IdentifiantMot de passe
Loading...
Mot de passe oublié ?Je m'inscris ! (gratuit)

Vous êtes nouveau sur Developpez.com ? Créez votre compte ou connectez-vous afin de pouvoir participer !

Vous devez avoir un compte Developpez.com et être connecté pour pouvoir participer aux discussions.

Vous n'avez pas encore de compte Developpez.com ? Créez-en un en quelques instants, c'est entièrement gratuit !

Si vous disposez déjà d'un compte et qu'il est bien activé, connectez-vous à l'aide du formulaire ci-dessous.

Identifiez-vous
Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ?
Créer un compte

L'inscription est gratuite et ne vous prendra que quelques instants !

Je m'inscris !

La révolte des actionnaires de Facebook devient sanglante : les investisseurs impuissants votent massivement
Pour évincer Zuckerberg de la présidence

Le , par Stan Adkens

147PARTAGES

14  0 
Les actionnaires de la plus grande plateforme de réseau social au monde sont furieux de la façon dont le PDG Mark Zuckerberg a géré une série de scandales sur Facebook, y compris l'interférence dans les élections américaines de 2016 à partir du réseau social et la violation géante de données par le cabinet Cambridge Analytica révélé l'an dernier. Ce mécontentement envers le fondateur, Président du conseil d’administration et Directeur général a atteint de nouveaux sommets. Lors l’assemblée annuelle des actionnaires le 30 mai dernier, 68 % des actionnaires qui ne sont ni dans la direction ni dans le conseil d’administration de la société ont voté en faveur de la séparation des fonctions de président du conseil et de chef de la direction et de l'éviction de Zuckerberg de son poste de président, même si cela n’a pas suffi à instaurer une présidence indépendante sur Facebook.

La révolte des actionnaires de Facebook vient de passer à une autre phase, selon les résultats du vote des investisseurs déposé lundi. Lors de son assemblée annuelle des actionnaires la semaine dernière, ces derniers ont voté sur une série de propositions et les résultats soulignent la colère parmi les investisseurs extérieurs. Ces investisseurs pensent que l'entreprise gagnerait à ce qu'un président indépendant demande des comptes à Zuckerberg et à son équipe dirigeante. Selon une analyse des résultats effectuée par Open Mic, une organisation qui travaille avec des actionnaires activistes pour améliorer la gouvernance d'entreprise dans les plus grandes entreprises américaines, les actionnaires indépendants ont massivement soutenu deux propositions pour affaiblir le pouvoir de Mark Zuckerberg.


En avril dernier, Business Insider a révélé huit propositions des actionnaires activistes de Facebook contenues dans un dépôt effectué plus tôt par l’entreprise à la SEC (Securities and Exchange Commission), annonçant son assemblée annuelle des actionnaires du 30 mai. Deux de ces propositions montraient la volonté des investisseurs d’apporter des changements dans la direction de Facebook. Dans l’une des propositions, les investisseurs voulaient évincer Zuckerberg en tant que président du conseil d'administration de Facebook en faveur de l'embauche d'un dirigeant indépendant. Dans l’autre proposition, les investisseurs voulaient instaurer de nouveaux « mécanismes équitables et appropriés permettant d'éliminer les droits disproportionnés des actionnaires de classe B ».

A l’issue du vote du 30 mai, environ 68 % des investisseurs externes ont exprimé qu’ils ne veulent plus voir M. Zuckerberg au poste de président et veulent plutôt faire venir une personnalité indépendante à la présidence du conseil de Facebook. Les investisseurs adhèrent davantage à cette proposition. En 2017, 51 % des investisseurs avaient voté en faveur d'une proposition presque identique, d’après Business Insider.

En 2017, des actionnaires avaient fait une proposition visant à obtenir un président indépendant, mais elle a connu d’importantes oppositions parmi les investisseurs. Certains gros investisseurs tels que les fonds Vanguard Total Stock Market Index et Fidelity Contrafund avaient voté contre la proposition. En octobre 2018, quatre grands fonds publics américains, investisseurs de Facebook, se sont joints au premier groupe et ont proposé, à nouveau, de démettre Mark Zuckerberg en tant que président-directeur général au profit d’un président indépendant. Ils avaient justifié leur proposition par la série de scandales notoires dans lesquels le réseau social a été impliqué depuis un certain temps.

En effet, pendant que Zuckerberg continue sa domination sur Facebook, les contenus sur sa plateforme de réseau social sont militarisés pour propager l'ingérence électorale, la violence, le discours haineux, le harcèlement sexuel, la publicité discriminatoire et les violations rampantes de la vie privée. Le plus important scandale de données personnelles a affecté plus de 87 millions de personnes à travers le monde. L’année dernière, une faille de sécurité exploitée par une attaque qui a permis aux pirates de prendre le contrôle des comptes des utilisateurs. A la suite de cette violation de sécurité, considérée comme la plus importante de l’histoire de Facebook, des identifiants de connexion à Facebook des utilisateurs se seraient retrouvés sur le marché obscur du Web pour environ 3 $, selon un rapport.

Une autre proposition chère aux investisseurs externes a été approuvée le 30 mai à la majorité par ces derniers. En effet, 83,2 % de ces investisseurs ont soutenu la proposition visant à supprimer la structure à deux classes d'actions de Facebook. Mais les réformes n'ont jamais été susceptibles d'être adoptées, car les actionnaires indépendants n'ont pas assez de voix pour se débarrasser de Zuckerberg en tant que président, puisqu'il contrôle la majorité des actions.

Pour rappel, Facebook a une structure d'actions à deux classes. Pour les actionnaires de « classe A », une action équivaut à une voix, mais pour les actionnaires de « classe B », une action représente dix voix. Dans cette dernière classe, Zuckerberg et son entourage détiennent environ 18 % du total des actions, selon CNBC, ce qui équivaut à environ 70 % des voix, et Zuckerberg lui-même en détient 60 %.


Dès que les propositions ont été déposées en avril dernier, Facebook a demandé que ses actionnaires rejettent la proposition, comme aux précédentes assemblées annuelles. « Nous croyons que notre structure du capital est dans le meilleur intérêt de nos actionnaires et que notre structure de gouvernance actuelle est saine et efficace », a-t-il dit. Zuckerberg et ses collègues ont encore rejeté la proposition du président indépendant et les plans d'actions à deux classes malgré le soulèvement des investisseurs extérieurs. En d'autres termes, si Zuckerberg et ses plus proches alliés ne sont pas d'accord avec les actionnaires, ils pourront toujours s’imposer tant que la structure de la gestion actuelle de Facebook restera en l’état.

Toutefois, selon une déclaration envoyée à Business Insider par Michael Connor, directeur exécutif d'Open Mic, les résultats du vote des actionnaires externes envoient un message clair à la direction de Facebook. « Les résultats parlent d'eux-mêmes. Mark Zuckerberg et le conseil d'administration de Facebook doivent écouter les actionnaires de l'entreprise. L'arrogance ne remplace pas la bonne gouvernance d'entreprise », a-t-il dit. Jonas Kron, qui dirige l'actionnaire activiste Trillium Asset Management, l’investisseur de Facbook qui a proposé la nomination d'un président indépendant en 2017, a également déclaré : « Les investisseurs sont clairement préoccupés et veulent du changement. Ce niveau de soutien est rarement vu dans les propositions d'actionnaires ».

Dans un communiqué, Michael Frerichs, trésorier de l'État de l'Illinois, qui investit également dans Facebook, a déclaré :

« Les investisseurs indépendants de Facebook conviennent qu'il est temps pour l'entreprise de séparer les rôles de président du conseil d'administration et de chef de la direction ». « Pour l'instant, M. Zuckerberg est à la fois président du conseil d'administration et PDG, il est son propre patron, et il est clair que ça ne marche pas », a-t-il ajouté.

Selon Forbes, lorsqu’un autre membre de l'auditoire a demandé à Susan Desmond-Hellmann, membre du conseil d'administration de Facebook, si elle envisageait de convoquer une réunion au sujet de la destitution de Zuckerberg, elle a dit « La réponse est non ». « L'entreprise, le conseil d'administration et moi-même sommes à l'aise avec l'arrangement opérationnel actuel, où Mark est président et chef de la direction », a-t-elle ajouté.

Cette situation pourrait-elle changer un jour tant que le fondateur, président du conseil d’administration, directeur général et actionnaire majoritaire de Facebook sera toujours aux commandes de l’entreprise ? Toutefois, les actionnaires connaissaient la situation lorsqu’ils ont choisi d’investir dans des actions de « classe A » de Facebook. Qu’il refoule leurs propositions par la force de ses droits de vote, il est pour l’instant dans ses droits, même si Facebook a grand besoin d’une meilleure direction pour se sortir de ses problèmes actuels. Néanmoins, ce vote augmente la pression sur les dirigeants de la société. Un juge des Etats-Unis a, par ailleurs, obligé Facebook à remettre aux actionnaires des informations sur sa manière de gérer la confidentialité des données utilisateur, selon Reuters.

Source : Business Insider

Et vous ?

Quels commentaires faites-vous des 68 % du vote des actionnaires externes ?
Pensez-vous qu’avec un président indépendant, Facebook parviendra à minimiser les scandales ?
Pensez-vous que les actionnaires parviendront un jour à évincer Zuckerberg de la présidence du conseil d’administration de Facebook ?

Lire aussi

Facebook pense que la confidentialité sur les réseaux sociaux n'existe pas, et qu'il n'y aurait pas de vie privée en ligne
Facebook : Les actionnaires influents s'associent pour révoquer Zuckerberg en tant que président, afin d'améliorer la surveillance du réseau social
Un juge US oblige Facebook à remettre aux actionnaires des courriels et d'autres informations, sur sa manière de gérer la confidentialité des données
Les actionnaires de Facebook forcent un vote pour évincer Mark Zuckerberg du poste de président, et imposer une nouvelle gouvernance du réseau social
Les actionnaires de Facebook en ont assez de Marc Zuckerberg, mais ne peuvent rien faire contre lui, en voici les raisons

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-nous-la !

Avatar de sinople2000
Nouveau membre du Club https://www.developpez.com
Le 07/02/2022 à 7:08
mais retirez tout ça, ça rendra les gens moins cons (oui je sais sauf moi diront certains) et on en aura fini avec ces trucs débiles de réseaux sociaux
25  0 
Avatar de totozor
Membre expert https://www.developpez.com
Le 07/02/2022 à 8:04
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Meta menace de retirer Facebook et Instagram du marché européen
Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message
Facebook a immédiatement averti que l'arrêt des transferts de données transatlantiques pourrait avoir un impact dévastateur sur l'entreprise. La société s'appuie sur le traitement des données des utilisateurs pour fournir des publicités en ligne ciblées.
Je trouve le contraste entre ces deux phrase très intéressant.
Meta se croit suffisamment important pour que sa mise en danger soit une menace pour son environnement européen. Mais cette phrase souligne aussi sa fragilité. Il y a quelques années ils n'auraient pas parlé de l'impact, il auraient lancé un bras de fer en attendant que les politiques craquent avant eux.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

Et vous ?
Cette menace est-elle crédible selon vous ?
J'ai de gros doutes, Facebook est en perte de vitesse et l'Europe est une part importante de leur marché.
Ces entreprises réfléchissent en bénéfices/risques, mettre cette menace a exécution montrerait pour moi à quel point facebook n'a plus rien à perdre et tenterait la charge du désespoir.
Je pense qu'ils n'en sont pas encore là mais me réjouis qu'ils s'en rapprochent.

Citation Envoyé par Stéphane le calme Voir le message

Quels impacts pour les entreprises qui dépendent de Facebook pour leurs activités ?
J'ai l'impression que c'est de moins en moins le cas.
J'ai deux amis qui ont lancé leurs entreprises il y a quelques années, ils ont longtemps été extrêmement actifs sur Facebook qui était leur principal média de communication.
Avec le COVID des petites boites se sont regroupées pour mutualiser leurs communications et leur dépenses.

Je ne connais aucune entreprise dont l'activité ne dépend que de Facebook.
Par contre c'est une autre histoire pour les associations mais de celles que je connais elles ont une existence physique suffisante pour qu'à la disparition de Facebook elles se dirigent vers un autre média.
11  0 
Avatar de Neckara
Inactif https://www.developpez.com
Le 05/06/2019 à 10:18
Je trouve cela quand même légèrement déplacé, ils connaissaient parfaitement ce à quoi ils s'engageaient en achetant des actions de type A, plutôt que de celles de type B. Les règles du jeu ne sont pas une surprise.
S'ils ne sont pas content, pourquoi ne vendent-ils par leurs actions ?

C'est comme aller à une boulangerie, acheter une baguette de 100g, et se plaindre que celui qui achète une flûte de 200g a plus de pain en sortant...
10  0 
Avatar de rawsrc
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 30/06/2019 à 12:23
Citation Envoyé par Jonathan Voir le message
L'Italie inflige à Facebook une amende d'1,1 million de dollars

En décembre 2018, l'agence avait condamné Facebook à une amende de 10 millions d'euros pour avoir induit en erreur ses utilisateurs en raison de ses pratiques de connexion et au mois de mars de cette année, elle a mis en cause Facebook sur l'utilisation abusive des données, mais cette fois là, le géant des réseaux sociaux avait choisi de payer un montant réduit de 52000 euros dans l'espoir de régler le problème.
Il faut changer d'échelle pour tout remettre en perspective :
Je vous informe que Facebook réalise un chiffre d'affaires de 1 776 $ par seconde qui passe (24/24h sur 365j), la première amende représente 619 secondes d'activité de Facebook et la deuxième : 29 secondes.

Sous cet angle, c'est tout de suite beaucoup plus parlant, vous ne trouvez pas ?
10  0 
Avatar de philouZ
Membre chevronné https://www.developpez.com
Le 07/02/2022 à 9:33
Perso je n'ai pas de compte facebook, pas d'instagram, de tik tok...

Que meta se barre d'Europe ça ne peut faire que du bien. Autour de moi y'a pas mal de gens qui stoppent leur compte parce que ras le bol de tout ça. Si demain il n'ya plus de réseaux sociaux sur internet, les gens retrouveront une façon de vivre plus simple et seront certainement moins stressés dans leur vie de tous les jours.
10  0 
Avatar de escartefigue
Modérateur https://www.developpez.com
Le 10/02/2022 à 9:31
Il y a un truc qu'on appelle "le retour à la ligne" bien pratique pour rendre l'écrit plus lisible et agréable.
il y a un autre truc qu'on appelle "le plan dialectique", qui permet de structurer le propos pour le rendre plus intelligible

Parce que là on vient de se prendre deux pavés dans la tronche, c'est indigeste
10  0 
Avatar de AoCannaille
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 22/03/2024 à 11:11
Citation Envoyé par BlueScreenJunky Voir le message
Alors je trouve que ça pose une bonne question : Comment finance-t-on le contenu sur internet et le fonctionnement des sites ?
Vous semblez amalgamer tracking et publicité. On peut faire de la publicité dans tracker les gens. Dans le modèle actuel c'est moins rentable. Mais si les données de tracking disparaissent, les publicités non ciblées reprendront le dessus.

Honnêtement cette histoire de publicité sur internet est devenue hors de contrôle, le RGPD a fait du bien; voir que le moindre site à 800 à 1000 "partenaires" qui ont besoin de mes données, on marche sur la tête, même en trackant, il doit y avoir moyen d'avoir un modèle financier fiable sans distribuer des données à 900 entreprises.

Je pense que le pire du pire dans ce domaine, ce sont les sites communautaires avec peu de contraintes techniques, qui ont accumulé leur contenu gratuitement et qui le "revendent" au prix de milliard de pubs, et des fois pire, font des bouquins avec! Oui, marmiton, c'est à toi que je pense.
11  1 
Avatar de rawsrc
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 05/06/2019 à 11:28
Fin 1er trimestre 2019 :

Entreprise Trésorerie Chiffre d'affaires
Google 113 milliards $ 137 milliards $
Apple 245 milliards $ 265 milliards $
Facebook 45 milliards $ 56 milliards $
Amazon 37 milliards $ 242 milliards $
Microsoft 131 milliards $ 110 milliards $
Dell 15 milliards $ 90 milliards $
Uber 8 milliards $ 11 milliards $
Total 594 milliards $ 911 milliards $

Total GAFAM : 571 milliards de $ de trésorerie
Total GAFAM : 810 milliards de $ de chiffre d'affaires (Cela représente grosso modo le PIB cumulé de 90 pays de la planète sur 194)

tu veux lutter toi ? A part la puissance de feu d'un état comme la Chine, je ne vois pas comment tout ce petit monde ne pourrait pas racheter n'importe quelle société concurrente ou qui commencerait à marcher sur leur plates bandes (d'ailleurs c'est se qui se passe, d'où l'entrevue d'un abus de position dominante)
9  0 
Avatar de pcouas
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 07/02/2022 à 6:19
Justement occupons nous de Ticktok aussi
La chine justement a fait "plier" Facebook et pas l'europe !!,
Que Facebook se retire, de tout façon Facebook est en perte d'utilisateurs !!!
10  1 
Avatar de fabverdet
Membre à l'essai https://www.developpez.com
Le 08/02/2022 à 18:18
Meta réalise presque 40% de son CA en Europe, sans compter les ventes publicitaires auprès de ses clients états-uniens pour le marché européen. Vous connaissez beaucoup de sociétés capables de faire une croix sur 40% de leur chiffre d'affaire, voire plus, par ce qu'elles ne sont pas contentes des lois en vigueur ?...
C'est un discours déjà entendu qui ne prend plus.
Si Meta se retirait du continent européen, il y aurait un choc ponctuel mais sans grande conséquence (à par pour les sociétés qui ont basé exclusivement leur business sur eux). D'autres acteurs existent déjà ou émergeront.
Même Google, bien plus indispensable que Meta ne serait pas capable de faire ça.
En revanche, Meta ne s'en remettrait pas face à ses concurrents (et ils sont nombreux et méchants...) : partent de confiance des clients, perte de valorisation en bourse, perte du positionnement de premier réseau social mondial, perte d'annonceurs... Ouille !!!

Le problème de fond, c'est la loi états-unienne, incompatible avec le RGPD. Faut pas lâcher le bout de gras ! Ils nous les brisent, ces américains ! Ils veulent travailler en Europe, ils doivent respecter les lois européennes, comme nous respectons les lois états-uniennes aux états-unis.
9  0