de l'information et des services de renseignement, a étudié la possibilité d'ouvrir les essais 5G à Huawei. Le comité n'a trouvé aucune preuve suggérant que Huawei ait utilisé des programmes « de porte dérobée » ou des logiciels malveillants pour collecter des données dans le cadre de ses opérations actuelles en Inde, a rapporté Reuters en citant une source et un autre fonctionnaire du ministère fédéral des Télécommunications.

Par ailleurs, le ministère de l'Intérieur, qui est responsable de la sécurité de l'infrastructure, n'avait émis aucune directive pour limiter l'entrée de Huawei, a dit à Reuters le responsable des télécommunications. « Nous ne pouvons pas les rejeter simplement parce qu'ils sont chinois », a déclaré le responsable.

Au lieu de bloquer un fabricant, un expert technique du Conseil consultatif de la sécurité nationale (NSAB) du gouvernement, V. Kamakoti, a suggéré de s'assurer que le matériel et les logiciels du réseau de cinquième génération proposé ne proviennent pas tous deux de Huawei.

Dans une récente présentation interne examinée par Reuters, M. Kamakoti a déclaré que le gouvernement devrait inciter les opérateurs de téléphonie mobile qui déploieront des services 5G en Inde à utiliser des logiciels fabriqués en Inde pour piloter des équipements fournis par des fabricants tels que Huawei. Mais les promesses de la 5G seront-elles bien réalisées avec un tel déploiement hybride ?

Source : Reuters

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Quels commentaires faites-vous de la proposition de M. Kamakoti d’utiliser des logiciels fabriqués en Inde pour piloter des équipements fournis par Huawei ?

Lire aussi

La Chine s'apprête à publier sa liste d'entreprises étrangères jugées à risque et à bannir de son marché, comme l'ont fait les USA avec Huawei
Très critiquée, la loi « anti-Huawei » pour sécuriser la 5G est désormais une réalité, mais elle ne discrimine pas un équipementier en particulier
Huawei réussit également à s'imposer comme second vendeur de smartphones au 2T18 en Europe, malgré un essoufflement dans la région EMEA
Les États-Unis demandent à leurs alliés de boycotter les équipements télécoms du chinois Huawei, évoquant des préoccupations de sécurité nationale
Google met une pause à sa collaboration avec Huawei : plus de PlayStore, plus de Gmail pour les futurs smartphones Android du constructeur chinois

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de defZero
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 15/02/2020 à 22:56
Qu’en pensez-vous ?

Que Huawei est surement coupable de ce dont l’accuse les USA, mais, et c'est un gros mais, il y a deux choses que je trouve cocasse :
- D'un je ne pense pas que le gouvernement US est la moindre preuve de ce dont il accuse Huawei, sinon ils les auraient volontiers fait "fuité"
- Et de deux, le gouvernement US accuse Huawei et donc la Chine de choses dont il est lui même coupable, par le biais des boites US / Israélienne et autres rachats effectué par leurs services d' "Intelligence" depuis une 30e d’année.

Donc, en suivant le raisonnement du gouvernement US retranscrit dans les plaintes déposés et si la sécurité et véritablement leurs but, alors personnes ne devraient utiliser de technologies US et associés, non ?

Il est schizophrènes le gouvernement US ou bien ?
12  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 12/10/2020 à 9:10
La conduite la plus raisonnable à tenir vis-à-vis de Huawei est de lui imposer les mêmes règles qu'aux entreprises européennes qui veulent travailler en Chine : JV avec un partenaire local qui détient 51% des parts, usines de production situées en Europe, 2/3 des pièces d'origine européenne, etc...
10  0 
Avatar de Jon Shannow
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 9:24
Citation Envoyé par pboulanger Voir le message
Subventionner des entreprises privées, ce n'est pas interdit par l'OMC? Les US ont bien fait condamner Airbus pour ça récemment, non?
Trump la loi c'est seulement quand ça l'arrange...
Pour une fois, je dirais que Trump est dans la même ligne que ses prédécesseurs. Les lois internationales ne sont valables pour les USA que si ça les arrange.
9  0 
Avatar de
https://www.developpez.com
Le 19/02/2020 à 19:22
Les européens ont compris que Trump est un gros bidon et que les Etats-Unis apparaissent de moins en moins comme un allié fiable en tout cas tant que Moumoutte sera au pouvoir.
9  0 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 18/07/2020 à 13:20
La démocratie n'est plus tendance. C'est le sentiment que j'observe sur les réseaux sociaux.
On en vient à préférer l'autoritarisme "éclairé" d'un Poutine ou d'un Xi Jinping en face d'une soupe politique insipide que nous offre nos parlements d'Europe Occidentale ou d'Amérique du Nord.
Bien sûr que nous partageons bien plus de valeur avec les Etats-Unis qu'avec la Chine. Il suffit de voyager un minimum pour s'en rendre compte.
Cela n'empêche pas que les Etats-Unis ont leur spécificités culturelles, tout comme l'Italie a les siennes.

Nous sommes les enfants d'Athènes.

Et nous sommes en train de renier notre héritage et notre civilisation en nous jetant dans les bras du nouveau Tsar de Russie ou du Parti Unique de la Chine et de sa République (sic) Populaire (re-sic).

Dans le discours anti-américain, je relève souvent notre propre aveux d'impuissance. On reproche souvent à autrui ce que nous aimerions pouvoir faire, mais que nous ne pouvons pas ou plus faire. C'est le drame de l'Europe.

Alors, on réécrit l'Histoire, en minimisant le rôle des Américains lors de la 2nde Guerre Mondiale. Pourtant, sans eux, sans leurs ressources industrielles, pétrolifères, et aussi humaines, nous serions encore sous domination Nazi. Dire le contraire n'est pas sérieux. L'URSS a certes beaucoup contribué à la victoire aussi, mais je suis heureux et reconnaissant que les Américains aient débarqué en Normandie et aient libérée la France, avant les Soviétiques. Le sort des états satellites sous occupation soviétique ne me fera jamais rêver.

La Chine est une dictature, tout comme l'Arabie Saoudite ou le Qatar. Ceux qui méprisent l'Arabie Saoudite et le Qatar (j'en fais partie), restez cohérent, méprisez la Chine.

Mais j'ai l'impression que c'est pourtant vers ça que nous souhaitons aller dans des discours de plus en plus nombreux sur la Toile. A vouloir juste un hypothétique bonheur, sans la liberté, nous n'aurons ni l'un, et ni l'autre.

Les responsables de la situation de la France, ils sont connus de tous, c'est nous-même. Pas juste le Président, pas juste le Premier Ministre, pas les députés et la classe politique forcément corrompue et/ou incompétente. Mais à toi et à moi.

Le venin qui circule sur la Toile envers tout ce qui ne va pas, c'est surtout le reflet de notre propre lâcheté, de notre propre manque de courage, de notre propre passivité que nous déplorons.

Il y a un vrai combat à mener. C'est un combat envers nous-même.
10  1 
Avatar de yahiko
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 7:59
Subventionner Ericsson et Nokia ? Pourquoi pas, à condition que l'argent aille dans la R&D (les ingénieurs) et pas dans la poche des dirigeants et des commerciaux...
8  1 
Avatar de jopopmk
Membre expert https://www.developpez.com
Le 12/02/2020 à 9:05
Ils ont des preuves mais ne veulent pas les diffuser, je vois donc deux possibilités :
- pas de preuve réelle, simple discrimination, ou
- ils peuvent utiliser ces failles pour le propre intérêt.
7  0 
Avatar de pemmore
Membre actif https://www.developpez.com
Le 19/01/2021 à 21:38
Les Américains ont tout de même fait un drôle de choix avec cet olibrius, j'ai bien du mal à trouver un homme politique français aussi naze , Déroulède un peu, mais Déroulède était un poète celui-ci est un bouseux de la dernière espèce.
Du coup les fabriquants de puces se cherchent de partout de nouveaux fournisseurs, heureusement la production automobile est à minima avec la covid.
Le grand projet de fabrication de puces européennes (surtout françaises) il faudra sans doute 10 ans; dommage d'avoir laissé choir Alcatel et ses lignes de production quasiment neuves en Normandie.
C'est triste à dire, mais que ces choix débiles se retournent contre les Américains eux-mêmes ne seraient que bien mérités.
9  2 
Avatar de pboulanger
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 11/10/2019 à 8:58
Subventionner des entreprises privées, ce n'est pas interdit par l'OMC? Les US ont bien fait condamner Airbus pour ça récemment, non?
Trump la loi c'est seulement quand ça l'arrange...
6  0 
Avatar de nl.smart
Membre confirmé https://www.developpez.com
Le 12/02/2020 à 8:00
Bonjour,

Nombreux sont ceux qui ont des preuves que les states peuvent espionner les réseaux de télécommunications, dans le cas présent l’hôpital se moque de la charité.

https://www.developpez.net/forums/d2...dward-snowden/
6  0