Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La pénurie des adresses IPv4 devrait survenir plus tôt que prévu,
Et le régulateur français appelle à l'urgence dans la migration vers l'IPv6

Le , par Stan Adkens

179PARTAGES

5  0 
La multiplication des équipements mobiles et l'avènement de l’IoT ont contribué à augmenter la demande en adresses Internet Protocole. Cependant, le nombre d'adresses IPv4 est limité et insuffisant pour répondre à l'explosion de la demande de nouvelles adresses pour les appareils connectés qui continuent à arriver sur le marché. En effet, l'économie des adresses IP n'a pas été une préoccupation au début d'Internet. Certaines entreprises se sont vues attribuer des blocs /8 (soit 16 millions d'adresses) ou /16 (65536 adresses) qui dépassaient souvent largement leurs besoins réels.

Maintenant que la pénurie d’adresses IPv4 s’accélère et que l'épuisement de ces adresses, sur lesquelles repose historiquement le fonctionnement de l’Internet, devrait survenir plus tôt que prévu, la migration vers le protocole IPv6 devient impérative. A l’occasion de la publication de son rapport 2019 sur l’état de santé de l’Internet en France, l’Arcep, le régulateur des télécoms a rendu ses mises à jour publiques et est revenu sur le déploiement de l'IPv6 en France. Prévu l’année dernière pour 2021, l’Arcep estime désormais que la pénurie d’adresses IPv4 interviendra d’ici juin 2020.


Pour rappel, en février 2011, l’IANA (Internet Assigned Numbers Authority) qui supervise l'allocation globale des adresses IP, indiquait qu’il avait épuisé les blocs /8 d’adresses IPV4 destinées aux registres internet régionaux (RIR). Ensuite, progressivement, les RIR ont épuisé leur stock à leur tour. C’est l’APNIC ou Asia-Pacific Network Information Center qui dessert le continent asiatique qui a déclaré au cours de la même année, être à court d’adresse IPV4. Ce fut alors au tour à l’Europe (RIPE) en 2012 de s’essouffler.

La saturation, de plus en plus proche, doit faire réagir les acteurs du Net, pour qu'ils prennent des dispositions pour garantir, dans les temps, l'adoption de l'IPv6, la nouvelle version du protocole, qui offre un stock d’adresses utilisables pratiquement sans limites. Mais visiblement le régulateur n’est pas en phase avec le rythme adopté par les acteurs de l’Internet pour cette migration. Dans un communiqué publié sur son site Web, l’Arcep a écrit :

« La lenteur de la migration peut d’une part provoquer le dysfonctionnement de certaines catégories de services sur Internet du fait de systèmes de partage d’adresse IPv4 entre plusieurs clients mis en place pour faire face à la pénurie ».

En 2018, les esprits commençaient déjà à s’inquiéter de l’échéance d’épuisement des adresses IPv4 qui avait été estimé pour 2021. Ils devraient être davantage inquiets maintenant que l’échéance devrait encore se rapprocher dans les mois qui viennent. Dans son communiqué, l’Arcep a soulevé quelques difficultés liées à l’épuisement imminent des adresses IPV4 :

« L’épuisement du stock des adresses IPv4 disponibles entraîne d’ores et déjà une augmentation significative du prix de ces adresses, ce qui est susceptible d’engendrer une barrière à l’entrée à l’encontre des nouveaux acteurs sur Internet ». Ce qui va contre les principes de « l’Internet comme bien commun » et de « garantir un Internet ouvert » que prône le régulateur français.

Selon le gendarme des télécoms, il restait très exactement 3,506 millions d’adresses publiques disponibles au registre régional concernant l’Europe et le Moyen-Orient au moment où il publiait son rapport. L’Arcep, pour attirer l’attention des acteurs qui ne sont pas pressés pour procéder à la migration vers le protocole IPv6, va mettre à jour de façon hebdomadaire ses prévisions pour offrir une sorte de compte à rebours consultable en ligne.


Le protocole IPv4, utilisé sur Internet dès ses débuts, offre un espace d'adressage de près de 4,3 milliards d'adresses IP. Or, le succès d'Internet, la diversité des usages et la multiplication des objets connectés ont eu comme conséquence directe l'épuisement progressif des adresses IPv4, certaines régions du monde étant touchées plus que d'autres. Selon le baromètre annuel de la transition vers IPv6 en France de l’Arcep publié en octobre 2018, les quatre principaux opérateurs français (Bouygues Telecom, Free, Orange, SFR) avaient déjà affecté entre environ 88 % et 99 % des adresses IPv4 qu’ils possèdent, à fin juin 2018.

Selon un bilan d’utilisation d’adresses IPv4 dressé par la NRO (Number ressource Organization) américaine depuis octobre 2010, alors qu'en janvier 2010, 10 % des adresses de ce protocole restaient à pourvoir, il n'en était resté que 5 % en octobre de la même année, et même un peu moins. Dans cet intervalle de temps, ce sont plus de 200 millions d'adresses Ipv4 qui avaient été allouées.

L’espace d’adressage IPv6 représente donc l’avenir de l’Internet. IPv6 (Internet Protocol version 6) est un protocole réseau sans connexion de la couche 3 du modèle OSI (Open Systems Interconnection). IPv6 est l'aboutissement des travaux menés au sein de l'IETF au cours des années 90 pour succéder à IPv4. Il est la relève de l’IPv4 et est finalisé depuis décembre 1998, mais la transition est extrêmement lente.

Pour accompagner la transition vers l’IPv6, l’Autorité de régulation contribue à l’animation de la communauté dans le but de favoriser l’échange de bonnes pratiques entre acteurs et mettra en place, au second semestre 2019, dans cet objectif, une Task-Force dédiée à IPv6, d’après le rapport 2019 de l’Arcep.

Pour stimuler un peu le marché, le régulateur avait organisé le 10 octobre dernier « un atelier de travail dédié au partage d’expériences et de bonnes pratiques utiles à la transition vers IPv6 », en partenariat avec l'Internet Society France (ISOC). Cette rencontre entre différents acteurs a permis de faire remonter les « nombreux freins au déploiement d’IPv6 » qui a démarré pourtant depuis 2003. Cette migration pourra-t-elle être faite par tous les maillons de la chaine avant la nouvelle date d’échéance ?

Source: Arcep

Et vous ?

Que pensez-vous de la nouvelle date d’échéance ?
Pense-vous que l’ensemble des acteurs pourront passer en IPv6 avant ?
Selon vous pourquoi le remplaçant de l’IPv4 est-il lent à être adopté ?

Lire aussi

Le dernier bloc d'adresses IPv4 disponibles est presque épuisé cette semaine en Europe, la transition vers IPV6 plus que d'actualité
Y a-t-il un espoir pour l'IPv6 ? Une étude cherche à comprendre les raisons économiques de la transition vers ce protocole qui peine à s'imposer
Il reste moins de 5% d'adresses IPv4 disponibles comment se passera la transition vers l'IPv6 ?
Le monde est à court d'adresses IPv4 et l'IPv6 représente l'avenir d'Internet, assurez-vous que votre matériel informatique soit compatible avec IPv6

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de lsbkf
Membre habitué https://www.developpez.com
Le 01/07/2019 à 3:41
Mais l'Histoire a maintes fois démontré qu'on ne se sortira pas les doigts du cul tant qu'on ne sera pas arrivés au point critique où plus rien ne marche, plusieurs personnes en meurent, ou une grosse entreprise fait faillite, donc à quoi bon s'égosiller ?
5  0 
Avatar de Etre_Libre
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 01/07/2019 à 4:56
Citation Envoyé par lsbkf Voir le message
Mais l'Histoire a maintes fois démontré qu'on ne se sortira pas les doigts du cul tant qu'on ne sera pas arrivés au point critique où plus rien ne marche, plusieurs personnes en meurent, ou une grosse entreprise fait faillite, donc à quoi bon s'égosiller ?
Bien vu, tant que ça déconne pas beaucoup, par exemple les FAI ne vont pas trop se fatiguer...

Plein de sites web ne sont aussi que IPv4 ; et même certains serveurs dédiés (Kimsufi, hum hum) fournissent une seule IPv6 (/128) qui ne marchent pas ou mal avec Windows.

Pour mon dédié pour avoir IPv6 sur mes sites web j'ai dû prendre un tunnel Hurricane Electric IPv4 vers IPv6, elle est belle celle-ci quand même
2  0 
Avatar de scandinave
Membre averti https://www.developpez.com
Le 14/09/2019 à 7:16
Je demande que ça, d'adopter une IPV6. Encore faudrait-il que Orange arrête de faire de la merde en utilisant des protocoles de connexion non standard et non documenté. J'ai mon propre routeur, je n'utilise pas leur box de *****. Sauf que du coups j'ai pas encore trouvé comment récupérer une IPv6
2  0 
Avatar de Jipété
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 15/09/2019 à 23:39
Bonsoir,
Citation Envoyé par scandinave Voir le message
J'ai mon propre routeur, je n'utilise pas leur box de *****.
Citation Envoyé par defZero Voir le message
Et en ce qui concerne les box opérateur en effet elle sont au mieux médiocres comparées à n'importe quel équivalent entrée de gamme, mais on ne nous donne pas le choix donc c'est à prendre ou à laisser.
Ça serait possible, en deux ou trois lignes, d'avoir des précisions (marque, modèle, comment le mettre en œuvre) ? Merci,
2  0 
Avatar de defZero
Membre averti https://www.developpez.com
Le 16/09/2019 à 17:13
@Jipété
Ça serait possible, en deux ou trois lignes, d'avoir des précisions (marque, modèle, comment le mettre en œuvre) ? Merci,
Sérieusement ? Vous tapez routeur xDSL ou Fibre sur Google et vous en prenez un.
Vous pouvez prendre n'importe qu'elle marque de modem/routeur CISCO, ASUS, TP-Link, Dlink, Netgear, Zyxel, ...etc.
Enfin toutes proposent de l’entrée de gammes bien meilleur que toutes les Box que nous refourgue les fabricants (ne serait-ce qu'un terme de possibilités de conf.).

P.S. 01 : Le mieux serait de toute façon d'avoir 1 modem xDSL et/ou Firbre ET 1 routeur/switch. C'est ce que je préconiserais, ne serai-ce que parce que les réseaux interne des FAI utilisent des protocoles de connexion/identification/authentification très différents, alors que le routage lui sera plus statique.

@bombseb
Si toutes les machines connectées à internet pouvaient communiquer entre elles sans passer par un routeur, il y aurait probablement beaucoup plus de problèmes de sécurité ?
Le lient entre sécurité et routage, quelqu'un ?
Ce n'est pas en la ressortant systématiquement qu'elle va devenir vrai celle-là.
Alors oui, tout le monde peut SI BESOIN adresser une machine (en étant sûr d'avoir une adresse unique statique sur le globe, ce qui n'est plus le cas avec NAT/PAT), à l'autre bout de la planète.
Au début (40-50 ans) c'était pareille avec IPv4 quand toutes les machines avait UNE adresse sur la planète.
Forcé l'adoption d'IPv6, ne fera que rendre les réseaux plus sécurisé puisque chaque AdminSys/Réseau devra être conscient que toutes les machines sur leur réseau interne PEUVENT communiquer avec le reste du monde.
Chose que certains ont je pense oubliés à cause justement des routage NAT/PAT qui crée une fausse sensation d'avoir sécurisé leur réseau, ce qui n'as jamais était le rôle du Routeur mais bien celui du Firewall peut importe la version d'IP.

P.S. 02 : De manière générale les seules problèmes à l'adoption d'IPv6 sont IPv4 et le principe d'inertie (surtout applicatif à mon avis), mais en aucun cas un manque de sécurité inhérent au protocole.
En terme d’ingénierie, rien ne justifie de rester sur IPv4 et ça ferait bien longtemps qu'on aurait tous du passer à l'IPv6, voir même depuis 5-6 ans sur d'autres piles protocolaire sécurisé par défaut (GNUnet ...etc).
3  1 
Avatar de Steinvikel
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 16/09/2019 à 19:30
il est tout à fait possible de se "connecter à internet" sans sa box. Voici un exemple qui en a dépanné plus d'un après avoir une box inopérante (foudre, MAJ buggé, alimentation HS, etc.) : en utilisant un simple modem ADSL, ou mieux encore, un routeur/firewall (un "modem-routeur".
NB: c'est dépendant du type de DSLAM pour sa réussite

Pourquoi ?
- tout simplement parce que si vous avez trop de PC, vous ne pourrez peut-être pas tous les connecter (répartition géographique etc.)
- si votre box a rendu l'âme, votre ligne, elle, est toujours opérationnelle, et donc votre accès également
- vous venez de souscrir un accès internet, mais votre box n'est pas encore arrivé

Le principe est simple :
1) il faut une machine qui fasse office de routeur (ce peut être le PC lui-même, mais c'est moins pratique à l'usage)
2) centraliser les informations relatives à la ligne, contenu dans le courrier du FAI
3) il faut paramétrer
4) il faut redémarrer

Cela prend 5 minutes et 5 étapes dans l'interface d'administration du routeur.
Etape 1 : informations de connexion
Etape 2 : configuration de l'adresse IP
Etape 3 : configuration DNS et NAT
Etape 4 : réglages de la ligne ADSL
Etape 5 : configuration WAN

Exemple avec Free, sur un "modem-routeur" classique Netgear :

Etape 1
Rentrez les informations élémentaires nécessaire à la connexion au réseau de Free.
Ces informations (IP, masque...) sont contenues dans le courrier postal que Free vous a envoyé après la signature de votre contrat ADSL.
Elles sont dépendantes de l'adresse physique, puisque la ligne est géré logiciellement par l'infrastructure de l'opérateur.

Vous pouvez également affichez vos informations de connexion en utilisant la page de suivi de votre compte Free : tout y est indiqué (IP, débit, affaiblissement....).
https://subscribes.free.fr/login/login.pl?error=2

Procédez maintenant pas à pas : allez dans l'interface d'administration (tapez dans la barre d'adresse de votre navigateur et loggez-vous).
Ensuite, cliquez sur la section "Basic settings". Si vous possédez un autre modèle de routeur, il vous faut trouver le menu équivalent.
Dans la section "Basic settings" :
Login : "No". Tout comme la Freebox, le routeur n'a pas besoin de s'identifier par login/mot de passe (mais cela à changé sur les lignes fibrés, grand bien nous fasse).
Account name : mettez le nom de votre routeur.
Domain name : "free.fr".

Etape 2
Nous arrivons ensuite à la configuration IP proprement dite :
- il faut choisir l'encapsulation : IPoA (IP Over ATM = RFC 1483), ou RFC 2684 Routed, si disponible, Routed VC-MUX...
- remplir l'adresse IP fixe que vous a attribué Free
- le masque de sous-réseau (255.255.255.0)
- ainsi que l'adresse de la passerelle (gateway).

Etape 3
Avant-dernière étape :
- la configuration des serveurs DNS de Free directement dans votre routeur, pour éviter qu'il passe son temps à les détecter automatiquement.
- Pensez aussi à activer le protocole NAT (Network Address Translation) utilisé pour la redirection de ports.
Enfin, vous pouvez laisser l'adresse MAC de votre routeur par défaut.

Les DNS de Free sont (en 2011) : (pour ma part, je privilégie Quad9, si je rencontre des problèmes, je me rabat sur ceux de mon FAI)
DNS primaire 212.27.40.240
DNS secondaire 212.27.40.241

Etape 4
Rendez-vous dans le menu "ADSL settings" pour se caler sur les bonnes valeurs de la ligne ADSL.
Free fonctionne avec une méthode de multiplexage VC-Based, avec un VPI de 8, et un VCI de 36. (qui a peut-être évolué depuis 2010)

Etape 5
Enfin, dans le menu "Configuration WAN", vous devez décocher l'option "Etablir la connexion automatiquement, si nécessaire".
Sauvegardez et rebootez votre routeur.
Allez dans l'interface d'adminisatration, dans la section "Router Status" ou équivalent.
Votre routeur devrait être connecté à Internet et afficher vos informations de connexion ainsi que votre débit maximal en upload et download.

Voilà qui montre concrètement comment ça se passe pour remplacer sa box... avouons que ça n'a rien de trivial. ^^'
2  0 
Avatar de Etre_Libre
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 30/06/2019 à 14:22
J'ai quelques exemples, assez peu poussés mais qui ne m'enchantent pas trop :

- Free a forcé l'activation de IPv6 sur les derniers firmware, mais il n'y avait pas de firewall pour bloquer par défaut le trafic entrant.
Le firewall est enfin disponible en beta, sans aucun paramétrage... il y a encore du boulot.

- Chez d'autres FAI français, l'IPv6 est soit non disponible, soit idem sans firewall fourni, une horreur au niveau sécurité.
(Sans aucun réglage disponible, en général je désactive IPv6, pas envie d'une passoire)

- Chez SFR câble (très présent encore, par exemple si la seule alternative est un ADSL lent, autant garder le câble), il n'y a pas d'IPv6 du tout, "problème réglé"

Pour moi IPv6 est loin d'être généralisé, et quand c'est disponible je trouve ça assez maladroit (pas de firewall, seules certaines entreprises vont acheter un vrai routeur pour faire ça bien).

Pour le moment, de façon générale, soit je désactive IPv6 dans chaque ordinateur, ou alors dans les Box quand c'est possible (s'il n'y a pas de firewall intégré).

Finalement ça va donc à l'opposé du souhait d'avoir IPv6, mais à tout moment si les FAI font un truc plus sympa je pense tester plus amplement et basculer des réglages en faveur de IPv6.
1  0 
Avatar de Etre_Libre
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 30/06/2019 à 19:13
Pour moi je sais paramétrer un pare-feu logiciel (Windows) donc ça va, mais quelqu'un qui ne s'y connaît pas laissera les portes grandes ouvertes par défaut, c'est très différent de l'IPv4 avec NAT (qu'on a partout dans nos box), et je me fais pas de souci pour la puissance de calcul etc... pour scanner des IPv6 dans le futur proche

Pourquoi donc laisser ouvert par défaut ? A terme ça pose forcément des problèmes de sécurité, par exemple pour la plupart des gens n'ayant pas les connaissances requises.
1  0 
Avatar de defZero
Membre averti https://www.developpez.com
Le 30/06/2019 à 23:06
Faudrait que tous les Admin Réseaux ce sorte enfin les doigts et ce mettent à jours
Car en IPv6 :

- Plus besoin de NAT en IPv6 il existe une chose merveilleuse pour remplacer cette grosse m***e et dénommé les SCOPE.
- Pas forcement besoin de Firewall pour exactement la même raison (merci SCOPE)
- Plus de broadcast sur le réseau donc potentiellement moins de failles/ralentissement
- Une pile protocolaire beaucoup plus saine que celle d'IPv4 qui n'as jamais été prévu à la base pour adressé la planète entière
- De manière générale un routage beaucoup plus sain / rapide (merci l'HEADER de taille statique)

Perso je ne vois que des avantages à passer sur IPv6 d'un point de vue réseau.
Maintenant du coté applicatif, c'est pas encore ça malheureusement (incapacité à résoudre sur 128bit et autres fantaisie de code réseau en carton)
1  0 
Avatar de bombseb
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 16/09/2019 à 10:37
Imaginez si toutes les machines raccordés à Internet étaient accessible simplement depuis une autre, sans NAT/PAT/ICE
Si toutes les machines connectées à internet pouvaient communiquer entre elles sans passer par un routeur, il y aurait probablement beaucoup plus de problèmes de sécurité ?
1  0