Les États-Unis exigent des détails sur les médias sociaux de la part des demandeurs de visa,
Y compris des noms d'utilisateur et des adresses mail

Le , par Stan Adkens

53PARTAGES

16  0 
Les dernières règles du gouvernement des Etats-Unis devraient inciter les futurs candidats à l’immigration aux Etats-Unis à se tenir à carreau sur les réseaux sociaux et autres sites web qu’ils fréquentent. Une nouvelle directive mise en place par l’administration Trump depuis vendredi exige que tout demandeur de visa déclare les comptes qu'il détient sur les réseaux sociaux, selon BBC. La mesure touche tous ceux qui veulent se rendre aux États-Unis et pour tous les types de visas, des longs séjours aux visas touristiques. Il faut noter cependant que la nouvelle mesure est optionnelle pour les ressortissants de certains pays comme la France, dont la demande de visa touristique s'effectue via une autorisation électronique (Esta). Les demandeurs de certains types de visas diplomatiques et officiels sont également dispensés de cette nouvelle obligation rigoureuse.

Auparavant, seules certaines catégories de demandeurs, comme les personnes qui s'étaient rendues dans des parties du monde contrôlées par des groupes terroristes, devaient remettre ces données pour des besoins d'un contrôle supplémentaire. Dorénavant, dans une mesure qui vient tout juste d'entrer en vigueur après l'approbation des formulaires de demande révisés, le département d'État exige maintenant que presque tous les demandeurs de visas américains soumettent leur nom d'utilisateur, leur adresse électronique et leur numéro de téléphone pour les médias sociaux.


Le département d’État américain dit qu'il a mis à jour ses formulaires de visa d'immigrant et de non-immigrant pour demander les renseignements supplémentaires, y compris les « identificateurs de médias sociaux », de presque tous les demandeurs américains. Il s'agit d'une vaste expansion du programme de filtrage des immigrants et des visiteurs potentiels que l'administration Trump vient de mettre en œuvre. Le ministère a déclaré :

« La sécurité nationale est notre priorité absolue dans le traitement des demandes de visa, et chaque voyageur et immigrant éventuel aux États-Unis fait l'objet d'un contrôle de sécurité approfondi ». « Nous travaillons constamment à trouver des mécanismes pour améliorer nos processus de filtrage afin de protéger les citoyens américains, tout en appuyant les voyages légitimes aux États-Unis », a-t-il ajouté.

Le président américain Donald Trump avait fait de la répression de l'immigration un élément clé de sa campagne électorale en 2016. Cette nouvelle politique étend une mesure prise en 2017, qui autorisait déjà un agent américain à demander davantage de renseignements sur la vie numérique d’un demandeur de visa. Toutefois, par le passé, le nombre des candidats concernés par les demandes de renseignements concernant leur vie sur les médias sociaux et autres informations numériques était estimé à 65 000 par an. Lorsque le ministère a déposé son premier avis de modification en 2018, il a estimé qu'il toucherait 710 000 demandeurs de visa d'immigrant et 14 millions de demandeurs de visa de non-immigrant, y compris ceux qui veulent venir aux États-Unis pour affaires ou pour étudier.

Maintenant, selon BBC, le ministère a affirmé que la collecte de renseignements supplémentaires auprès d'un plus grand nombre de demandeurs « renforcera notre processus d'examen de ces demandeurs et de confirmation de leur identité ». Le ministère étend sa demande de données personnelles à plus de candidats à l’immigration dans un contexte où la collecte de ces informations est vue d’un mauvais œil par l’opinion publique et pendant que les entreprises internationales ainsi que certains Etats comme la Chine sont pointés du doigt à cause de leur collecte et utilisation de ces données pour surveiller les personnes. Qu’est-ce que le ministère fera de ces données personnelles une fois que le candidat sera chez l’oncle Sam ?


Les nouveaux formulaires de demande de visa énumèrent un certain nombre de plateformes de médias sociaux et exigent que le demandeur fournisse tout nom de compte qu'il a pu avoir au cours des cinq années précédentes. Ils donnent également aux candidats la possibilité de fournir volontairement des informations sur les comptes de médias sociaux sur des plates-formes qui ne figurent pas sur le formulaire. Le formulaire demande, en outre, les adresses électroniques, les déplacements à l'étranger et le statut d'expulsion des demandeurs de visa américain. Les candidats devront aussi dire si des membres de leur famille ont été impliqués dans des activités terroristes pendant cinq ans.

Les demandeurs sont dorénavant obligés de fournir ces informations et gare au menteur. Selon un fonctionnaire du ministère qui s'est adressé à The Hill, quiconque mentira au sujet de son utilisation des médias sociaux pourrait faire face à de « graves conséquences en matière d'immigration ».

Lorsque l'administration Trump a proposé les règles pour la première fois, l'American Civil Liberties Union (l’ACLU) - un groupe de défense des droits civiques - a déclaré qu'il n'y avait « aucune preuve qu'une telle surveillance des médias sociaux soit efficace ou équitable », et que cela inciterait les gens à s'autocensurer sur Internet. La Surveillance de masse est un sujet que les organisations de protection des droits comme l’ACLU appréhendent comme une menace contre la liberté des citoyens américains et du monde entier. Les sociétés comme Amazon et Google en savent quelque chose.

Ces mesures pourraient disqualifier plusieurs candidats à l’immigration. Elles pourraient par ailleurs inciter les candidats ou futurs candidats à l’immigration à éviter de commenter certains sujets sur Internet. Que se passerait-il si un demandeur de visa dispose d’un compte sur un site de hacking, par exemple.

Source : BBC

Et vous ?

Que pensez-vous de ces nouvelles règles de l’administration Trump ?
Que se passera-t-il pour les comptes toujours ouverts, mais oubliés par les candidats ?

Lire aussi

L'office américain d'immigration annonce un changement dans le processus d'acquisition du visa H-1B, quelles retombées sur le secteur technologique ?
USA : le programme de visa H-1B favorisera désormais les titulaires de doctorat et de master, pour attirer plus de personnes qualifiées
USA : Donald Trump a nommé un partisan de la surveillance de masse, à la tête du Conseil chargé de protéger la vie privée des Américains
USA : le Sénat adopte le projet de loi renouvelant le programme de surveillance Internet de la NSA, après le vote Chambre des représentants

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 03/06/2019 à 18:19
Une version virtuelle du microscope électronique spécial coloscopie
5  0 
Avatar de Darkzinus
Expert éminent https://www.developpez.com
Le 04/06/2019 à 8:47
Ca devient un pays à boycotter.
5  0 
Avatar de bouye
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 04/06/2019 à 0:38
Hum, la directive qui force la chose date peut-être de vendredi mais j'ai fait une demande d'ESTA il y a 3 semaines et il me fallait déjà fournir mes identifiants de réseau sociaux...
2  0 
Avatar de tanaka59
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 03/06/2019 à 22:48
Trump aime envoyer chier . Faisons de même. Déclarer le strict minimum .
1  0 
Avatar de bouye
Rédacteur/Modérateur https://www.developpez.com
Le 04/06/2019 à 14:59
Citation Envoyé par tanaka59 Voir le message
Tu as renseigné le champ ou tu l'as laissé vide ?
Je les ai renseignés pour FaceBook, Twitter et Linked In.
1  0 
Avatar de Madmac
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 04/06/2019 à 23:59
La belle époque ou les firmes comme Google pouvait casser les salaires avec des programmeurs indiens est en train de se terminer.
1  0 
Avatar de Madmac
Membre éprouvé https://www.developpez.com
Le 05/06/2019 à 0:04
Citation Envoyé par Darkzinus Voir le message
Ca devient un pays à boycotter.

Oui, mais pas pour c'est raison là. La Californie est tellement insalubre qu'un spécialiste de la santé croit que la peste noire pourrait être présente dans cette état. Cela va demandé autant de vaccins que de visiter un pays du tiers-mode pour faire une visite en Californie.
1  0 
Avatar de scandinave
Membre averti https://www.developpez.com
Le 04/06/2019 à 8:21
Et du coups si on a pas de compte Facebook, Insta, Twitter et autre daube, il nous refuse l'entrée? ou il nous en crée un pour nous?
0  0 
Avatar de tanaka59
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 04/06/2019 à 8:45
Citation Envoyé par bouye Voir le message
Hum, la directive qui force la chose date peut-être de vendredi mais j'ai fait une demande d'ESTA il y a 3 semaines et il me fallait déjà fournir mes identifiants de réseau sociaux...
Tu as renseigné le champ ou tu l'as laissé vide ?
0  0 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 04/06/2019 à 8:45
Citation Envoyé par scandinave Voir le message
Et du coups si on a pas de compte Facebook, Insta, Twitter et autre daube, il nous refuse l'entrée?
Ils te prennent pour quelqu'un de louche ^^. Mais qu'est-ce que tu veux faire ? Si t'en as pas, t'en as pas, donc ils ont à accepter le fait que t'es déconnecté des réseaux sociaux. (par contre il faut vraiment que ce soit le cas, parce que les services de renseignements connaissent ton compte sans que t'ai à leur dire)
Les USA aiment bien se renseigner sur les individus qui entrent sur leur sol.
C'est pour ça qu'à un moment il était difficile pour les gens de 7 pays (Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen) d'aller aux USA. (les USA ne récupéraient pas assez d'informations sur les gens de ces pays)

À cause d'un tweet on peut avoir des problèmes à la douane.
Deux touristes expulsés des Etats-Unis pour des tweets de mauvais goût
L'Irlandais Leigh Van Bryan et son amie Emily Bunting ont atterri à l'aéroport de Los Angeles le 23 janvier pour des vacances hollywoodiennes, expliquent-ils au Daily Mail. Dans les semaines précédentes, Bryan s'était amusé à tweeter qu'il était prêt à «détruire l'Amérique» et à «déterrer Marilyn Monroe», des blagues qui n'ont pas plu aux douanes américaines.
Si vous ne voulez pas avoir de problème écrivez une série de tweets pro USA pendant les 2 semaines avant de partir et ça aidera peut-être
Les USA ne veulent pas que des menaces arrivent sur leur sol, donc les douanes font leur boulot.
0  0 
Responsable bénévole de la rubrique Réseau : chrtophe -

Partenaire : Hébergement Web